Tahiti Infos

Aéroport de Tahiti : "Le rattrapage en 2023 si tout va bien"


Tahiti, le 23 juin 2022 – Aéroport de Tahiti (ADT) a dressé jeudi le bilan du trafic aérien en 2021, dont “l'amorce” de la reprise est portée par les vols domestiques. L'occasion de faire le point sur la concession aéroportuaire, les investissements et services proposés par ADT ou encore les problèmes d'attente à l'arrivée des vols internationaux…
 
Le gestionnaire de l'aéroport de Tahiti-Faa'a, Aéroport de Tahiti (ADT), a présenté jeudi matin le bilan du trafic aérien, international et domestique, sur la plateforme aéroportuaire pour l'année 2021, ses perspectives pour 2022, ainsi que l'état de ses investissements sur l'année passée. ADT qui gère également les trois aérodromes de Raiatea, Bora Bora et Rangiroa transférés en 2020 au Pays, mais dont la gestion lui a été confiée depuis pour une durée “provisoire” de deux ans par l'administration locale. Un bilan 2021 rendu complexe, à la fois en raison des effets de la crise Covid et de la situation juridique de la concession aéroportuaire paralysée par l'annulation de l'attribution de la concession au groupement Egis-CDC, l'actuel actionnaire majoritaire d'ADT.
 

​Reprise “amorcée” en 2021

Répartition du trafic à Tahiti-Faa'a.
Répartition du trafic à Tahiti-Faa'a.
Toujours loin de son niveau d'avant-crise en 2019, le trafic aérien a “amorcé une reprise” en 2021. Au total, un peu plus de 1,22 million de passagers ont transité par les quatre aéroports gérés par ADT, dont 782 000 sur la seule plateforme aéroportuaire de Tahiti-Faa'a. Par rapport à 2020, qui avait connu un arrêt complet de l'activité de transport aérien entre avril et juin, les chiffres de 2021 sont tous orientés à la hausse : +19% de passagers, +22% de recettes commerciales et +36% de fret. Mais la différence avec les années d'avant-crise se situe dans la répartition de l'activité : le trafic de passagers est désormais divisé à 68% pour les vols domestiques et à 32% pour les vols internationaux. Auparavant, c'était 50/50. “La crise a paradoxalement favorisé le tourisme intra-polynésien”, commente le directeur général d'ADT, Jean-Michel Ratron, “les déplacements inter-îles ont été plus résilients”.
 
Globalement, le patron d'ADT constate que ce sont surtout “les mesures restrictives” qui ont eu un rôle déterminant dans la chute du trafic aérien. Le Covid seul ne semble pas avoir entamé les velléités de déplacement des passagers. La chute de la fréquentation a été à chaque fois directement liée à des décisions de restrictions sanitaires sur les vols comme l'obligation vaccinale ou de tests PCR ou antigéniques, le confinement ou encore évidemment la fermeture des frontières. “Dès que les mesures sont levées, le trafic reprend presque immédiatement”, commente Jean-Michel Ratron. Autre argument en faveur de ce constat, la direction d'ADT assure que le classement de la Polynésie française en zone “à risque très élevé” par le CDC américain n'a jamais eu d'impact sur le trafic des passagers.
 

​L'international peine, le domestique décolle

Le trafic de passagers par compagnies en 2021.
Le trafic de passagers par compagnies en 2021.
Dans le détail, le trafic international était toujours amputé de 30% de son potentiel en 2021 avec des destinations fermées en Asie, en Nouvelle-Zélande, en Amérique du Sud ou à Rarotonga. Avec 246 000 passagers durant l'année écoulée, il progresse tout juste de +1% par rapport à 2020, mais surtout il ne représente qu'à peine plus d'un tiers du trafic d'avant-crise en 2019. Dans le détail par compagnies aériennes, Air Tahiti Nui a trusté plus de 50% des parts de marché, devant Air France, French Bee et United Airlines toutes équivalentes à 15% de parts de marché en 2021.
 
