Tahiti Infos

​Tendre itinéraire de Bebel au fenua


Jean-Paul Belmondo, le 22 avril 1966 à Tahiti. (AFP / Robert Putigny)
Jean-Paul Belmondo, le 22 avril 1966 à Tahiti. (AFP / Robert Putigny)
Tahiti, le 6 septembre 2021 - Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma français, est décédé lundi à Paris. Parmi ses 80 films, deux l'avaient amené à tourner en Polynésie française. Tendre voyou de Jean Becker en 1966 puis le chef-d'œuvre de Claude Lelouch, Itinéraire d'un enfant gâté, en 1988.    
 
Qui a oublié Bebel, la cinquantaine triomphante, marchant sur les bancs de sable de Tetioroa dans les nuées d'oiseaux ou nourrissant une frégate à la main ? L'acteur décédé lundi était venu tourner Itinéraire d'un enfant gâté de Claude Lelouch en 1988. A travers cette scène de quelques minutes, il aura incarné l'une de plus belles publicités pour la destination jamais tournée. Belmondo, alors âgé de 55 ans, endossait le rôle de Sam Lion, un industriel las de sa vie qui choisit de se faire passer pour mort afin de parcourir le monde. Et c'est par hasard, au comptoir d'enregistrement d'un aéroport, qu'il décide de prendre un vol pour "Papète" et le fenua. Le film avait été un succès à sa sortie en 1988 avec plus de 3,2 millions d'entrées et Belmondo avait reçu l'année suivante le César d'un meilleur acteur pour son prestation (il avait refusé cette distinction).
 
L'atoll de Tatahuo-Rao
 
Il s'agissait du second passage de la star en Polynésie. En 1966, pour le tournage de Tendre voyou, de Jean Becker, il avait déjà découvert le fenua. Dans ce film, il incarnait Tony Maréchal, entre le gigolo et l'escroc, qui finit par tomber sur une petite maline qui prétend être l'héritière du l'atoll de Tatahuo-Rao, et de son gisement de manganèse. L'atoll n'existe pas plus dans la réalité que le gisement dans la fiction, mais déjà le charme opère et un Bebel trentenaire, dans un complet blanc, présente à la métropole les beautés du fenua. Dans le même film, l'escroc se fait passer pour un savant atomiste revenu de Morurua, un clin d'œil moins “carte postale”, d'autant plus que l'année de la sortie du film, 1966, marque aussi le début des essais nucléaires français dans le Pacifique.

 

Rédigé par Pierre Daumont le Lundi 6 Septembre 2021 à 17:38 | Lu 2878 fois