Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Aire marine protégée aux Marquises : la culture défend l'océan



Les zone maritime marquisienne réprésente plus de 700 000 km2 - Photo : jacquesroad.blogspot.com
Les zone maritime marquisienne réprésente plus de 700 000 km2 - Photo : jacquesroad.blogspot.com
ÎLES MARQUISES, le 27 octobre 2014 - Après l’annonce du démarrage de la phase de concertation d’une année en vue de la création d’une aire marine protégée au Henua Enana, le principal initiateur du projet, la fédération culturelle Motu Haka se félicite que l’aspect culturel ait été pris en considération : « On ne peut pas dissocier les traditions de la richesse de la mer, car elles forment un tout ! » déclare le président de la fédération, Toti Teikiehuupoko, très engagé avec le Pays, l’Etat et la CODIM dans ce processus de reconnaissance et de protection de l’environnement terrestre et marin marquisien.

La zone océanique marquisienne représente environ 720 000 km2 et, de l’avis des scientifiques qui ont mené des recherches sur place, l’isolement de l’archipel a favorisé l’existence d’un endémisme exceptionnel pour un grand nombre d’espèces marines. L’Agence des aires marines protégées explique sur son site que « Proche de l’équateur, les eaux des Marquises bénéficient d’un enrichissement en plancton et nutriments important. Cette caractéristique, atypique dans cette partie du Pacifique, est à l‘origine d’importantes ressources halieutiques, particulièrement en thonidés. Dans les eaux marquisiennes, on considère que 11% des poissons côtiers actuellement recensés sont spécifiques de l’archipel (il s’agit d’espèces endémiques positionnant l'archipel au niveau du 3ème site d’endémisme de l'océan Pacifique) et 10% des mollusques marins. Par ailleurs, onze espèces de cétacés y sont observées dont dix de delphinidae avec une abondance élevée et dix espèces de requins ».

Outre sa faune marine, l’écosystème marquisien recèle d’un grand nombre d’anciens récifs submergés. Selon les estimations, ils seraient vieux de près de 1000 ans et accessibles à 60 mètres de profondeur. Tout ce potentiel a conduit les autorités du Pays, de l’Etat mais surtout locales à se pencher sur un programme de reconnaissance et de préservation de cet « immense garde-manger » tant convoité par les flottilles de pêche étrangères.

Photo : jacquesroad.blogspot.com
Photo : jacquesroad.blogspot.com
Du projet UNESCO au projet d’une aire marine protégée.

Comme partout, dès lors que les enjeux économiques apparaissent, toute autre considération n’a plus lieu d’être. Mais cette fois-ci, la fédération culturelle Motu Haka, qui a été à l’origine de cette grande opération, a insisté pour faire valoir sa vision culturelle d’une gestion durable des ressources marines. « En fait, test parti de notre projet d’inscription à l’UNESCO. J’avais suggéré aux maires des six îles qu’ensemble il y avait une possibilité de protéger notre océan, mais ça n’avait pas touché outre mesure(…) et il aura fallu attendre la venue de deux représentants de l’UNESCO en 2012 pour que ça bouge. » se souvient Toti Teikiehuupoko, le président de la fédération.

Jusque-là, en vue de cette inscription à l’UNESCO, les forces vives marquisiennes n’avaient pris en compte que les sites terrestres. « Les deux envoyés spéciaux de l’UNESCO nous ont conseillé d’intégrer également le volet marin et culturel. » précise encore Toti Teikiehuupoko. Ce grand spécialiste de la langue locale explique l’importance de tenir compte des traditions anciennes : « Je prends l’exemple du poisson appelé « Revi » (la loche camouflée que les tahitiens nomment « tarao ») eh bien, dans l’ancien temps lorsqu’un pêcheur en attrapait un, il devait impérativement le relâcher. A cet instant, on disait alors « E Revi a Tana ! » (traduit par : « C’est le poisson qui appartient au dieu Tanaoa ! » Seuls donc les chefs et rois pouvaient en consommer, ce qui explique que l’on en trouve énormément aujourd’hui. »

Autre éléments avancé, le système de Tabou édicté autrefois sur certains lieux marins. « Le peuple devait faire attention où il allait pêcher sous peine de mort ! Et puis, avant chaque campagne de pêche, les tuhuka (spécialistes) se rassemblaient sur le ‘upe (plate-forme située en bordure de mer) pour discuter de ce qui était possible ou non d’attraper. » C’est dire de l’importance des us et coutumes d’antan dont les marquisiens aujourd’hui tiennent toujours compte.

