Tahiti Infos

27 jeunes Polynésiens s'engagent dans l'Armée de Terre


Les volontaires qui signent leur contrat d'incorporation à l'Armée de Terre. Crédit photo : Thibault Segalard
Les volontaires qui signent leur contrat d'incorporation à l'Armée de Terre. Crédit photo : Thibault Segalard
Tahiti, le 7 février 2023 – Ils étaient 27 à signer leur contrat d'incorporation dans l'Armée de Terre, mardi lors d’un événement organisé au haut-commissariat. En 2023, on estime en Polynésie à 400 le nombre de volontaires polynésiens qui devraient rejoindre l'Armée de Terre.
 
Ils étaient 27 à signer leur contrat d'incorporation dans l'Armée de Terre mardi dans les locaux du haut-commissariat. En présence du haut-commissaire, Éric Spitz, du contre-amiral Geoffroy D'Andigné mais également du général Bruno Louisfert, sous-directeur du pôle de recrutement de l'Armée de Terre en déplacement en Polynésie, les aspirants ont parafé leur contrat les engageants définitivement pour une durée de cinq années au sein des forces armées françaises. Ils devaient prendre l'avion le soir même à 23 heures, direction la France métropolitaine. Lors de son discours Éric Spitz a tenu à saluer le courage de ces nouveaux volontaires qui s'engagent “dans un contexte international particulier avec les événements ukrainiens et le retour de cette guerre de haute intensité à seulement trois heures de vol de Paris”. Le représentant de l’État en Polynésie a également rappelé aux jeunes, la possibilité qu'ils ont de gravir les échelons au sein de l'armée : “50% des sous-officiers viennent du rang. Je vous souhaite d'y arriver et d'ensuite revenir en Polynésie. Car comme mes prédécesseurs je poursuis la politique d'océanisation des cadres pour qu'il y ait de plus en plus de Polynésiens au cœur des administrations de l'État au fenua, comme dans l'Armée de Terre.
 
Le sens de l'engagement
 
Chaque année, 16 000 jeunes s'engagent sur le plan national, dont 1 500 sont originaires des territoires d’outre-mer. Si La Réunion arrive en tête pour le nombre d'engagés qui en sont originaires, en pourcentage la Polynésie est loin devant si l’on rapporte le nombre de volontaires à la population locale. L'année dernière, 355 jeunes Polynésiens ont choisi de cheminer un temps sous les drapeaux. Pour le général Bruno Louisfert, ce nombre constant et important de volontaires au fenua s'explique par des valeurs communes : “L'engagement à du sens pour les Polynésiens. Ils se retrouvent dans les valeurs de l'Armée de Terre : le respect, le sens du devoir et la discipline. De plus, ils ont une réelle possibilité de pouvoir enrichir leur vie personnelle et professionnelle en entrant dans les rangs.”
 
Parmi les volontaires de cette promotion, deux femmes dont la benjamine, Logan, qui du haut de ses 18 printemps n'appréhendait pas, mardi, l’imminence du départ pour les antipodes, bien au contraire : “J'ai hâte de partir. Les valises sont prêtes”. Née dans une famille essentiellement composée d'hommes, s'engager est pour elle une forme de reconnaissance. “J'ai toujours voulu m'engager. Tous mes oncles et mes cousins sont dans l'armée. Je suis la seule fille de la famille donc c'est aussi leur prouver que moi aussi je suis capable de le faire.” En 2023, on estime à 400 le nombre de Polynésiens qui vont suivre les pas de Logan pour entrer dans l'Armée de Terre.
 

Rédigé par Thibault Segalard le Mardi 7 Mars 2023 à 17:48 | Lu 1116 fois