Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


​Violences en famille à la barre du tribunal



PAPEETE, 15 octobre 2018 - Trois affaires de violence intrafamiliale ont été jugées en comparution immédiate ce lundi, avec à chaque fois au cœur de la brouille la question de l’addiction, à l’alcool ou au cannabis.
 
Dans la nuit de samedi à dimanche, à Faa’a, un homme frappe la femme. Tous deux vivent en couple depuis 20 ans. Ils ont six enfants. Il est 0 h 15. Ils viennent de passer une bonne partie de la journée à boire, comme pratiquement chaque week-end. L’épouse avec ses copines, le mari avec ses amis. Tout dégénère dimanche lorsque, de retour à la maison, le mari demande à sa compagne, assoupie sur une chaise, de venir au lit. Elle refuse. Le ton monte. Les reproches fusent des deux côtés, sans grand fondement visiblement. "J’étais tellement bourrée que j’ai rien compris", avouera la femme devant les gendarmes. Puis vient le premier coup et la bagarre. L’épouse s’en tire avec 2 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT), et des douleurs à la mâchoire et au crâne.
L’homme est déjà sous le coup de plusieurs condamnations pour conduite en état d’ivresse, au cours des 18 dernières années. Le tribunal le condamne, en ordonnant l’exécution provisoire, à 4 mois de prison avec sursis, mise à l’épreuve pendant 2 ans et obligation de soins pour traiter son problème d’addiction à l’alcool.
 
L’ampoule cassée
 
Puis vint Franck T. à la barre. Renfrogné, sensible et explosif. La justice lui reproche d’avoir menacé ses deux sœurs, le 27 septembre dernier, en faisant usage d’un fusil de pêche sous-marine. Tout le monde loge chez la grand-mère paternelle à Mahina. A 27 ans, Franck est employé comme éboueur municipal sous contrat d’accès à l’emploi (CAE), depuis quelques mois. De retour à la maison, ce jeudi-là, il observe que la lampe qu’il utilise pour sa production « in door » de cannabis a été déplacée de la chambre de sa mamie, vers le garage de la maison. Surtout, il constate que l’ampoule est cassée." J’ai pété les plombs", avoue-t-il. Dans cette maison, on ne s’aime pas beaucoup. Les relations sont dégradées sur fond de promiscuité, de manque d’argent et d’affaires de terre larvées, depuis le décès du père, en 2017. Surtout, Franck s’avoue complètement accro au cannabis, qu’il consomme quotidiennement à forte dose. Et quand il est en manque, il ne se contrôle pas, ce qu’il reconnait volontiers. Le tribunal le condamne, en ordonnant l’exécution provisoire, à 6 mois de prison avec sursis, mise à l’épreuve pendant 2 ans et obligation de soins pour traiter son addiction au cannabis.
 
"On l’aime notre fils"
 
La troisième affaire était la plus troublante. Au rendu du jugement, les victimes ont donné une dernière embrassade au prévenu avant que ce dernier n’aille purger 5 mois de prison ferme à Nuutania. A 31 ans, Rodrigue est petit mais robuste. Surtout, il lui arrive de perdre le contrôle de lui-même. Samedi matin, 13 octobre, ce fut le cas. Il constate que le chargeur de son téléphone est hors d’usage en se réveillant. La batterie de son téléphone est épuisée et il a besoin de contacter son cousin pour obtenir de quoi fumer du paka. Il s’en prend à son neveu de 4 ans en lui reprochant d’avoir manipulé l’accessoire. La maman, sa sœur s’en mêle pour protéger le petit. Les reproches fusent. Peu de temps après Rodrigue lui donne un coup de tête au visage, gifle sa mère de 53 ans qui tente de s’interposer pour les séparer et maronne son père qui arrive au secours. "Je ne me contrôlais plus", dit-il à la barre. Tous vont pourtant plaider en sa faveur devant le tribunal. "On l’aime notre fils", affirme même son père. "Mais on n’aime pas ce qu’il fait". Il demande au tribunal d’ordonner des soins pour traiter l’addiction au cannabis de son fils. Une demande entendue par le tribunal. Rodrigue est condamné à 9 mois de prison dont 4 avec sursis et mise à l’épreuve pendant 2 ans. Le prévenu est maintenu en détention où il pourra accomplir « rapidement » son obligation de soins, s’il le souhaite. Rodrigue consomme du cannabis depuis l’âge de 8 ans…

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Lundi 15 Octobre 2018 à 18:01 | Lu 1934 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 16:09 Le manque d'eau se fait ressentir à Faa'a

Vendredi 16 Novembre 2018 - 15:58 Papeete : des travaux d'élagage prévus ce samedi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués