Tahiti Infos

Apatea Flores : “Là où les mots me manquent, la musique me parle”


TAHITI, le 14 juin 2023 - Apatea Flores s’est inscrite au concours Nescafé Star encouragée par un ami alors qu’elle n’avait jamais pris de cours. Et elle a été remarquée puisqu’elle remporte l’aventure, cette année. Pour autant, elle conserve ses objectifs de vie : à 19 ans elle est animée par l’envie d’aider la jeunesse.

La musique est une grande histoire d’amour. Là où les mots me manquent, la musique me parle”, explique Apatea Flores. Elle est la grande gagnante du concours Nescafé Star 2023. Elle détaille : “Tout d’abord la musique c’est de l’amour, de la joie, des émotions mais surtout de l’humilité. Partager sa musique c’est aussi soigner des cœurs. Vis de ta musique et fait vibrer autant de fois que tu en a envie !

Apatea Flores partage ce goût pour la musique avec sa famille en général, son grand-père en particulier. Elle chante depuis toujours ou presque : depuis l’âge de 3 ans plus précisément. Mais cela reste une passion. Inscrite en terminale au lycée Taiarapu Nui où elle passe actuellement les épreuves du baccalauréat, elle envisage de s’inscrire en littérature et langues polynésiennes et aspire à travailler un jour dans le social pour aider la jeunesse.

Un challenge pour réussir à se surpasser

Apatea Flores s’est inscrite au concours pour réussir à se surpasser. “C’était un challenge !” Elle a l’habitude de monter sur scène lors d’événements comme le Mini Heiva par exemple. Jamais elle n’a eu l’idée de s’engager dans une telle aventure. “C’est un ami qui m’a poussée à le faire, ensuite toute ma famille a été là pour me soutenir.” Apatea Flores a également vécu le concours comme “une belle expérience”, l’occasion de rencontrer “de belles personnes” et de recevoir de précieux conseils de professionnels.

Crédit : Nescafé Star.
Crédit : Nescafé Star.
Cela a démarré en janvier. Il fallait envoyer dans un premier temps un enregistrement a capella d’une chanson au choix. “J’ai interprété “Une île bordée de bleu” de Maruia. C’est un titre qui compte beaucoup pour moi car il parle de Tahiti et j’envisageais à l’époque de partir en France pour poursuivre mes études. Je tenais à la chanter avant de partir.”

Peu après Apatea Flores a reçu une réponse positive et une invitation à passer le casting qui était organisé en ville, à Papeete. Ils étaient 30 au total. “J’étais hyper-stressée, ma crainte était de rencontrer les autres candidats. Et finalement, ça s’est hyper-bien passé.” Elle a repris, dans une liste de trois titres imposés, la chanson “Et Bam” de Mentissa. “Je la connaissais bien, c’était plus facile.” Pour se préparer, elle a répété seule entre les cours, plutôt en journée, souvent à la pause de midi. Vaiana, Tamatoa et Guillaume, les membres du jury ont apprécié la prestation d’Apatea Flores. “Tamatoa m’a dit que j’étais son coup de cœur et Guillaume que j’avais une forte présence scénique. Tout cela m’a beaucoup encouragée.” Elle a été retenue avec 12 candidats, pour poursuivre l’aventure.

Crédit : Nescafé Star.
Crédit : Nescafé Star.
Cela a démarré en janvier. Il fallait envoyer dans un premier temps un enregistrement a capella d’une chanson au choix. “J’ai interprété “Une île bordée de bleu” de Maruia. C’est un titre qui compte beaucoup pour moi car il parle de Tahiti et j’envisageais à l’époque de partir en France pour poursuivre mes études. Je tenais à la chanter avant de partir.”

Peu après Apatea Flores a reçu une réponse positive et une invitation à passer le casting qui était organisé en ville, à Papeete. Ils étaient 30 au total. “J’étais hyper-stressée, ma crainte était de rencontrer les autres candidats. Et finalement, ça s’est hyper-bien passé.” Elle a repris, dans une liste de trois titres imposés, la chanson “Et Bam” de Mentissa. “Je la connaissais bien, c’était plus facile.” Pour se préparer, elle a répété seule entre les cours, plutôt en journée, souvent à la pause de midi. Vaiana, Tamatoa et Guillaume, les membres du jury ont apprécié la prestation d’Apatea Flores. “Tamatoa m’a dit que j’étais son coup de cœur et Guillaume que j’avais une forte présence scénique. Tout cela m’a beaucoup encouragée.” Elle a été retenue avec 12 candidats, pour poursuivre l’aventure.

Son grand-père.
Son grand-père.
Chanter pour dire les choses

Les répétitions ont commencé. “Au fur et à mesure, je me suis aperçue qu’il n’y avait pas d’esprit de concurrence entre nous mais plutôt l’envie de partager le plaisir de chanter. C’était très agréable.” Les candidats ont travaillé avec Reva Juventin et Bruno Demougeot. “Un plaisir !” Des cours individuels et en groupe ont été mis en place pour un mois. Apatea Flores a appris à se surpasser tel qu’elle l’espérait. Elle a fait évoluer la tonalité de sa voix, a travaillé sa respiration, l’articulation des textes. Elle a encore gagné en présence scénique et en confiance en elle.

Les enregistrements ont suivi, ainsi que le tournage du clip. “Je n’ai ressenti aucun stress.” Apatea Flores n’a pas choisi ses chansons au hasard. “Elles me permettent de passer des messages. Quand je chante, je m’exprime, je parle de choses en rapport avec la nature, ma culture, la jeunesse. Tous ces sujets qui comptent dans ma vie.” Elle trouve également dans cet art de “la joie de vivre”. Pour elle, le chant est “fortifiant, il me rend heureuse”.

Inspirée par la jeunesse

Apatea Flores a 19 ans depuis le 2 mai. Elle a commencé à chanter très jeune : elle avait 3 ans environ. Elle donne de la voix au temple, à l’école du dimanche “et surtout dans les bringues”. Elle y a souvent accompagné son grand-père. “Il démarre, j’enchaîne avec le deuxième chant.” L’habitude, encore aujourd’hui, persiste. Elle aime particulièrement reprendre les vieilles chansons tahitiennes, se retrouver sur scène, attirer les regards et sentir l’admiration et le regard du public. “C’est tellement positif !

Neveux et nièces.
Neveux et nièces.
Originaire de Raivavae “côté maman” et de Moorea “côté papa”, Apatea Flores baigne dans la langue et la culture de ces îles depuis toujours. Elle parle couramment le reo Tahiti, essaie de comprendre et de s’exprimer en Raivavae. Elle danse. Elle a été élevée par ses grands-parents, a vécu à Papara, Papenoo… “Mon grand-père est pasteur protestant, très investi dans l’église. On allait de commune en commune pour ça.

En remportant le concours, Apatea Flores a gagné un enregistrement d’une chanson qu’elle composera et qui sera diffusée sur Radio 1, Tiare FM et TNTV. Elle demandera l’aide de son grand-père pour le texte. Elle a d’abord pensé choisir pour thème la mer. Mais après réflexion, elle sent l’inspiration ailleurs. “Je veux parler de la jeunesse, la mienne, telle que je l’ai vécue et celle de la nouvelle génération. Je vois beaucoup de bagarres. Je ressens beaucoup d’insolence. Comment cette génération va-t-elle se retrouver plus tard ?

“Ils sont ma priorité”

Apatea Flores se sent très concernée par cette jeunesse et son avenir. “Je m’intéresse vraiment beaucoup à la nouvelle génération.” Lorsqu’elle était au collège, il lui arrivait souvent d’aider les élèves en difficulté. “Non pas ceux qui avaient du mal à l’école, mais ceux qui avaient des problèmes familiaux. Même si je n’avais pas vécu la même chose qu’eux, j’étais sûre que de les écouter leur faisait du bien. Et quand je vois des enfants heureux, je suis heureuse.” Elle est par ailleurs très proche de ses neveux et nièces. Elle a tissé des liens très forts avec eux. “Je les considère comme mes petits frères et mes petites sœurs, ils sont ma priorité !

Sa famille.
Sa famille.
Elle termine son lycée à Taiarapu Nui sur la Presqu’île. Elle est en terminale Sciences et technologies du management (STMG). Apatea Flores passe actuellement ses épreuves du baccalauréat. Le grand oral l’attend lundi. Elle se penche sur les deux sujets d’étude qui portent sur une compagnie aérienne locale. Le premier sujet s’intitule : “Comment la compagnie aérienne fidélise-t-elle et motive-t-elle ses salariés afin d’assurer son positionnement concurrentiel ?” Le second : “Comment la compagnie aérienne cherche-t-elle à mettre en avant sa marque employeur tout en intégrant sa RSE et donc le développement durable ?” Avec sa participation au concours, elle sent une confiance grandissante. “Mes professeurs l’ont constaté aussi, ils trouvent que je suis plus à l’aise.”

Apatea Flores a reporté son départ pour la France. Elle aimerait aller à Bordeaux pour découvrir la ville, mais plus tard. Elle va s’inscrire l’année prochaine en Littérature et langue polynésienne. “Le reo est vraiment une matière que j’aime. C’est la seule pour laquelle je visais un 20 au lycée !” Elle bifurquera ensuite vers le social pour devenir, espère-t-elle, éducatrice à la protection judiciaire de la jeunesse. Ses objectifs professionnels sont fixés. Elle les suivra en chantant, dansant, entourée des siens dont elle partage toute la joie de vivre.

Contacts

suivez les aventures d'Apatea Flores sur Fb ou Tik Tok / Apatea Flores.

Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 14 Juin 2023 à 17:13 | Lu 3051 fois