Tahiti Infos

À Moorea, une nouvelle brigade mobile pour “aller vers le citoyen”


Tahiti, le 7 avril 2024 – Lors du Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance qui s'est déroulé jeudi à Moorea, le haut-commissaire de la République, Éric Spitz, a annoncé la création d'une brigade mobile à Moorea. Dans un entretien accordé à Tahiti Infos, le commandant de la gendarmerie pour la Polynésie française, le colonel Grégoire Demézon, explique qu'il était nécessaire qu'une nouvelle unité vienne en appui de la brigade fixe de l'île sœur qui est notamment confrontée à un “afflux de population”.

 
Dans quel contexte la création de cette nouvelle brigade mobile à Moorea s'inscrit-elle ?
La création d'une brigade mobile à Moorea s'inscrit dans le cadre du plan 200 brigades validé par le président de la République le 2 octobre dernier et qui prévoit, pour la Polynésie, la création de deux nouvelles brigades. Une à Moorea, et une brigade spécialisée sur les violences intrafamiliales. Ce plan 200 brigades s'inscrit lui-même dans la loi d'Orientation et de programmation du ministère de l'Intérieur pour la période 2022-2027 qui prévoit des investissements significatifs pour la gendarmerie, à la fois dans le domaine de l'ordre public avec notamment la création de sept escadrons de gendarmerie mobile, l'arrivée d'une nouvelle flotte de véhicules blindés avec des véhicules Centaure, le renouvellement de la flotte d'hélicoptères et l'acquisition d'une flotte d'hélicoptères de manœuvre. Voilà pour la partie ordre public. Sur la partie sécurité publique, le plan qui prévoyait 200 brigades a finalement abouti à la création de 250 brigades dont celle de Moorea et de celle dédiée aux violences intrafamiliales.”
 
Quels étaient les besoins à Moorea ?
“L'île connaît un fort développement touristique. C'est le cas dans certaines périodes particulières comme le week-end de Pâques, mais de manière générale, elle connaît un fort afflux de touristes. C'est le premier point. Le second est qu'il y a de plus en plus de gens qui s'y installent et qui pendulent du fait du coût du foncier sur le grand Papeete. Nous avons un développement démographique de Moorea qui mettait en difficulté la brigade actuelle qui n'était pas suffisamment calibrée pour prendre cet afflux de population en compte. L'idée est donc de renforcer nos dispositifs à Moorea avec la création de cette brigade mobile.”
 
Comment définiriez-vous les missions d'une brigade mobile ?
“Il s'agit de sortir d'une logique de guichet pour aller vers le citoyen dans une logique de proximité. D'une certaine manière, je schématiserais en disant : ‘Si tu ne viens pas vers la gendarmerie, la gendarmerie viendra à toi.’ Il y a donc cette volonté d'aller vers le citoyen pour mieux prendre en compte ses attentes et mieux coller au mode de vie de la population.”
 
Quelles sont les fonctions de cette nouvelle brigade mobile ?
“Cette brigade va remplir quatre grandes fonctions. La première est une fonction de contact avec le grand public, c'est la raison pour laquelle cette brigade est dotée d'un GENDtruck. Ce véhicule va tenir des permanences sur différents endroits de l'île. Les lieux et horaires de permanence seront communiqués sur la page Facebook de la gendarmerie en Polynésie pour permettre aux citoyens d'aller déposer plainte ou de rechercher un renseignement auprès de cette brigade mobile. Quelque part, c'est une logique de brigade éphémère dans un temps et un lieu donnés. La deuxième fonction est une fonction de prévention en démultipliant la présence de la gendarmerie sur la voie publique. Il s'agit d'augmenter l'empreinte au sol de la gendarmerie sur l'île de Moorea et de dissuader les délinquants de passer à l'acte. La troisième grande fonction est une fonction d'intervention et, dans ce cadre-là, la brigade mobile de Moorea interviendra en appui de la brigade actuelle. L'objectif est de réduire les délais d'intervention. Aujourd'hui, ces délais peuvent être importants et dépasser les 40 minutes car l'île de Moorea est une île vaste. Avec cette brigade mobile, nous aspirons donc à réduire les délais. Enfin, la quatrième fonction est une fonction d'investigation puisque cette brigade participera au traitement judiciaire consécutif au traitement d'enquête consécutif aux plaintes qui auront été déposées dans le cadre de la gestion collaborative des procédures qui est mise en place sur l'île de Moorea. L'ensemble des plaintes déposées seront donc étudiées conjointement par la brigade fixe de Moorea et la brigade mobile.”
 
Comment cette brigade sera-t-elle composée et quelles seront ses priorités ?
“Cette brigade est composée de six gendarmes officiers de police judiciaire. Quatre sont actuellement en place, les deux autres arriveront en août. Ils seront dotés d'un local mis à disposition par le Pays à Haapiti et qui leur donnera un point fixe. Il y a également une embarcation qui sera mutualisée avec la brigade fixe. Quant aux priorités opérationnelles de cette brigade mobile, elles sont les mêmes que celles de l'ensemble des unités du ComGend, à savoir la lutte contre les violences intrafamiliales, la lutte contre les infractions à la législation sur les stupéfiants, la sécurité routière – nous avons encore eu un accident mortel à Moorea le week-end dernier – et enfin, autre grande priorité opérationnelle : la lutte contre la délinquance environnementale.”


Rédigé par Garance Colbert le Dimanche 7 Avril 2024 à 17:48 | Lu 1742 fois