Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


2.000 pas de plus par jour pour réduire le risque cardiovasculaire



PARIS, 20 décembre 2013 (AFP) - Faire 2.000 pas supplémentaires par jour, soit environ 20 minutes de marche à un rythme modéré, permet de réduire de 8% le risque de maladie cardiovasculaire chez des patients pré-diabétiques, selon une étude publiée vendredi.

L'étude a été réalisée sur quelque 9.300 adultes originaires de 40 pays souffrant d'une intolérance au glucose.

Il s'agit d'une situation dans laquelle le corps commence à perdre la capacité métabolique de réguler la glycémie après les repas, ce qui se traduit par des taux de sucre sanguin (glucose) plus élevés que la normale, mais pas suffisants pour pouvoir parler de diabète.

Cette intolérance touche 344 millions de personnes, soit 7,9% de la population adulte mondiale, un chiffre qui pourrait atteindre 472 millions (8,4%) en 2030, selon l'étude publiée dans la revue médicale The Lancet. Elle constitue un stade fréquent de transition vers le diabète de type 2 (le plus courant).

"Ces personnes ont un risque fortement accru d'avoir des maladies cardiovasculaires", souligne le Dr Thomas Yates de l'Université britannique de Leicester, qui a coordonné les travaux.

Tous ont été invités à réduire leur poids, à modifier leur mode de vie en faisant plus d'exercice et à diminuer les graisses dans leur alimentation.

Ils ont également été équipés de podomètres mesurant les pas effectués pendant une semaine au début de l'étude, puis à nouveau pendant une semaine un an plus tard.

A l'issue de l'étude, ceux qui avaient augmenté leur activité physique avaient un risque cardiovasculaire diminué de 8% pour chaque tranche de 2.000 pas supplémentaires parcourus par rapport à ceux qui n'avaient pas fait d'effort.

Mais même sans rien changer à leurs habitudes, ceux qui marchent plus sont mieux protégés que ceux qui marchent peu, chaque tranche de 2.000 pas supplémentaires diminuant le risque de 10%.

Des études avaient déjà démontré dans le passé que l'activité physique avait un effet non négligeable sur la santé des pré-diabétiques, mais c'est la première fois qu'une étude quantifie l'effort requis pour modifier le risque.

Le diabète comme les stades pré-diabétiques augmentent les risques d'infarctus et d'accident vasculaire cérébral (AVC).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise de faire plus de 10.000 pas par jour, soit 6 à 8 km, une recommandation qui n'est respectée que par 20% des 18-64 ans en France, selon une enquête publiée en septembre dernier.

Rédigé par () le Vendredi 20 Décembre 2013 à 06:43 | Lu 229 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies