Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



A l’entraînement avec l’AGIGN



Durant leur entraînement, les membres de l’AGIGN alternent les différents types d’armes – lourdes ou plus légères, équipées de lasers – d’abord dans l’immobilité puis en se déplaçant et ce, sous l’ordre de l’un d’entre eux désigné pour diriger la séance de tir.
Durant leur entraînement, les membres de l’AGIGN alternent les différents types d’armes – lourdes ou plus légères, équipées de lasers – d’abord dans l’immobilité puis en se déplaçant et ce, sous l’ordre de l’un d’entre eux désigné pour diriger la séance de tir.
Tahiti, le 8 juillet 2020 - Chaque semaine, les membres de l’antenne du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (AGIGN) de Polynésie française s’entraînent intensément au tir et aux sports de combat. Tahiti Infos a suivi un entrainement de cette unité d’élite qui a contribué à l’arrestation de plus de 100 personnes liées au trafic de stupéfiants depuis sa création en 2016.

C’est dans une vallée reculée de Tahiti que les membres de l’antenne du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (AGIGN) de Polynésie française s’entraînent régulièrement au tir. Pour accéder à cet endroit, il faut emprunter une piste sinueuse et rocailleuse qui mène à un stand de tir où les militaires de l’AGIGN se réunissent régulièrement pour procéder à des entraînements destinés à parfaire leurs techniques en permanence. Sur place et pendant plusieurs heures, les gendarmes se relaient, individuellement ou en binôme, pour tirer sur des cibles dans un exercice qui nécessite de la confiance, de la précision et le sens de la coordination.

Là où ils s’entraînent, les gendarmes de l’AGIGN bénéficient du calme et de la discrétion nécessaires à la préparation de leurs missions qui se font souvent dans un contexte de tension et de rapidité.
Là où ils s’entraînent, les gendarmes de l’AGIGN bénéficient du calme et de la discrétion nécessaires à la préparation de leurs missions qui se font souvent dans un contexte de tension et de rapidité.
Composée de gendarmes aguerris et commandée par deux officiers, l’AGIGN de Polynésie française a été créée en 2016 dans le cadre du nouveau schéma national d’intervention mis en place par le ministre de l’intérieur après les attentats de 2015. En Polynésie, comme le rappelle le commandant de l’AGIGN, le capitaine H (les militaires de cette unité sont soumis à l’anonymat) : "un élément d’alerte immédiat se tient prêt 365 jours par an et 24 heures sur 24 à partir sur une crise de moyenne ou haute intensité sur tout le territoire polynésien, sur ordre du Commandant de la gendarmerie pour le Polynésie française. Sur le territoire, cette unité est en première ligne de la lutte contre le trafic de stupéfiants puisque 90% de ses missions y sont consacrées. Depuis sa création en 2016, l’AGIGN a d’ailleurs contribué à l’arrestation de plus de 100 personnes impliquées dans le trafic"

L’une des notions maîtresses qui règne sur ce type d’entraînement est la confiance. Ultra qualifiés dans leur domaine, les membres de l’AGIGN sont vigilants quant aux notions de sécurité qui entourent notamment les entraînements au tir au cours desquels ils manient des armes létales.
L’une des notions maîtresses qui règne sur ce type d’entraînement est la confiance. Ultra qualifiés dans leur domaine, les membres de l’AGIGN sont vigilants quant aux notions de sécurité qui entourent notamment les entraînements au tir au cours desquels ils manient des armes létales.

Rédigé par Garance Colbert le Mercredi 8 Juillet 2020 à 18:15 | Lu 9789 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Août 2020 - 11:26 Cinq nouveaux cas Covid confirmés depuis mardi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus