Tahiti Infos

Air Tahiti triomphe au Mémorial Guy Temauri


Mise a l'eau au club de Tahitian Paddle, à Punaauia.  Crédit : Tom Larcher
Mise a l'eau au club de Tahitian Paddle, à Punaauia. Crédit : Tom Larcher
Tahiti, le 12 mai 2024 - Ils étaient près de 200, sur la ligne de départ ce samedi mai à Punaauia. En V6 ou en kayak, tous souhaitaient gagner et rendre hommage à Guy Temauri, un homme qui a beaucoup fait pour la rame tahitienne. C’est finalement Air Tahiti qui rafle les honneurs en V6 hommes, et une monstrueuse équipe de Fare Ihi qui gagne en V6 mixtes.

C’est parti !”, hurle la sono, dans une syllabe à n’en plus finir. D’un seul coup, la vingtaine de kayakistes au départ de cette 12e édition du mémorial Guy Temauri plante violemment leur rame dans l’eau. Dans un enchaînement drôlement synchronisé, ils quittent la plage du club de Tahitian paddle à Punaauia en direction de Sapinus, pour enfin revenir le plus vite possible. Il est 11h30, c’est la deuxième course de la journée. Organisée par le dénommé Kiki de Tahitian paddle, père de la portée Dubois bénie par le va’a, c’est aujourd’hui près de 180 rameurs et 20 kayakistes qui participent à cette compétition commémorative. Un parcours de 10 kilomètres pour la course de V6, “direction l’aéroport, et on revient vers Tapunaa”, et un tronçon de 6 kilomètres pour les kayakistes.
 
Si des prize money offerts par les sponsors de l’événement et par la mairie de Punaauia motivent les plus réticents, l’honneur est avant tout de ramer et de gagner ce mémorial. Un des trois événements organisés par Tahitian paddle à Punaauia dans l’année, après la Taaora Race et le Heiva du Cœur, en fin d’année. Car aujourd’hui, les rameurs s’arrachent en mémoire de Guy Temauri, “un homme formidable”, témoigne Kiki. “Il a mis tout son cœur, son temps et son énergie dans le va’a. Notamment dans la jeunesse de Punaauia.” L’homme a beaucoup fait pour le vivier de talents de Punaauia, en indiquant la voie après une victoire à la Hawaiki Nui en 1994. Mais aussi en les coachant. C’est d’ailleurs comme ça qu’il est parti, devant ces élèves une rame à la main, après que son cœur a lâché lors d’un entraînement. Taaroa Dubois, quintuple champion du monde et fils de Kiki Dubois l’aura bien connu ce Guy Temauri. Le départ prématuré de cet entraîneur en or, le 15 mai 2012, aura motivé ces jeunes, présents ou non lors de ce dernier entraînement à faire mieux que leur ‘aito. Aujourd’hui particulièrement les jeunes rameurs de Punaauia, et ceux de Tahiti tout entier, vont se dépasser pour remporter cet événement commémoratif qui se perpétue chaque année depuis 12 ans maintenant.
 

Guerre de haut de tableau

Les kayaks qui s’échauffent pour le départ, puis le départ en trombe.  Crédit : Tom Larcher
Les kayaks qui s’échauffent pour le départ, puis le départ en trombe. Crédit : Tom Larcher
Il fait beau, les cailloux sont en fleur, le ciel est bleu et que demande le peuple”, s’esclaffe Kiki. C’est vrai qu’aujourd’hui toutes les conditions ont souri au déroulement de la course. Et surtout aux grosses performances. Veari, un employé de la Sopadep, réalise pour l’occasion sa première course avec l’équipe de sa société. “Je m’entraîne avec la team Va’a Sopadep le matin de 4 à 6 heures avant d’aller au travail. Pourtant c’était dur, même si ce n’était pas la course la plus dure ou la plus longue.” Les 10 kilomètres ne l’ont pas laissé indifférent, sous ce soleil de plomb. “Mais les conditions étaient excellentes, il fallait se battre à l’entonnoir”, se remémore déjà le rameur à peine sorti de l’eau. “Au départ c’est large, puis très vite arrive un passage serré par le corail.” Il fallait donc s’y engouffrer le plus vite possible, pour prendre la tête du peloton. Si la team Sopadep termine 12e du classement V6 Hommes, 6 minutes derrière la tête de course, c’est dans le haut du tableau que la bataille fut la plus intense.
C’est un gros, très gros duel qui s’est joué pour le podium, sur le retour chez les V6 Hommes. Air Tahiti s’impose au centième de seconde, littéralement. L’AS Brasserie de Tahiti donne tout, mais arrive avec ces quelques centièmes de seconde de retard en bouclant le parcours de 10 kilomètres en 40 minutes 43,42 secondes. Moanatea Construction ferme la marche du podium une dizaine de secondes après le duel pour la 1re place. Pour les V6 mixtes, avec 15 équipes composées d’hommes et de femmes, là aussi le podium s’est montré exigeant. Un peloton de tête se crée lors du retour direction Punaauia, et aucun équipage ne semble vouloir lâcher le morceau. Mais une immense équipe de Fare Ihi creuse finalement l’écart, juste assez pour ne pas se faire de frayeur avec un chrono de 42 minutes et 12,73s. Ils étaient suivis de près, par une queue de podium qui en voulait. Finalement c’est Tahiti Premium Water qui dérobe la 2e place en mixte, 30 secondes derrière les premiers et 10 secondes avant les 3es, Terehe Coursier.
 
En kayak, ils ne sont que 20 toutes catégories confondues sur le départ ; mais ils sont très remontés. Ils trépignent d’impatience à prendre ce départ, surfant sur les vagues créées par les bateaux pour s’échauffer. Puis le départ est donné, et tout va très vite. Au final, c’est Lono Teururai de EDT Top Loisir qui signe le meilleur temps sur ce parcours de 6 kilomètres. Le seniors hommes boucle la course en 43 minutes et 26.68. C’est Georges Tauraa de Mataiea Va’a qui s’occupe du deuxième meilleur temps sur le parcours. Avec une petite minute de retard sur le premier, il prouve que les vétérans de 40 ans en ont encore dans les bras. Les cadets ont aussi livré un bel affrontement, en réussissant à se suivre sans vraiment savoir qui prendrait la tête jusqu’à ce que Hitiragi Tommasini du Tefana Surfski s’en empare, quelques secondes devant Ato Tupana et Tahiarii Mataiea Hoe.

Rédigé par tom Larcher le Lundi 13 Mai 2024 à 12:00 | Lu 1059 fois