Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



A La Réunion, le mouvement des "gilets jaunes" a été "pire qu'un cyclone" pour l'économie



Saint-Denis de la Réunion, France | AFP | mardi 12/02/2019 - Particulièrement virulent en fin d'année à La Réunion, le mouvement des "gilets jaunes" a paralysé l'île pendant près de trois semaines: l'impact des blocages et des violences urbaines a été "pire que celui d'un cyclone", estiment les acteurs économiques.

Au plus fort du mouvement pour protester contre les hausses de prix des carburants, la vie chère et les inégalités, plus d'une vingtaine de barrages routiers bloquaient l'île et un couvre-feu avait été instauré, dans un territoire où 42% de la population vit sous le seuil de pauvreté.
"Nous devons encore attendre un peu pour avoir plus de visibilité", note Bernard Picardo, président de la Chambre des métiers et de l'artisanat. Mais il estime déjà à 40 millions d'euros les pertes enregistrées par les entreprises artisanales.
Le seul port marchand ayant été bloqué pendant plusieurs jours, "de nombreux artisans se sont retrouvés sans matière première" et à "cause des barrages de routes, les salariés et les patrons n'ont pas pu aller travailler, des Salons ont été annulés", ajoute-t-il.
Pour lui, le mouvement a été "pire qu'un cyclone. On remet vite les choses en place après un cyclone. Ce mouvement social s'est déroulé sur plus de deux semaines, avec des conséquences beaucoup plus dramatiques", lâche-t-il.
Ibrahim Patel, président de la Chambre de commerce et d'industrie de La Réunion, estime que "sur la totalité des 36.000 entreprises de l'île, il y a eu entre 600 et 700 millions euros de pertes". 
Rien que les pertes de stocks, les dégâts matériels dus aux violences urbaines, les loyers impayés sont estimés à plus de 30 millions d'euros.
Selon Ibrahim Patel, "les salariés touchés (chômage partiel, activité réduite... ndlr) sont au nombre de 20.900, répartis dans les 3.492 entreprises qui ont déclaré des pertes".
"Le commerce a été le secteur le plus touché. Les petites comme les grandes surfaces étaient fermées", rappelle-t-il.
 

- Croisières déroutées -

La même morosité est affichée par le secteur du tourisme. Restaurateurs, entreprises de loisirs, loueurs de voitures ou hôteliers, aucun n'a été épargné. "Le plus dur a été pour le secteur sport et nature. Il y a eu zéro réservation pendant les semaines de blocage", souffle le président de l'Ile de La Réunion Tourisme, Stéphane Fouassin.
"Onze paquebots de croisière transportant 13.000 touristes ont été déroutés", énumère-t-il. Il se souvient de "ces images de touristes, bloqués à l'aéroport ou à pied, tirant désespérément leurs valises vers Saint-Denis" à cause des blocages des routes. "Et nous ne mesurons pas encore l'impact sur les réseaux sociaux, et auprès de leurs amis, de leurs proches", commente-t-il.
"Les agriculteurs n'ont pas pu couper leurs cannes à sucre, les maraîchers n'ont pas pu accéder à leurs champs, les fruits et les légumes pourrissaient. Les éleveurs ont dû réduire la voilure et ne pouvaient pas nourrir les bêtes, les marchés forains ont été annulés, des milliers de litres de lait ont été jetés", égrène Jean-Bernard Gonthier, président sortant de la Chambre d'agriculture et récemment battu aux élections professionnelles.
"Nous parlons de 8 à 10 millions euros de perte" affirme-t-il. Pour pallier les conséquences de cette crise des dispositifs d'aide ont été mis en place.
L'Etat a annoncé une série de mesures d'accompagnement, notamment un échéancier dont toutes les entreprises peuvent bénéficier pour le paiement des cotisations fiscales et sociales. La Région a débloqué une enveloppe de six millions d'euros en faveur des très petites entreprises.
"Une deuxième enveloppe de 20 millions d'euros suivra. L'aide sera plafonnée à 5.000 euros par entreprise", annonce Ibrahim Patel.
"L'heure est à la reconstruction" martèle le président de la chambre de commerce. "Mais rien ou presque n'étant réglé, tant en termes de pouvoir d'achat que de luttes contre les injustices. Il faut s'attendre à un autre cyclone, c'est ça qui fait peur", s'inquiète un chef d'entreprise.

le Mardi 12 Février 2019 à 05:18 | Lu 315 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net