Tahiti Infos

Après l'attaque de chiens au mont Marau, en finir avec l'errance canine


Il y a des bonnes attitudes à adopter lors de rencontres surprises avec des chiens errants ou divagants agressifs. Crédit photo : Archives TI.
Il y a des bonnes attitudes à adopter lors de rencontres surprises avec des chiens errants ou divagants agressifs. Crédit photo : Archives TI.
Tahiti, le 23 avril 2024 - Après la violente attaque de chiens sur le sentier du mont Marau le 13 avril dernier, Tahiti Infos a rencontré Ranitea, membre de l'association canine territoriale de Polynésie française (ACTPF) pour connaître les “bonnes” attitudes à adopter lors de rencontres avec des chiens agressifs. Des situations qui pourraient être évitées si les maîtres prenaient enfin leurs responsabilités avec leurs animaux et mettaient fin à “l'errance canine” de leurs chiens, cause de ces accidents, parfois mortels, comme il y a quatre ans à Pirae, où une octogénaire avait perdu la vie après s'être fait massacrer par une meute.
 
“Ces faits ne sont malheureusement pas isolés et se multiplient dans toute la Polynésie française”, a rapporté la semaine dernière le Pays dans un communiqué, à la suite de l'attaque de trois randonneurs par des chiens errants ou divagants sur le sentier du mont Marau, le 13 avril dernier. Cette attaque d'une rare violence a laissé les victimes sous le choc, grièvement blessées, avec 60 points de suture pour l'une et 20 pour une autre. Par ailleurs, vendredi dernier, le juge d'instruction en charge de l'information judiciaire a renvoyé en correctionnelle les maîtres des chiens coupables d’une attaque à Pirae en 2020, mortelle cette fois-ci. Ils devront répondre d'homicide involontaire.
 
Des incidents d'attaques de chiens donc, qui ne sont pas des actes isolés, mais bien récurrents au Fenua. Tahiti Infos est allé à la rencontre de Ranitea, de l'association canine territoriale de Polynésie française (ACTPF), dans les locaux du club canin de Pirae, pour connaître les attitudes à adopter en cas de rencontres inopinées avec des chiens agressifs. “Tout d'abord, c'est toujours plus facile à dire qu'à faire et ce sont des conseils à prendre avec des pincettes, car chaque situation et chien sont différents. Cela dépend du contexte, des signaux... Mais il peut en effet y avoir des solutions efficaces”, avance-t-elle d'emblée, son berger allemand couché sous ses pieds, pour tempérer les espoirs de solutions miracles. Selon elle, plusieurs éléments du contexte doivent être pris en compte. “Pour éviter la confrontation initiale, il est conseillé de ne pas regarder les chiens dans les yeux, de détourner légèrement le regard, tout en gardant une surveillance sur l'animal qui pourrait tourner autour et vous renifler. Des gestes lents et un comportement calme peuvent signifier à l'animal que vous ne représentez pas une menace.”
 
Cependant, il n'est pas toujours possible d'éviter la confrontation. Dans ce cas, une attitude plus assertive est recommandée. “Là, il faut faire du bruit, crier à l'aide pour essayer de rameuter des gens. Faire peur aux chiens, se grandir, comme avec les ours. Mais il faut quand même éviter de les exciter trop, en frappant dans ses mains par exemple. Il ne faut surtout jamais prendre la fuite en courant et tourner le dos à l'animal. Et si l'animal vient quand même à attaquer, dans ce cas-là, éviter la chute et continuer à crier à l'aide.” Malgré tout, Ranitea souligne qu'un chien seul attaquera rarement, se contentant souvent d'aboyer ou de grogner à distance. “Les risques d'attaque sont plus élevés lorsqu'ils sont en groupe ou en meute, car ils s'excitent mutuellement.”
 

Yorick, du club canin de Pirae, et son chien Reef lors de leur entraînement de “ring”. Crédit photo : Thibault Segalard.
Yorick, du club canin de Pirae, et son chien Reef lors de leur entraînement de “ring”. Crédit photo : Thibault Segalard.
En cas de morsure, Laurent François, vétérinaire à la clinique de Fariipiti, conseille d'aller immédiatement consulter, même si les blessures ne sont que superficielles. En effet, les dents des chiens sont porteuses de bactéries qui peuvent créer des abcès et des infections dans les plaies. Heureusement, la rage n'est pas présente sur le territoire.
 
Éduquer les chiens... et les maîtres
 
Mais pour tenter de résoudre enfin ce problème, il est essentiel d'éduquer aussi bien les chiens que leurs maîtres. En effet, “aucun chien n'est méchant de nature. Ce n'est pas normal qu'il blesse ou tue un humain. Un chien grogne, aboie, claque des dents, mais pas avec une volonté de mise à mort. Dans ces cas-là, il y a eu un gros défaut d'éducation”, concède Ranitea. Des défauts d'éducation comme le fait que les animaux n'aient pas été sociabilisés, qu'ils soient régulièrement attachés, voire violentés par la main de l'homme. D'autant qu'en Polynésie, on adopte culturellement des chiens pour la garde. “On l'associe ici à un outil de protection. Dans certains quartiers, on en prend pour se protéger des vols et on les attache. Sauf qu'un chien n'est pas fait pour garder, il est là pour alerter à la limite”, explique la représentante de l'ACTPF.
 
De plus, un autre problème majeur à l'origine de ces accidents est l'errance canine. Ce phénomène, répandu en Polynésie, consiste à laisser les chiens vagabonder sans surveillance. “C'est ce que nous appelons l'extension du territoire. L'animal ne fait pas la distinction entre votre propriété et les espaces publics. Il considère souvent la route, la plage et les environs de votre domicile comme faisant partie de son territoire, et peut donc les défendre agressivement, ce qui peut conduire à ce genre d'attaques.” Bien qu'il soit courant de voir des chiens errer dans les rues, sur les plages et les sentiers en Polynésie, il est néanmoins illégal de laisser un animal sans surveillance dans les espaces publics. “Les propriétaires doivent comprendre que posséder un chien implique des responsabilités. Ils peuvent être tenus pénalement responsables en cas de problème.” Le message est clair pour Ranitea, les maîtres de chiens doivent prendre conscience qu'un animal coûte du temps et de l'argent, et qu'il faut s'en occuper et l'éduquer. “Surtout si vous avez un molosse.”
 

Rédigé par Thibault Segalard le Mardi 23 Avril 2024 à 16:22 | Lu 3728 fois