Du coup, les idées de départ ont évolué en un véritable projet de grande dimension, incluant l’inscription au patrimoine de l’UNESCO et la création d’une aire marine protégée. Aujourd’hui, toutes les autorités s’unissent pour préparer ce moment historique. Avec les nouvelles données obtenues, par exemple, lors de la campagne de survol des mammifères et oiseaux marins REMMOA menée par l’Agence des aires marines protégées en 2011 sur la ZEE de Polynésie française et la campagne océanographique « Pakaihi ite Moana » (« Respect de l’océan », en marquisien) menée par l’Agence de novembre 2001 à février 2012, les deux projets vont de pairs : « Il arrive que l’on me pose la question : qu’est-ce que ça vous apporter le fait d’être inscrit à l’UNESCO ? Je leur réponds simplement : allez demander à l’Australie, à l’Italie, aux américains ou aux français ce qu’ils en pensent. Eh bien, en étant inscrit à l’UNESCO, les touristes affluent pour visiter les monuments. Alors, pourquoi pas les îles marquises ? Mais pour ça, il faut se positionner avec le volet marin et culturel ! »

Les marquisiens sont donc acquis à la cause, d’autant plus que chaque île possède son référent culturel. Dans le cadre de la création de cette future aire marine protégée, la fédération avait déjà mis en place des aires marines éducatives pour impliquer tous les marquisiens (petits et grands) dans la sauvegarde de leur patrimoine hérité des anciens. Une petite victoire donc pour la culture de cet archipel tant aimé de Paul Gauguin et Jacques Brel.

TP


I te mau pae mātuita ma : tā pāturu nei te hīro’a tumu i te moana

‘Ua fa’aro’o hia a piti mahana atu ra, te rave ra te pū e pāruru nei i te tuha’a moana rau iō tātou nei, i te tahi tītorotorora’a mana’o i te mau pae fenua ‘Enana ‘e Enata ma. E tāmau hia te reira i ni’a i te hō’ē roara’a hō’ē matahiti. E ‘ohipa teie e rave ‘āmui hia ana te Hau Fenua, te Hau Metua, te CODIM (pūpū ‘oire-‘āmui) tae noa atu te ‘āmuitahira’a Motu Haka e peretiteni hia nei e te ‘aivāna’a ra o Toti Teikiehuupoko. ‘Ō na ato’a o tei hōro’a mai i tō na mau mana’o i ni’a i teie ‘ohipa te tupura’a. Mea nāhea teie ‘ōpuara’a i te ha’amatara’a i te fa’a’ohipa hia. “ ’Ua ha’amata te reira fa’anahora i muri noa mai o te rurura’a te mau tāvana ‘e o vau iho nei, i te fenua ra nō Hiva Oa ‘e Nuku Hiva i te matahiti 2010 ra. I taua taime ra, te fa’ahiti hia ra i te parau o te tāpa’ora’a i ni’a i te tāpura o te mau faufa’a a te UNESCO. Parauparau atu ra vau nō te moana iō mātou, pēnei a’e mea tano paha ‘ia ‘imi i te hō’ē rāve’a nō te pāruru iā na. ‘Aita ra teie parau i tau’a noa hia a’e. ‘Aua’e maōti te taera’a mai e piti na ti’a nō te UNESCO i te matahiti 2012, i hiti fa’aahou mai ai teie tumu parau.

Tē nā’ō mai ra o na ti’a to’opiti :” Mea hau a’e paha ‘ia fa’aō ato’a hia mai te parau nō te moana et te hīro’a tumu, mai te peu e hīna’aro ‘outou ‘ia tāpa’o hia ‘outou i ni’a i taua tāpura faufa’a ra. “ Mea nā reira teie ‘ohipa i te ha’amatara’a. ‘Ia ‘ite mai tātou, tae i teie mahana ‘aita te moana ‘e te hīro’a tumu i tuātapapa hia e te mau tāvana. I muri noa ra i teie rurura’a, taui atu ra te mana’o. I terā iho taime, ‘ua ‘ite o Toti i te mea ē, teie te taime nahonaho nō te fa’ahīro’a i te faufa’a o te mau peu tupuna. Mea nāhea ra ho’i ? Nā na te reira e pāhono mai : “ e rave noa tātou i te tahi hi’ora’a : te parau ia nō te Tarao, teie ei’a o tā mātou e pi’i nei « Revi ». I mūta’a iho ra, mea ‘ōpani ‘eta’ata roa hia ‘ia hī i teie ei’a. Mai te peu, ‘ua mau hō’ē i ni’a i te matau, a tu’u ! I terā mau tau, ‘ua riro teie ‘ei mā’a nō te mau ari’i. Na te reira ato’a huru fa’anahora’a i ha’afāna’o iā tātou i teie ‘ei’a i teie mahana.

