Tahiti Infos

23 atolls des Tuamotu suspendus à l’avenir du Kura Ora


Le Kura Ora a acheminé 7106 tonnes de marchandises de toutes sortes aux Tuamotu en 2012
Le Kura Ora a acheminé 7106 tonnes de marchandises de toutes sortes aux Tuamotu en 2012
PAPEETE, 5 mai 2014 - La Compagnie de transport maritime des îles Tuamotu (CTMIT), armateur du Kura Ora II, est menacée de faillite. Le navire est pourtant un élément clé de la vie économique de 23 atolls des Tuamotu.

36 ans de navigation au compteur. Le Kura Ora II assure chaque mois au départ de Papeete, une tournée de 1208 nautiques à travers le centre, l’est et le nord-est de l’archipel des Tuamotu où il visite 23 atolls dont Anaa, Hao, Makemo, Fangatau, Reao, Tatakoto.

Le dernier recensement général réalisé en août 2012 par l’ISPF, a comptabilisé 6154 habitants sur ces îles. Pour ces populations insulaires, les livraisons du navire sont essentielles pour la fourniture d’hydrocarbures, de matériaux de construction, de gros équipements et de produits alimentaires.

En 2012, le Kura Ora y a acheminé 7106 tonnes de marchandises de toutes sortes. Son activité de commerce à l’aventure l’a conduit à ramener à Tahiti 1114 tonnes de coprah, de nacres et de poisson. La goélette participe à la vie économique de ces îles. Pour tout ce qui est volumineux et lourd, elle est le lien avec Tahiti.

Mais tout cela est menacé. La Compagnie de transport maritime des îles Tuamotu (CTMIT), son armateur, est en phase d’observation à la suite d’une procédure de redressement judiciaire ordonnée par le tribunal de commerce de Papeete le 24 mars dernier. Son avenir est compromis.

La société peine à faire face à près de 600 millions Fcfp de créances : dettes bancaires ; salaires impayés ; une facture de plusieurs années de droit de mouillage au Port de Papeete ; des cotisations impayées à l’Enim, la caisse de retraite des marins ; une importante créance envers la CPS…

Et le Kura Ora IV, navire acquis d’occasion par la CTMIT en juillet 2010 pour remplacer le II, ne répond pas aux normes de sécurité et est interdit de navigation à moins d’engager 50 millions Fcfp de travaux. Le navire est immobilisé au mouillage depuis quatre ans. Et faute de liquidités, la CTMIT est au bord de l’asphyxie.

La situation est vécue comme "délicate" par le ministre en charge des transports maritimes, Albert Solia qui, en dépit de multiples sollicitations, n’a pas souhaité nous recevoir pour évoquer cette question "afin de laisser le tribunal de commerce statuer sereinement".

Mais la déroute de la CTMIT doit-elle être traitée sous le seul angle d’une affaire privée, en proie à des difficultés économiques ? A l’octroi de sa licence en 1997, Jean-Claude Paquier l’armateur était prévenu : "il fait son affaire de l’exploitation à ses risques et périls, le territoire déclinant toute responsabilité en cas de déficit".

Il demeure cependant que le Pays a estimé la charge nette que représenterait l’armement du Tahiti Nui I, s’il devait prendre le relai du Kura Ora, en cas d’interruption des rotations : 30 millions Fcfp par tournée.

Et puis les menaces qui pèsent sur l’avenir de cette ligne pointent les limites du modèle et de l’organisation des transports maritimes en Polynésie française. La collectivité compte 118 îles réparties sur une zone océanique vaste comme l’Europe. Le fret maritime est un élément structurant pour la cohésion et le développement du pays, bien plus que ne l’est le transport aérien.

En 2012, 413 000 tonnes de marchandise ont été transportées par voie maritime à travers la Polynésie française.

Rédigé par JPV le Lundi 5 Mai 2014 à 14:46 | Lu 2374 fois
           



Commentaires

1.Posté par Fiu le 06/05/2014 06:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On s'en fout des tuams

C'est a tahiti que il y a le plus de monde

Ils ont qu'a venir ici a tahiti chez les patrons qui vont les exploiter

2.Posté par Faut pas pousser! le 06/05/2014 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En fait, dans le cadre de la desserte nécessaire de ces iles, garante de l'unité et de l'égalité des polynésiens, le Pays (nous) une fois encore, devra mettre la main à la poche pour compenser les multiples dérives de gestion de cette entreprise privée....
Il est à noter que ces généreux contributeurs au régime orange depuis toujours, se mettent en faillite sous le gvt tahoeraa... Un hasard?

3.Posté par Nana le 06/05/2014 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu es qui toi à te foutre des tuamotu, c'est aussi grâce à eux que tu es là.
Espèce de poiri ta'o ta'o.................

4.Posté par babeth le 06/05/2014 19:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a peut-être moins d''habitants qu''à tahiti, mais les Tuamotu est le garde manger de la Polynésie. Si la France est reconnue Puissance mondiale,encore une fois c'est grâce aux tuams. La perle de tahiti, reconnue mondialementc'estencore les tuams

5.Posté par Droulet le 07/05/2014 07:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@babeth et @nana et @fiu

Je suis effaré de voir des Polynésiens s'insulter pour montrer la suprématie de leur île , mais on est tous dans la même galère , NON ?

6.Posté par Popoti le 07/05/2014 11:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut absolument sauver le soldat "Kura Ora". Ce navire est indispensable à la vie dans les Tuamotus, d'autant plus qu'il est le seul à toucher certains atolls. Les courageux habitants des atolls doivent continuer à être désenclavés (dans le cas contraire, ils viendront tous à Tahiti grossir les rangs des sans emplois).

7.Posté par Gabs le 07/05/2014 12:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Droulet... NON, nous ne sommes pas tous dans la même galère ! Beaucoup sont en Yacht de luxe mais les plus petits, eux, sont dans cette galère car c'est eux qui paient au final !

@ Faut pas pousser!... arrêtes de dire des Vérités.... ça énerve Emereee !!!!!!

8.Posté par Reva dit Etoile le 28/05/2014 11:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous n''avons pas le droit de dire du mal pour les Tuamotus , grâce à eux aussi pour leur richesse et ils sont aussi des personnes comme nous qui ont besoin d''être vu et qu''on s''occupe d''eux (il y a des familles).