Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


19 millions de Fcfp répartis entre cinq syndicats



PAPEETE, le 16 mars 2016. La CSTP-FO reste le premier syndicat représentatif. Il touchera pour son fonctionnement une subvention de 7.5 millions de Fcfp. Au total, les cinq organisations syndicales se partageront 19 millions de Fcfp.

Le conseil des ministres a rendu public ce mercredi la représentativité des différents syndicats de salariés. Pour y prétendre, les organisations doivent avoir obtenu, au cours des deux dernières années (ici 2014 et 2015) une moyenne de voix aux élections des délégués du personnel, supérieure à 5% du nombre de voix exprimées. Une nouvelle fois, c'est la CSTP-FO qui est sur la première marche du podium. Elle est suivie par la CSIP, A ti'a i Mua, Otahi et O Oe to oe rima (voir graphique ci-dessous).


Mais en plus de l'élection des délégués du personnel, les résultats obtenus lors de l'élection des représentants élus aux comités d'entreprises sont importants. En effet, ce sont ces deux résultats qui sont pris en compte pour obtenir des subventions pour le fonctionnement interne des syndicats. Et là, le classement est légèrement différent. La CSTP-FO est toujours devant, mais vient ensuite A Ti'a i Mua, la CSIP, Oe oe to oe rima et Otahi. Au total, l'enveloppe à se partager atteint 19 millions de Fcfp. Le syndicat de Patrick Galenon rafle 7.5 millions de Fcfp (voir graphique ci-dessous). A Ti'a i Mua devrait recevoir 4 millions de Fcfp. La CSIP pourra elle compter sur 3.2 millions de Fcfp. Viennent ensuite Oe oe to oe rima et Otahi qui toucheront respectivement 2.2 et 2 millions de Fcfp.
Pour obtenir ces subventions, chaque syndicat devra produire des pièces obligatoires au traitement des demandes de subvention précise le communiqué du conseil des ministres.


19 millions de Fcfp répartis entre cinq syndicats


Rédigé par Mélanie Thomas le Mercredi 16 Mars 2016 à 16:30 | Lu 1061 fois

Tags : SOCIAL, SYNDICAT






1.Posté par Mathius le 16/03/2016 17:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a une pratique malsaine à verser des subventions à des syndicats qui se prêtendent etre indepndants.
Qui paie contrôle... En realité c'est le côté pervers de la democratie française.

2.Posté par madmax le 17/03/2016 08:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qui paye contrôle,

Il faut contrôler ce qu'il font avec cet argent public

transparence,

allez publiez vos comptes, syndicaleux, la on va bien rire.


on leur paye pour "foutre la merde" dans ce pays,
avec leurs mentalités dépassées, leurs raisonnements fallacieux,

y a qu'a les voir s'exprimer à la télé, incapable d'avoir un discours construit,


comble, ils sont contaminés par le syndicalisme à la française,

même pas une pointe de culture maohi.

3.Posté par atiaimua le 17/03/2016 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nos comptes sont présentés par un expert comptable (bien que la loi ne nous y oblige pas) et transmis tous les ans aux autorités et publiés dans notre journal après approbation par le congrès A TIA I MUA. La subvention ne représente que 10 % de nos recettes qui sont à 80 % des cotisations des nos adhérents. Les autres 10 % étant des sources de financement extérieures à la PF et liées à notre statut d'ONG.

4.Posté par taramea le 17/03/2016 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

madmax, si tu as un salaire aujourd'hui, des congés payés, des primes, des horaires de travail décent, etc..., c'est aux syndicalistes, aux syndicats de salariés et patronaux que tu les dois, ce n'est pas tombé du ciel comme çà, ces gens se sont battus pour que les personnes qui travaillent ne soient plus considérées comme des esclaves, alors, avant de les critiquer, va voir su internet ce que c'est le syndicalisme. Faaino pour faaino, qu'est ce que tu as fais pour les travailleurs de ce pays ? Quel est ton bilan ? Faaea ite faaino, ahi'o na mua roa ia oe, hou oe e hi'o ai ia vetahi e. Mea papu ra oe ia parau ite reo tahiti (no te mea, aita vau i ite ite parau ite reo maohi) (même pas une pointe de culture maohi).

5.Posté par zozo le 17/03/2016 16:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pour plus de représentativité il faudrait suivre l'exemple d'autres pays europeen et rendre l'adhesion à un syndicat obligatoire pour tous les salariés( liberté du choix bien sur) Et supprimer les subventions !!!

Quand on paye on se sent plus concerné et surtout on commence à regarder à quoi sert son argent et comment on est défendu !!

6.Posté par Popoti le 19/03/2016 04:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les syndicats sont sensés exister pour protéger les travailleurs. J'aimerai que l'on nous explique pourquoi ne se mobilisent ils pas contre le travail au noir et les patrons fraudeurs car les travailleurs cotisants à la CPS sont directement pénalisés :
- augmentation des prélèvements sociaux
- financement sur leurs cotisations du RST (frais médicaux et retraites des non cotisants).
Protéger les travailleurs, c'est aussi se préoccuper de ceux qui sont exploités sans être déclarés. Je m'étonne aussi que le CA de la CPS et le patronat ne se mobilisent pas sr ce sujet car il y a des sommes énormes en jeu.
Réveillez vous.......

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués