Tahiti Infos

Anuanurunga : Une panne de radar en cause


Tahiti, le 23 août 2021 – On en sait aujourd'hui davantage sur les causes de l'échouement du palangrier chinois sur le récif de l'atoll de Anuanurunga le 23 juillet dernier. Selon les informations recueillies par Tahiti Infos, le radar du navire était en panne depuis déjà plusieurs jours et n'a pas détecté l'atoll.
 
Le 13 septembre prochain, le capitaine et le second du palangrier chinois Ping Tai Rong 49 qui s'est échoué le 23 juillet sur le récif de l'atoll de Anuanurunga seront jugés en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Papeete. Respectivement poursuivis pour "pollution marine avec négligence délibérée d'une obligation de sécurité" et "navigation en mer lorsque des conditions de sécurité n'étaient pas réunies", les deux marins devront s'expliquer sur les conditions de cet échouement qui a conduit au déploiement d'un barrage anti-pollution sur la zone. Une "irisation superficielle de gazole de navigation à la surface de la mer" ayant été constatée après l'échouement sur une bande de 1 mille nautique, et le récif de l'atoll ayant été endommagé par le choc.
 
Mais on en sait aujourd'hui davantage sur les causes de l'échouement du navire, révélées par l'enquête de gendarmerie effectuée par la compagnie des Archipels et notamment par les auditions des marins et de l'agent maritime du groupe Ping Tai Rong Ocean Fishery Group. Selon les informations recueillies par Tahiti Infos, c'est le second du capitaine qui était de quart lors de l'échouement. Le navire avançait en vitesse de croisière et a heurté le récif entre 2 et 3 heures du matin le vendredi 23 juillet. La météo était mauvaise et les marins n'ont pas immédiatement compris qu'ils avaient touché un récif, croyant que l'hélice du navire s'était prise dans un filet. Et pour cause, l'atoll n'apparaissait pas sur les instruments de navigation du Ping Tai Rong 49.
 
Instruments défaillants
 
C'est d'ailleurs tout le problème reproché aux marins du navire. De source judiciaire, le second et le capitaine ont confirmé que l'atoll ne figurait pas sur la cartographie de bord et que le radar ne fonctionnait pas correctement. Le capitaine a par ailleurs reconnu devant les enquêteurs que le radar était tombé en panne une dizaine de jours après le départ du navire de son port d'attache en Chine… Toujours selon nos informations, la compagnie a elle-aussi reconnu le problème et proposé son aide pour retirer le navire et procéder à la dépollution du site. Pas moins de 120 tonnes de gasoil se trouvaient dans les soutes du palangrier, dont les vannes ont été fermées avant l'évacuation.
 
Sous contrôle judiciaire avec l'interdiction de quitter la Polynésie depuis le 25 juillet dernier, le capitaine et le second du navire devront s'expliquer à la barre du tribunal correctionnel sur cette "négligence" à l'origine d'un nouveau sinistre d'un navire sur un atoll polynésien. Le cinquième en quatre ans…
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 23 Août 2021 à 21:17 | Lu 2016 fois