Tahiti Infos

ADT, des investissements et du trafic en 2023


La reprise du trafic aérien en 2023 a contraint la société ADT à investir. Crédit photo : FB Tahitian Air/Port Views.
La reprise du trafic aérien en 2023 a contraint la société ADT à investir. Crédit photo : FB Tahitian Air/Port Views.
Tahiti, le 26 octobre 2023 – La société Aéroport de Tahiti (ADT) a présenté ce jeudi matin le bilan de son année 2023. Des chiffres plutôt rassurants, avec notamment le plus grand nombre de voyageurs jamais enregistré. Une reprise de l'activité, qui a bien obligé ADT à investir pour maintenir le niveau des prestations de ses aéroports, malgré l'éternel problème de la reprise de la concession.
 
“Jamais on ne l'aurait parié il y a deux ans”, s'est exclamé Jean-Michel Ratron, le directeur d’Aéroport de Tahiti (ADT), la société gestionnaire des aéroports de Tahiti-Faa'a, Raiatea, Bora Bora et Rangiroa, au moment d'annoncer les chiffres du trafic de voyageurs dans ses aéroports, ce jeudi, lors d'une conférence de presse. En effet, ils ont déjà dépassé ceux de 2019 (+15%), en atteignant 2,4 millions de passagers, un chiffre jamais atteint, qui “signe le retour de la fréquentation touristique dynamique”.
 
En quelques chiffres, Tahiti arrive sans surprise en tête du classement d'ADT en cristallisant 70% du trafic, arrivent ensuite Bora Bora avec 15%, Raiatea avec 11% et enfin Rangiroa et ses 5%. Une situation qui s'explique en partie, toujours selon Jean-Michel Ratron, par une reprise du trafic international, avec la réouverture de quasiment “toutes les lignes aériennes” d'avant Covid – à l'exception de celle vers l'Amérique du Sud – mais également par “la diversification des offres vers les îles avec une nouvelle compagnie”, en l'occurrence Air Moana, qui a permis d'accroître encore “l'attractivité de la destination”.
 
Mais si la courbe du trafic est exponentielle depuis la fin de la pandémie, elle devrait toutefois se réguler l'an prochain. “Ça va se calmer en 2024. Bien sûr, nous n'avons pas de boule de cristal, mais nous pensons que la progression devrait être très légère”, confie Jean-Michel Ratron, qui cèdera sa place de directeur d'ADT à un nouveau venu, Gwenvael Ronsin-Hardy, le 1er novembre prochain. Ce dernier, chez Egis depuis dix ans, possède une grande expérience du domaine aéroportuaire. Il était notamment le directeur depuis 2020 de l'aéroport de Bergerac, en Dordogne.
 
Des investissements conséquents
 
Et qui dit reprise de l'activité, dit inévitablement des investissements à faire pour ADT. Si les plus gros projets sont toujours bloqués par la problématique de la reprise de la concession de l'aéroport, dont Egis a pour l'instant les reines, plusieurs investissements ont été menés cette année. “Nous avons voulu maintenir un haut niveau d'investissements malgré la situation. On ne va pas s'arrêter de travailler, car il y a de forts enjeux de maintien opérationnel”, explique Jean-Michel Ratron. Au total, ce sont plus de 4 milliards de francs qui ont été investis dans divers projets.
 
Concernant les offres et les services de l'aéroport de Tahiti, des améliorations ont été effectuées dans les commerces et les services disponibles pour les voyageurs. “Avec l'augmentation du trafic, la demande augmente forcément et il faut y répondre.” Si des projets de nouvelles offres de restauration sont dans les cartons, un point Relay va ouvrir ses portes dans quelques semaines. Au cours de l'année, une consigne à bagages a été mise en place, tout comme un service de wifi gratuit plus performant. L'augmentation du trafic domestique oblige également ADT à prévoir des travaux sur le tarmac, une nouvelle voie de circulation (taxiway) va ainsi être construite. Une étude sur une modernisation de la zone des vols domestiques va aussi être lancée. Concernant la sécurité de l'aéroport et la gestion des opérations aériennes, un tout nouveau PC d'exploitation “digne de celui de Roissy” a été mis en service. ADT a également lancé des investissements ailleurs qu'à Tahiti-Faa'a, avec la piste de Rangiroa, qui devrait se terminer fin novembre, et celle de Raiatea, dont la livraison des travaux est prévue elle pour mi-2024, pour un milliard de francs chacune.
 
Conquérir de nouveaux marchés
 
ADT, en tant qu'exploitant de l'aéroport de Tahiti, a également vocation de se rapprocher de nouvelles compagnies aériennes, voire de celles déjà présentes en Polynésie, pour conquérir de nouveaux marchés. Pour cela, ADT s'est même associé avec le GIE Tahiti Tourisme. Déjà, cette année, une nouvelle ligne aérienne vers Paris via Seattle a été ouverte, tandis que celle vers le Japon ne devrait pas tarder à renaître de ses cendres. Dans ce sens, ADT a participé aux World Routes 2023, un salon international, organisé cette année à Istanbul en Turquie, et qui rassemble un très grand nombre d'acteurs de l'aérien. Lors de cet événement, des rencontres avec des opérateurs aériens se sont multipliées. “Ce n'est pas pour des ouvertures de lignes à court terme, mais on y travaille”, a expliqué la directrice des opérations aéroportuaires d'ADT, Tearaina Teamotuaitau, également présente lors de la conférence de presse. Sans vouloir révéler les noms des compagnies rencontrées, quelques destinations ont été, en revanche, évoquées. “Le marché australien est une priorité pour nous. Celui asiatique aussi, avec l'Asie du Sud-Est et le sud de la Chine. Le Canada est aussi une bonne piste, puisqu'on s'est rendu compte qu'avec l'ouverture de la ligne vers Seattle, de nombreux Canadiens viennent visiter la Polynésie”, détaille Tearaina Teamotuaitau. À noter également qu'après son test lors de la dernière saison IATA Hiver, la compagnie Delta Airlines va revenir en Polynésie pour la nouvelle saison hiver 2023-2024.
 

Jean-Michel Ratron, le directeur d'ADT, à gauche, au côté de son futur successeur, Gwenvael Ronsin-Hardy. Crédit photo : Thibault Segalard.
Jean-Michel Ratron, le directeur d'ADT, à gauche, au côté de son futur successeur, Gwenvael Ronsin-Hardy. Crédit photo : Thibault Segalard.

Rédigé par Thibault Segalard le Jeudi 26 Octobre 2023 à 16:25 | Lu 2708 fois