Tahiti Infos

300 kg de crevettes bleues volées à Mitirapa


Tahiti, le 20 décembre 2023 – Très mauvaise surprise à cinq jours de Noël. Environ 300 kg de crevettes bleues ont été volées en ce début de semaine à la Presqu'île. Les filets ont été coupés et la perte est estimée à un million et demi de francs. “Ça fait mal”, déplore Poerani Durand, responsable commerciale chez Mitirapa Blue Pearl Shrimp qui appelle à la vigilance sur les réseaux sociaux.
 
“Alerte vol”. C'est ainsi que commence le post sur la page Facebook de Mitirapa Blue Pearl Shrimp qui explique avoir été victime du vol de ses fameuses crevettes bleues. “Nos filets d'élevage ont été saccagés, des entailles droites et bien précises ont été faites et notre récolte considérablement réduite.”
Ce que nous a confirmé ensuite la commerciale de l'entreprise, Poerani Durand, qui raconte : “On pense que cela s'est passé entre dimanche et lundi. Il faut savoir qu'on est amenés à plonger assez régulièrement dans les enclos. Et samedi, le gérant [Toa Vivish, NDLR] qui travaille seul, a plongé dans l'un des enclos et n'a rien vu. Mais lundi, quand on a récolté trois enclos, on s'est aperçus que des filets avaient été coupés bien droit. C'était flagrant. Ça ne peut pas être dû à un frottement avec des coquillages ou autre.”
 
300 kg et un million et demi de francs perdus
 
Poerani Durand explique qu'un enclos contient entre 200 et 300 kg de crevettes. “On a fait le tri et on estime la perte à 300 kg au total ce qui équivaut à environ un million et demi de francs.” Un coup dur à quelques jours des fêtes de Noël et du Nouvel An. “Ça fait mal d'autant plus qu'en début d'année, la crevette bleue a vécu un moment assez difficile au niveau de la nurserie, la seule en Polynésie.”
 
En effet, en mars dernier, un taux de mortalité important et inquiétant a été observé dans les premiers jours de vie des crustacés de la seule écloserie qui se situe à Vairao. Ce problème de croissance larvaire avait donc fortement impacté la production de crevettes bleues, puisqu'“ils n'avaient pas pu nous fournir les bébés crevettes sur trois élevages”, nous a précisé Poerani Durand.
 
Vigilance sur les réseaux
 
“Nous ne sommes que trois aquaculteurs et notre crevette se démarque par sa couleur bleue étincelante car elle est élevée en pleine mer. Ça ne se trouve pas en lagon ou en mer par hasard, il faut forcément avoir un élevage. À cette personne qui vient se servir sur le travail des autres ... Ha’apa'o maita’i... le karma n'a pas de pitié”, peut-on lire sur la page Facebook de l'entreprise qui lance un appel à la vigilance et à la solidarité des Polynésiens, en cas de “vente de crevettes fraîches ou congelées sur les réseaux ou en bord de route”.
“Surtout sur les réseaux”, précise Poerani qui se rappelle que des personnes les avaient déjà contactés il y a quelques années, “parce que ce n'est pas notre premier vol”. En 2019 en effet, 600 kg de crevettes bleues avaient déjà été volés dans la ferme aquacole de Toa Vivish. Une plainte va être déposée auprès de la gendarmerie.

Rédigé par Stéphanie Delorme le Mercredi 20 Décembre 2023 à 14:32 | Lu 4613 fois