I te parau noa a teie ‘aivāna’a : « Hō’ē ā nō te honu. Mea ha’atapu ato’a hia te mau tahu’a i te tahi mau tuha’a moana, ‘eiāha terā aore ra terā atu ‘ei’a ‘ia ‘ore. Hou te mau va’a tautai a fa’areva hia ai, e ta’iruru te mau « tuhuka » (‘eivāna’a ti’a mana) i ni’a i te mau ahu. ‘Inaha, e tau’a parau rātou nō te ha’amana te mau huru ‘ei’a e ti’a ‘ia hī hia. » Na te reira e fa’a’ite mai ai i te faufa’a o te mau peu tupuna, tae roa atu i teie mahana. Rave rahi feiā tautai o tē hi’ohi’o nei te mau tāpa’o. Na te reira e pāhono i tā rātou mau uira’a : e ‘ei’a ānei aore ra ‘aita ?

Hō’ē ‘ōpuara’a faufa’a rahi

I teie mahana, mea pāpū maita’i i te mau tāvana i te faufa’a moana e vai nei i tō rātou mau pae fenua. I ‘ō nei, tē vai nei te mau huru ‘ei’a varavara. Na te mau ‘aivāna’a nō te ara terā i fa’a’ite mai. I ni’a i tāna tahua natirara, te nā’ō ra te pu « Agence des aires marines protégées" : « Nō tō na āteara’a i te tahi pu’era’a mau ta’amotu, riro atu ra te moana ‘ōti’a i te mau pae Enane ‘e Enata ma mai te hō’ē ra vāhi aērera’a nō te mau ei’a huru varavara. Te i ‘ō’nei ato’a te ‘ōfa’a o te mau ‘ā’ahi. Piri atu i te pae tahatai, te ‘ite hia ra 11% o te mau ei’a e vai nei i reira o te mea varavara ato’a. Na te reira i fa’a’uta atu i teie ta’amotu i ni’a i te ti’ara’a nūmera 3 nō te parau o te vāhi e ha’apu’e nei i te mau huru ‘ei’a varavara. Hō’ē ‘āhuru ma hō’ē tohorā huru rau terā e ‘au nei ma teie pae fenua, na reira ato’a hō’ē ‘āhuru ma’o ».

‘Ua tae ato’a te taime e ti’a ‘ia pāruru i teie faufa’a rahi, teie « Pātere mā’a » o tē nounou rahi hia nei i rāpae. Te i ni’a teie ta’amotu i te hō’ē āteara’a 700 000 kirometera ‘āfata. « ‘Ia ani ana’e hia mai : « ‘eāha pa’ai te faufa’a nō ‘outou i te tāpa’o iā ‘outou i te pu a te UNESCO ? E pāhono noa vau iā rātou : « mea ma, a haere noa atu e ani i te reira mana’o i te mau fenua ‘Auteraria, farāni, maritē aore ra ‘Ītaria. I te taime a ha’amana hia mai tō ‘oe fenua i ni’a i teie tāpura, e horo mai te mau rātere nō te māta’ita’i i te mau faufa’a i pāruru hia mai ra. Mai te peu ‘ua fāna’o teie mau fenua, nō teāha ia ‘aita nō tātou ato’a ? »

Mai i roto i na ‘ōpuara’a to’opiti, mea nāho’a rahi mai te hu’ira’atira’a nō na motu e ono nō te toro i te rima. Te vai ra a’e na teie fa’anahora’a pi’i hia « Aires marines éducatives » o te fa’a’ana’anatae nei i te mau tamari’i. Hou roa atu, ‘ua tihepū hia te mau ti’a e rauti nei i teie mau ravera’a i roto i te tā’ato’ara’a o te ta’amotu. Kaoha nui kōtou ana.

TP

Rédigé par TP le Lundi 27 Octobre 2014 à 15:28 | Lu 1594 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués