Tahiti Infos

Amy Varlet et Manuihei Teaha lauréats de la Patiri Race


Tahiti, le 11 février 2024 - La Fédération d’athlétisme de Polynésie française (FAPF) a organisé samedi soir au stade Punaruu la phase finale de la 2e édition de la Patiri Race, un événement qui a vocation à détecter les potentiels futurs champions locaux du sprint. Amy Varlet s’est imposée en finale chez les dames, Manuihei Teaha dominant la finale messieurs.
 
L’athlétisme local compose depuis de nombreuses années avec une pénurie de sprinters de bon niveau au moins à l’échelle océanienne. Les Jeux du Pacifique des Îles Salomon l’ont encore confirmé en novembre dernier, Tahiti ne décrochant aucune médaille sur les épreuves de sprint tant chez les femmes que chez les hommes. La FAPF est bien consciente du problème et c’est ce qui l’a incitée a créer la Patiri Race en 2023. Le délai était trop court pour former et amener des sprinters à un bon niveau océanien en un an, mais la Patiri Race a surtout été lancée pour bâtir une élite de sprinteurs dans l’optique des Jeux du Pacifique 2027 à Tahiti. Et à cet effet, l’édition 2024 qui avait débuté le samedi précédent au stade Punaruu avec les phases qualificatives qui ont réuni 80 participants dont environ 60 % pratiquent le sport dans d’autres domaines que l’athlétisme, a connu son apothéose vendredi soir à Punaruu avec les phases finales. Le rendez-vous sportif a mis en évidence des signes encourageants pour l’avenir de la discipline, à commencer par les féminines. La participation étant moins importante que chez les hommes, les six meilleures de la semaine précédente ont disputé une finale directe. Une favorite en la personne de Amy Varlet auteur des meilleurs chronos en série (12’’ 95 puis 12’’ 93) et la sociétaire d’Aorai a nettement confirmé son statut. Elle l’a en effet emporté en 12’’ 90, Maylee Zarli prenant la 2e place en 13’’ 13 et Tess Ayat la 3e en 13’’ 15. Rappelons que Maylee Zarli avait fait 2e de la finale en 2023 en 13’’ 48 derrière l’intouchable Takina Bernardino qui l’avait emporté en 12’’ 88 et qui a privilégié le 400 mètres haies aux derniers Jeux du Pacifique où elle a décroché du bronze. Résidente à Tahiti depuis six mois, Amy Varlet (22 ans) dont le record personnel se situe à 12’’ 31 sur 100 mètres peut apporter sa contribution pour élever le niveau du sprint féminin tahitien. Elle est motivée sur le long terme selon ses propos : “J’ai manqué d’un peu de puissance au départ mais je suis relativement satisfaite de ma course. Mon objectif cette saison, c’est de participer aux meetings locaux pour monter en régime mais je garde aussi l’espoir de participer aux Championnats de France en juillet. Après, ce sont les Jeux du Pacifique de 2027 qui constitue mon gros objectif à terme. J’aimerais souligner que c’est dommage qu’il n’y ait pas plus d’athlètes localement car je suis à Tahiti depuis six mois et j’ai constaté que la fédération et les clubs font le maximum pour nous mettre dans les meilleures conditions possibles pour pratiquer notre sport.”

Manuihei Teaha a une bonne marge de progression
 
Plus encourageant encore fut la compétition masculine vendredi soir. Après les trois séries des demi-finales qui qualifiaient les vainqueurs et les trois meilleurs chronos, la finale qui s’est déroulée sous une pluie battante a réuni six coureurs qui sont tous passés sous les 12 secondes : un plateau qualitatif que l’athlétisme local n’avait plus connu depuis très longtemps en sprint. Manuihei Teaha 2e de la Patiri Race 2023, derrière Raihau Maiau nommé ambassadeur de l’événement et qui évolue au plus haut niveau français en saut en longueur, s’inscrivait parmi les deux principaux favoris de la finale. Manuihei Teaha avait réalisé un chrono de 11’’ 57 en demi-finale, Teriitaumatatini Martin son partenaire d’Ace Arue remportant sa série en 11’’ 58. Mais en finale, Manuihei Teaha a fait mieux en 11’’ 34 à un centième de son record personnel, son principal adversaire courant en 11’’ 44. À noter la belle performance de Matatia Paama l’expérimenté (31 ans) footballeur de Pirae qui a pris la 3e place en 11’’ 70. Agé de seulement 16 ans, Manuihei Teaha a théoriquement une belle marge de progression, tout comme Teriitaumatatini Martin qui est encore juniors. Tous deux et peut-être d’autres si la Patiri race remplit son rôle de détection génèrent des perspectives intéressantes en vue de 2027. Mais ils ont encore beaucoup de travail en perspective au cours des trois années à venir pour se rapprocher des ténors océaniens du sprint sans parler du record de Polynésie de Jean Bourne établi à 10’’ 52 et qui tient depuis 55 ans. Albertine An détient toujours le record féminin en 11’’ 95 depuis 1988. En attendant, les meilleurs de la Patiri Race ont bénéficié d’un généreux price money avec 100 000 francs pour le vainqueur, 50 000 francs pour le 2e et 25 000 francs pour le 3e. Les mêmes sommes ont été attribuées aux femmes et aux hommes. Manuihei Teaha a apprécié : “Je remercie les organisateurs car avec ma victoire j’ai gagné 100 000 francs et ça va me servir pour d’éventuels déplacements sportifs et pour m’équiper. C’était une belle motivation.”
 
Patrice Bastian

Résultats des finales
Femmes
1          Amy Varlet (Aorai)        12’’ 90
2          Maylee Zarli (Tam Punaruu)       13’’ 13
3          Tess Ayat (Central)        13’’ 15
4          Alessa Llerena-Soulie (Ace Arue)           13’’ 22
5          Mihivai Atrewe (Tam Punaruu)   13’’ 40
6          Kyara Garbutt (Central)  13’’ 49
 
Hommes
1          Manuihei Teaha (Ace Arue)        11’’ 34
2          Teriitaumatatini Martin (Ace Arue)         11’’ 44
3          Matatia Paama (NL)       11’’ 70
4          Maoni Maroaunui (NL)  11’’ 71
5          Tahitoa Teuru (NL)        11’’ 72
6          Eliott Bougon (Ace Arue)           11’’ 94  

Rédigé par Patrice Bastian le Dimanche 11 Février 2024 à 10:25 | Lu 585 fois