Tahiti Infos

A Mayotte, l'eau est de retour mais les problèmes structurels demeurent


Crédit JULIEN DE ROSA / AFP
Crédit JULIEN DE ROSA / AFP
Mamoudzou, France | AFP | vendredi 04/04/2024 - Grâce à une saison des pluies "exceptionnelle", Mayotte a pu reconstituer ses stocks d'eau après une sécheresse historique en 2023. Mais les habitants sont toujours privés d'eau un jour sur trois et aucun retour à la normale n'est prévu avant 2025.

C'était un passage obligé. En déplacement à Mayotte mercredi et jeudi, la ministre déléguée chargée des Outre-mer Marie Guévenoux s'est rendue sur le site de la retenue collinaire de Combani, l'un des deux lacs artificiels qui, avec les cours d'eau, fournissent 80% de la ressource hydrique du 101e département français.

En fin d'année dernière, la retenue était quasiment à sec. Depuis, une saison des pluies "assez exceptionnelle" selon l'expression de Jérôme Josserand, le directeur régional de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) de Mayotte, a permis de remplir le lac et d'écarter tout risque immédiat de pénurie.

"Cela nous permet d'appréhender la saison à venir beaucoup plus sereinement", a salué Marie Guévenoux devant les journalistes en faisant le bilan des actions entreprises pour tenter de résoudre cette crise récurrente qui frappe Mayotte.

Depuis de fortes sécheresses en 2016, les coupures d'eau rythment le quotidien des Mahorais mais celles-ci ont atteint un niveau sans précédent l'an passé après une saison des pluies (traditionnellement de novembre à avril) quasiment sans précipitations. 

D'août à janvier, l'eau courante était coupée deux jours sur trois tandis que l'Etat parait au plus pressé en distribuant gratuitement des bouteilles d'eau. Et malgré le retour de la pluie, la population de Mayotte est toujours privée d'eau du robinet un jour sur trois.

"On a une situation structurelle à réparer. Pour cela, on a besoin d'un investissement extrêmement fort", a reconnu Marie Guévenoux mercredi en promettant 75 millions d'euros pour, entre autres, réparer les fuites sur les canalisations - les pertes atteindraient 40% de la production - et construire une deuxième usine de dessalement dans le centre de l'île.

En cas de nouvelle crise, des "stocks stratégiques" ont également été constitués: 14 millions de litres distribués aux services publics. 

Sortie de crise en 2025

Pour autant, les Mahorais devront attendre pour avoir de nouveau accès à l'eau courante tous les jours. "On ne pourra pas sortir des tours d'eau avant la mise en service de la nouvelle usine de dessalement, prévue pour l'été 2025", prévient Jérôme Josserand, de la Dreal.

La faute, d'abord, à une consommation qui ne cesse d'augmenter dans un département confronté à une importante pression migratoire, avec une croissance démographique de 4% par an selon l'Insee. 

Alors que Mayotte produit environ 40.000 m3 d'eau par jour, les besoins quotidiens sont estimés à 45.000 m3. Pourtant, la consommation moyenne d'eau dans l'archipel est de seulement 80 litres par personne contre 150 litres en métropole, ce qui fait dire à Jérôme Josserand que "nous sommes déjà dans une forme de sobriété".

Si l'État a engagé des travaux d'urgence, avec des forages qui ont permis de trouver de nouvelles sources d'eau et des réparations sur la première usine de dessalement qui tournait au ralenti depuis son inauguration en 2018, il doit composer avec plusieurs années de sous-investissement.

Reste, donc, le projet de deuxième usine de dessalement présenté comme la solution aux problèmes de Mayotte avec ses 10.000 m3 quotidiens d'eau supplémentaires.

Mais le projet est décrié par des associations environnementales qui s'inquiètent des rejets produits par cette usine installée près d'un lagon du sud de l'île.

"Nous regrettons l'opacité. Les habitants n'ont pas été concertés, les associations environnementales non plus", regrette Houlam Chamssidine, le président de Mayotte Nature Environnement, selon qui "il n'y a aucun recul (...) sur les nuisances que cela provoquera sur l'écosystème du lagon".

Et en attendant l'usine, les Mahorais devront continuer à vivre au rythme des restrictions tout en craignant une nouvelle crise. "On vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête", estime Houlam Chamssidine.

le Vendredi 5 Avril 2024 à 05:22 | Lu 580 fois