Dans les îles, le trafic domestique est en revanche considéré par ADT comme le “moteur de la dynamique de reprise”. Le nombre de vols a sensiblement augmenté par rapport à 2020 (+25%) pour représenter 77% du trafic aérien d'avant-crise en 2019. Dans le détail, sur les trois aérodromes gérés par ADT, Bora Bora se reprend (+20% de passagers par rapport à 2020) mais reste impacté par la baisse du tourisme international, Raiatea se reprend plus timidement (+15% de passagers) mais enregistre tout de même le plus grand nombre de passagers des trois aérodromes (183 000 en 2021) et enfin Rangiroa rebondit proportionnellement très bien (+38% de passagers) grâce à la clientèle locale.
 

​Horizon “éclairci” en 2022

Le trafic aérien à l'aéroport de Tahiti-Faa'a ces 12 dernières années.
Le trafic aérien à l'aéroport de Tahiti-Faa'a ces 12 dernières années.
Pour 2022, les perspectives sont plus enthousiasmantes mais restent mesurées. “Le rattrapage d'avant-crise, ce sera en 2023 si tout va bien”, a prévenu Jean-Michel Ratron. Reste que l'année évolue mieux qu'elle n'a commencée. “L'horizon semble s'éclaircir pour en 2022 pour l'ensemble des compagnies aériennes”, commente ADT. United et Air France sont passées à cinq vols par semaines en mars et avril. Air Tahiti Nui a repris ses vols vers la Nouvelle-Zélande en mai et prévoit de repartir au Japon en novembre. Et enfin Air New Zealand a programmé sa reprise en juillet. ADT anticipe un niveau de trafic aérien à 70% de celui de 2019 pour l'année 2022. Et la reprise sera encore plus forte sur les lignes domestiques dans les îles : 91% du trafic de 2019 depuis Tahiti-Faa'a et 98% dans les autres îles.
 
La crainte d'une nouvelle vague Covid pour annihiler ces belles perspectives ? Jean-Michel Ratron préfère ne pas y croire. “Ce qui est important, ce sont les mesures restrictives. Or s'il n'y a pas de saturation hospitalière, il ne devrait pas y avoir besoin de prendre ce type de mesures”, analyse le directeur général d'ADT.
 

​Nouveaux services à Tahiti-Faa'a

Autre sujet abordé jeudi matin, celui des investissements d'ADT sur la plateforme aéroportuaire de Tahiti-Faa'a. L'occasion d'insister sur l'offre de services qui s'est étoffée en zone publique avec l'arrivée de Vini Vini Snacking, le Café Maeva et le bar-restaurant l'Aviation ou encore l'accès au Duty Free en journée au tarif et au format “Duty Paid”, et en zone d'embarquement avec le nouveau point de vente sous l'enseigne Colombus Café. Un projet de réaménagement du snack de la salle d'embarquement de la zone domestique est également dans les cartons. ADT a aussi engagé une refonte de sa signalétique, notamment avec une traduction désormais en reo tahiti. Et enfin l'aéroport a revu son organisation en salle d'arrivée pour donner plus d'espaces aux vols domestiques.
 
Dernière petite révolution prévue sur le parking de l'aéroport. Après l'installation d'un service de paiement par cartes bancaires aux bornes situées sur le parking, ADT s'oriente vers une digitalisation du paiement avant la sortie grâce à un paiement mobile par smartphone ou par carte bancaire –avec ou sans contact– directement au niveau des barrières de sortie. L'aéroport ambitionne d'avoir le premier parking de Polynésie à proposer un paiement par carte directement à la sortie, mais fait face pour l'heure à des questions de protocoles bancaires “en cours de traitement” avec les établissements bancaires de la place.
 

Les nouvelles compagnies arrivent...

ADT travaille depuis plusieurs mois à organiser ses infrastructures domestiques pour accueillir les nouvelles compagnies locales. Air Moana dispose notamment déjà d'un emplacement dans la zone publique, en attendant son lancement officiel annoncé pour le deuxième semestre 2022.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 23 Juin 2022 à 21:01 | Lu 1474 fois