Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Aire marine protégée des Australes : Pew Polynésie répond au ministre de l'Environnement



(Photo Pew Polynésie)
(Photo Pew Polynésie)
PAPEETE, 8 avril 2016 - L'antenne polynésienne de la fondation Pew charitable trusts a souhaité répondre aux déclarations faites jeudi à Tahiti Infos par le ministre de l'Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, à son sujet et concernant le projet d'aire marine protégée aux Australes, sur lequel travaille Pew depuis 2014.

> Lire aussi : Aire marine protégée des Australes : le Pays est opposé

Droit de réponse : Le Ministre de l’Environnement de la Polynésie française, Heremoana Maamaatuaiahutapu a fait hier (jeudi 7 avril, ndlr) des déclarations erronées sur l’Organisation non gouvernementale (ONG) Pew dans la presse. Avec tout le respect que nous devons au gouvernement de Polynésie française, nous devons répondre à ces accusations à caractère diffamatoire pour rétablir la vérité.

Concernant le projet d’AMP des Australes, le Ministre dit "ce n’est pas le projet des maires ni de la population des Australes, c’est le projet de Pew". Nous rappelons que les cinq mairies des Australes ont voté en 2014 une délibération appelant à "la création d’une réserve marine dans la ZEE des Australes". Suite aux nombreuses consultations de la population menées dans cet archipel, le projet élaboré a été présenté cette semaine à Papeete par une délégation de 22 représentants des Australes. Nous déplorons le fait qu’aucun représentant des services du Ministre n’était présent à cette présentation. Le Ministre aurait pu réaliser que ce projet est bien celui de la population des Australes. La délégation des Australes a d’ailleurs créé l’association Rahui Nui no Tuha’a Pae [jeudi] et s’est exprimée directement sur ce projet.

Concernant Pew, le ministre dit : "ils se croient chez eux et mettent en place des projets sans que personne ne leur ait demandé quoi que ce soit". Cela est faux. Nous rappelons que l’ONG Pew a été invitée par un courrier [voir fichier ci-dessous] du Ministère de l’Environnement en mai 2014 à "dresser un état des lieux écologique et économique des patrimoines naturels et culturels de l’archipel des Australes".

Cet état des lieux a été financé par Pew et remis au gouvernement en juin 2015. Le gouvernement a également invité Pew à "développer par la suite les stratégies nécessaires à la gestion du territoire concerné". Le projet de réserve marine qui a été présenté cette semaine est une proposition de stratégie de gestion des ressources marines de cet archipel, élaborée de manière participative et concertée.

Le ministre dit "Pew est une fondation américaine financée par le lobby pétrolier". Cela est faux. Pew est une ONG internationale non-lucrative, non-politique, non-religieuse. Les financements de cette ONG proviennent des intérêts d’un fond de charité légué par la famille Pew en 1948. La famille Pew a certes fait fortune dans l’industrie pétrolière avant de léguer sa fortune, mais depuis sa création en 1948, l’ONG Pew est indépendante des intérêts de la famille Pew, de l’industrie pétrolière, et de tout autre intérêt privé et public.

Le ministre dit : "plus ils classent de km2 en zone intégrale, plus ils perçoivent de financements pour leur fondation". Cela est faux. Les financements de Pew proviennent des intérêts du fond de charité légué par la famille Pew et n’ont donc rien à voir avec le nombre de km2 protégé. Pew est particulièrement attaché au principe de transparence et publie sur son site Internet des informations relatives à sa situation financière et à son programme d’action.

Le Ministre dit : "ils se sont déjà fait virer par nos cousins de Hawaii". Ceci est faux. Pew a cofinancé en février dernier une conférence internationale à Hawaii sur les dimensions humaines des AMP. Pew travaille également avec les autorités de Hawaii sur l’extension possible du parc marin Papahanaumokuakea. D’ailleurs, deux "cousins" de Hawaii, Hano et Maile Naehu, étaient présents à Papeete cette semaine pour partager leur expérience et favoriser une coopération polynésienne pour la conservation de l’océan.

Le Ministre dit que Pew a un "comportement colonialiste". Ceci est une accusation grave et insultante. Nous considérons que donner la parole à des populations insulaires pour défendre leurs intérêts et protéger leur patrimoine naturel, dans le respect des cultures traditionnelles (comme le rahui), est loin d’être une attitude colonialiste, bien au contraire. Lors de notre dernière rencontre, le Ministre nous disait que "les gens des îles sont naïfs ; vous pouvez leur faire gober n’importe quoi". Nous n’avons pas la même considération des populations des archipels. Nous pensons au contraire qu’elles sont parfaitement capables de discerner ce qui est bon ou mal pour leurs îles.

Le Ministre dit que le Pays est en train de "transformer la ZEE en Aire Marine Gérée" et que Pew "ferait mieux de nous aider dans cette démarche". Nous sommes tout à fait disposés à accompagner le Ministre dans cette démarche. Nous le faisons d’ailleurs déjà en communiquant à la presse internationale que le Pays est le plus grand sanctuaire de mammifères marins et de requin du monde, favorisant ainsi le rayonnement de la Polynésie française au niveau international. Cela étant, nous n’avons jamais été invités, de même que les ONG locales, à nous prononcer sur ce projet d’Aire Marine Gérée, ni sur la modification du code de l’environnement polynésien, qui n’ont pas fait l’objet de consultation publique.

Sur TNTV, le Ministre dit que "Pew n’a pas réussi à répondre à un certain nombre de questions : qui va financer la gestion de cette aire ? Comment on peut morceler la ZEE du Pays ? Qui va avoir la responsabilité juridique ?". Le rapport présenté cette semaine répond à ces questions. La gestion d’une Aire Marine Protégée au large est essentiellement sa surveillance. L’armée française est compétente pour surveiller la ZEE et a déjà une stratégie de contrôle efficace. La création d’une Aire Marine Protégée au large n’entraînerait donc pas de coûts de surveillance additionnels selon l’armée. Il ne s’agit pas de morceler la ZEE du Pays, les grandes Aires Marines Protégées aux Australes et aux Marquises annoncées par le Pays au niveau international pourraient parfaitement s’intégrer au projet de grande Aire Marine Gérée proposé par le Pays à l’échelle de toute la ZEE. La responsabilité juridique de la gestion de la ZEE est de la compétence du Pays et la création d’une AMP ne modifierait en rien cette compétence.

Un conseiller d’Edouard Fritch dit "Pourquoi créer une aire marine protégée dans une zone où la pêche n’existe pas ?". C’est justement toute la philosophie du programme Héritage Mondial des Océans mené par Pew. Il ne reste plus que 10% des océans encore sains à l’échelle de la planète. La plupart des espèces commerciales du Pacifique sont surexploitées, avec par exemple une réduction de 84% des stocks de thons obèse. Pourtant, la pêche augmente chaque année dans le Pacifique. Créer une réserve dans une zone largement pêchée est très complexe, voire impossible. Et dans une zone surexploitée, il n’y a plus grand-chose à protéger. Il semble donc plus pragmatique de sécuriser la protection de certaines des dernières zones qui sont encore saines, avant que la pêche ne s’y intensifie. Les eaux des Australes sont encore préservées, mais pour combien de temps ? Selon l’Agence française de développement (AFD), sept dossiers de bateaux usines surgélateurs pour pêcher en Polynésie française ont été présentés à Bercy pour une défiscalisation. Les Australes ne veulent pas de ces bateaux usines dans leurs eaux, car ils pensent que leurs intérêts seraient nuls pour leur archipel alors que leurs impacts seraient importants pour la pêche côtière dont ces populations dépendent.

Le conseiller ajoute : "en revanche, une fois créée, l’AMP pourrait poser de sérieux problèmes à la population". Quels problèmes ? Le zonage proposé par la population des Australes prévoit une zone de pêche de 20 milles marins autour de chaque île pour les poti marara (il n’y pas de thoniers basés aux Australes). La population pourrait donc continuer à pêcher durablement au milieu de la plus grande réserve marine du monde. Les AMP, à travers leur notoriété internationale, entrainent également un développement de l’écotourisme. Par exemple, selon le Ministère de l’Environnement, la fréquentation touristique de l’île de Fakarava a été multipliée par sept, suite à la création de la réserve de biosphère de l’UNESCO il y a 10 ans. Plutôt que des problèmes, les AMP apportent donc des bénéfices directs pour les archipels.

Nous sommes peinés de devoir nous défendre publiquement face à ces accusations. Cependant, la vocation de Pew au niveau international est de stimuler la participation citoyenne au développement des politiques publiques. Donc nous sommes malgré tout heureux de voir que le projet de réserve marine proposé fait aujourd’hui l’objet d’un vrai débat public. Nous ne sommes pas rancuniers et nous sommes bien sûr disposés à continuer à travailler avec le Ministère et la population des Australes sur ce beau projet de Rahui Nui No Tuha’a Pae.

Rédigé par d'après communiqué le Vendredi 8 Avril 2016 à 15:32 | Lu 4813 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

31.Posté par Lu le 13/04/2016 20:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est bon uniquement pour la culture! Vaut mieux qu''il reste bien au chaud dans ses pantoufles que de vouloir s''aventurer dans un domaine qui ne maitrise pas! Pauvre de nous : peuple ignard! Magnifique monsieur le Ministre

30.Posté par Rahui Nui le 12/04/2016 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si vous voulez voir la position des élus et de la société civile des Australes sur ce projet d'AMP, leurs interventions lors de la conférence du 6 avril 2016 à Papeete sont publiées sur la page Facebook Rahui Nui No Tuhaa Pae: http://www.facebook.com/rahuinuinotuhaapae/
N'oubliez pas d'aimer la page et de partager!

29.Posté par eldrig le 11/04/2016 07:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

a lire : http://www.huffingtonpost.fr/richard-honvault/peche-en-eau-profondes-enjeu-geopolitique_b_5860874.html

28.Posté par emere cunning le 10/04/2016 22:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Pew Polynésie,
J'ai effectivement lu quelque part que Pew s'est donnée pour mission (notamment) de protéger nos océans. Mais en parlant de la SURPÊCHE pratiquée jusqu'ici par les grands états dans les eaux internationales et partout, j'ai dit très exactement que Pew qui aurait du commencer par empêcher cela "N'A manifestement PU faire grand chose" (au passé composé) alors que vous existez depuis des décennies et disposez de gros moyens financiers. D'ailleurs, vous dites vous même que la pêche illégale continue, et pis... que tout est actuellement permis !!!
Je constate que Pew est disposée à aider le Pays dans son projet de faire de la ZEE une Aire Marine Gérée et j'espère pour tous que notre gouvernement recevra très bientôt nos maires et vos responsables.

27.Posté par emere cunning le 10/04/2016 21:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ A STACHLER,
A prendre avec des pincettes made in France, je suppose. C'est que les tireurs de ficelles dans les coulisses (comme tu dis) débarquent de partout, tous soucieux de leurs seuls intérêts.
@ SM,
BonneS questionS, mais je doute qu’il existe un statut qui permette de concilier les deux. Notre véritable problème, c’est que nous n’avons pas les moyens financiers, humains et matériels de contrôler qui que ce soit et quoi que ce soit. En attendant, notre gouvernement devrait effectivement les recevoir tous et en débattre.

26.Posté par Lecouillon le 10/04/2016 21:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois qu un débat sur l une de nos 2 chaînes de télévision serait la bienvenue car l environnement est sujet important. La population pourrait juger de la véracité de ce projet car il ne faudrait pas que l on passe à côté .

25.Posté par TARAVANA MA... le 10/04/2016 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

AUE TURA HOI NTEIE FAATERE HAU , QU IL S EN PRENNE A PEW EST UN PETIT MAL , A MON SENS , EN TANT QU'ILIEN MAIS QU ILS NOUS PRENNENT POUR DES NAIFS ET QUE L ONB PEUT NOUS FAIRE GOBER N IMPORTE QUOI .... MAURURU FAATERE HAU POUR CETTE CONSIDERATION POUR LES ILIENS .... J AI HATE QUE CE MEME FAATERE HAU FASSE UNE TOURNEE DU COTE DES ILES E RIA PAKITI MAITAI AI IANA ..... FAAITOITO ATU TERARA E MAHANA TO TE URI ... AITA HOE FAATERE HAU I PARAHI INIA I TE PARAHIRAA TE TAATOARAA TONA ORARAA .... TEIE MAU TAU I MURI NEI VAHO TO OE VAIRAA ...

24.Posté par simone grand le 10/04/2016 19:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est regrettable que le ministère n'ai pas eu d'autres arguments que l'insulte et les affirmations péremptoires.


23.Posté par Pew Polynésie le 10/04/2016 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@emere cunning
Pew travaille dans 20 pays dans le monde pour trouver des solutions concrètes face aux pressions sur les océans. Au-delà des réserves marines, Pew a aussi un programme sur les thons (et lutte contre les senneurs et les DCP dérivants auprès des commissions thonières), sur la pêche illégale avec un appui à la surveillance par satellite des eaux (un poisson sur 5 est pêché illégalement), sur les eaux internationales (où presque tout est permis actuellement), sur les requins et les mammifères marins, sur la politique européenne de la pêche, sur la recherche scientifique, etc. Ces actions sont en effet une goutte d'eau dans la mer face à la puissance des lobbies industriels, mais on ne peut pas dire que "Pew ne fait pas grand-chose" pour protéger l'océan.

22.Posté par manoivi le 09/04/2016 22:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A tous les écolos d'un jour, souvenez vous quand même que les Américains ont été parmi les plus grands pêcheurs de baleines de la planète au 19° siècle. Il n'y a pas très longtemps encore, il a fallu des années pour faire retirer des sonars utilisés par la marine américaine de leurs bateaux, sonars qui seraient susceptibles d'être à l'origine d'un grand nombre d'échouages de céracés. Lors de la première réunion à Rurutu, la docteur Es je ne sais quoi a demandé à nos pêcheurs de "réduire la pression anthropique que les cétacés", de l'hébreu pour un grand nombre de personnes, mais le plus comique, cette personne travaillait à la délégation de l'environnement, service qui avait autorisé le Gauguin à venir observer les baleines à Rurutu, alors aux donneurs de leçon, de la réflexion et au lieu des insultes, donnez des arguments!!!

21.Posté par temae le 09/04/2016 21:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle incompétence que celle de ce ministre en matière d'environnement. Mais ici les ministres venus de nulle part sans aucune connaissance de leur sujet ... improvisent ! et dramatiquement mal.
Que chacun fasse ce qu'il sait faire et la Polynésie se portera mieux.
Quelle honte que cette attitude stupide et belliqueuse vis à vis d'une ONG comme Piew qui partout autours de la planète tente de la protéger.
Heremoana retourne à Te Fare Tauti Nui et laisse l'environnement à des personnes compétentes et visionnaires qui ont une vraie stratégie de la protection de notre planète. Réalises tu, au moins, ta responsabilité vis à vis de la Planète dans cette réaction dénuée d'intelligence? Pauvre terre! Entre les mains de personnes aussi.... irresponsables.

20.Posté par SM le 09/04/2016 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle est la différence de statut entre une "aire marine protégée" et une "aire marine gérée" ?
Un éclaircissement permettrait peut-être de juger du bien fondé des positions de l'ONG PEW (qui n'a pas l'air opposée au statut d'aire marine gérée) et du souci du gouvernement de garder le contrôle sur devenir de l'espace marin du Pays.
D'un côté il s'agit de protéger l'environnement ; de l'autre, il faut que le pouvoir politique (population, élus,...) ne soit pas dépossédé de tout pouvoir sur cette aire marine (développement économique, exploitation raisonnée,...).
Quel est le statut qui permet d'équilibrer ces deux objectifs? SM

19.Posté par emere cunning le 09/04/2016 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On sait depuis toujours que la sur-pêche modifie les écosystèmes marins, appauvrie et même élimine des variétés de poissons, etc. Mais tous ont continué, et ne sont pas prêts de s’arrêter. Pew Charitable Truts, qui aurait du commencer par là, n’a manifestement pu faire grand chose alors qu’elle existe depuis 1948 et dispose d’actifs qui se chiffrent en milliards de dollars. Whatever, grave dilemme quand on n’a pas les épaules pour s’assumer, but still, we’d better think it over. ET parce qu'il ne faut plus compter sur la France (comme dit Dosière), peut-être que PCT peut déjà nous éduquer sur ces nouvelles méthodes d’aquaculture durable étudiées par ses scientifiques, ça nous mettrait en confiance... Oui je sais, je plane.

18.Posté par emere cunning le 09/04/2016 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est sûr que les missions de cette ONG américaine sont louables et son projet tentant (Global Ocean Legacy), surtout pour nos îles qui ont été négligées, et même polluées à jamais pour certaines ; on comprend tout à fait que nos maires des Australes lui aient sauté au cou. Mais quand on sait les guerres économiques que se mènent sans pitié les grands Etats, comment ne pas se méfier de tous. La France y compris d’ailleurs, ses élus n’ont eu jusqu’ici que mépris pour ce qu’elles représentaient.

17.Posté par Alain STACHLER le 09/04/2016 14:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fiuroa
ONG, ONG,...
Pour avoir bosse a cote d'elles dans pas mal de bleds a travers le monde, je sais qu'il faut les prendre avec des pincettes car, si ceux qui oeuvrent sur le terrain sont souvent des purs, dans les coulisses pour les tireurs de ficelles il en va tout autrement. Aussi, j'inviterais bien tous les contributeurs de ce blog a tourner 7 fois leurs doigts au-dessus des touches avant de commenter!

16.Posté par Phil le 09/04/2016 13:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n'est pas Pew qui pose problème, c'est l'égo de ce ministre. Aux Marquises, il freine des deux pieds pour empêcher la création de l'Aire marine protégée alors que cela fait trois ans que l'agende des Aires Marines travaille dessus. Des millions de francs investis pour... rien, sur un caprice du ministre Pito Nui ! M. le ministre, vous n'êtes pas à la hauteur de votre fonction !!!!

15.Posté par Tihoti le 09/04/2016 13:04 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci à tous ceux qui soutiennent ce projet, du fond du coeur merci. J'ai fait parti de cette délégation des Australes. C'est vraiment d'en arriver là, se justifier, prouver notre bonne foi. Alors que tout ce que l'on voulait, c'était une entrevue.

14.Posté par Mathius le 09/04/2016 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En fait Pew , décide la doit être un reserve mondiale sans ce soucier comment l'humanité attaché à cette reserve pourront survivre. Vachement humaine cette association qu'elle prétend écologiste. Apprenti sorcier un jour apprentis sorcier toujours.
Je me demande si nous devons pas faire un procés au soleil de veillir😘

13.Posté par citoyenenPf le 09/04/2016 11:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c''est parce que le courrier de 2014 vient de SALMON et que l''on a un maire RIVETA qu''il faut anéantir les efforts mis en oeuvre pour ce projet. Il faut arrêter de cautionner ces politiques/fonctionnaires qui ont germé dans le même terreau

12.Posté par rahui le 09/04/2016 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est désolant de constater la bêtise humaine!
Heremoana arrête ton chalala et mets de côté ton ego, bien sûr qu'il y a un intérêt à protéger des zones non encore touchées par les pêcheurs internationaux, bien sûr que les autochtones "australiens pourront encore pratiquer leur pêche pour se nourrir, leurs enfants et petits enfants aussi, grâce à PEW et à la majorité des australiens pour ce projet!
merci PEW!
Ne lâchez rien! on a besoin de vous!
Riveta cache toi t'es ridicule! En avant en arrière, à droite à gauche!

Allez tous avec PEW !

11.Posté par coyote le 09/04/2016 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

amusant pour illustrer l'Unité de Maohi Nui.....

10.Posté par Olala le 09/04/2016 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et si vous voulez vraiment vous rendre utile au ministère de l'environnement, lancez une capagne d'éradication de la petite fourrni de feu... Heu, pardon, l'éradication est désormais difficile étant donné le temps de réactivité de nos dirigeants, disons plutôt une campagne de contrôle de la propagation de la petite fourmi de feu (entre deux cocktails ou inaugurations....)



9.Posté par Olala le 09/04/2016 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nos élus pensent qu'ils ont inventé le fil à couper le beurre et qu'ils vont révolutionner la façon de penser et de faire dans notre petit pays... C'est bon, ça suffit, Il faut peut être commencer à regarder et s'inspirer intelligemment de ce qui se fait ailleurs et ce qui a fait ses preuves ailleurs (pas très loin de chez nous par exemple). Monsieur le ministre, retournez à votre danse et votre culture et laissez l'environnement à quelqu'un d'autre, vous n'y connaissez absolument rien. Soyez humble et réaliste pour une fois. Allez, on vous accorde une danse avec les sirènes...

8.Posté par J’dis ça, j’dis rien le 09/04/2016 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" Les gens des îles sont des naïfs ; vous pouvez leur faire gober n'importe quoi ": cela en dit long, sur ce que certains hommes politiques pense de leurs concitoyens. Mais au moins, cela a le mérite d'être clair: je ne suis dans le gouvernement pour aider le pays à se développer selon la volonté du peuple, mais juste parce que le peuple est trop c.. Je ne sais pas, si on peut considérer qu'il y a diffamation , vis à vis de cette organisation, mais en tout cas, concernant les Polynésiens ( tout au moins, ceux des "îles" ), c'est insultant. Des excuses ou s'il n'en ait pas capable, une démission seraient les bienvenues.

7.Posté par Hinanui le 09/04/2016 07:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Excuses publiques! Mr le Ministre, ça mérite des excuses publiques! Un dirigeant du Pays ne peut pas dire n'importe quoi.

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 9 Décembre 2017 - 19:41 French blue contre-attaque et casse les prix

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance