Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​Un couple arrêté alors qu’il vendait de la fausse chloroquine à Tahiti



​Un couple arrêté alors qu’il vendait de la fausse chloroquine à Tahiti
Tahiti, le 26 mars 2020 - Un jeune couple a été interpellé et placé en garde à vue mercredi par la Direction de la sécurité publique (DSP) alors qu’il vendait de la fausse chloroquine à Tahiti via les réseaux sociaux.
 
C’est ce qui s’appelle profiter de la crise. Un homme de 33 ans et une femme de 25 ans originaires de Punaauia ont été arrêtés mercredi soir à Papeete alors qu’ils tentaient de vendre de fausses “gélules” de chloroquine, le médicament dont l’utilisation et les études font actuellement l’objet d’un intérêt tout particulier, notamment sur les réseaux sociaux, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Alertés en début de semaine par des messages provenant d’un faux compte Facebook assez manifeste promettant la vente de boîtes de chloroquine pour 16 000 Fcfp l’unité, les policiers de la DSP se sont fait passer pour des acheteurs pour comprendre comment un médicament strictement prescris sur ordonnance pouvait être vendu aussi librement auprès du grand public.
 
Après avoir contacté le vendeur via Facebook, les policiers se sont vus fixer un rendez-vous tardif mercredi soir sur un parking de Papeete. Vers 18 heures, les agents se sont donc retrouvés face à un couple qui a bien eu du mal à expliquer comment il pouvait revendre sous le manteau ce type de médicaments. Placé en garde à vue, l’homme, déjà connu pour des escroqueries de bas-étage, a rapidement reconnu qu’il ne s’agissait pas de chloroquine mais de spiruline. Un simple complément alimentaire à base d’algues… La femme, quant à elle, a affirmé qu’elle n’était pas réellement au courant de la nature de l’escroquerie et a été mise hors de cause par son compagnon. Elle est ressortie libre de garde à vue. L’homme en revanche sera poursuivi pour “pratiques commerciales trompeuses”. Et les forces de l’ordre ont précisé hier soir à la suite de ce fait divers qu’elles seraient extrêmement vigilantes pour que ce type de comportements visant à profiter de la crise sanitaire actuelle soient fermement réprimés.

Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 26 Mars 2020 à 17:08 | Lu 24451 fois





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Avril 2020 - 01:51 Le poison d’avril

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus