Tahiti Infos

​Tahiti Nui Travel épargné par l'APC


Tahiti, le 22 novembre 2021 – Dans une décision rendue la semaine dernière, l'Autorité polynésienne de la concurrence (APC) a consenti à ne pas sanctionner le propriétaire de la société Tahiti Nui Travel –le groupe du Samoan Frédéric Grey– qui avait manqué à certains engagements de transparence en 2020. L'autorité a considéré le “contexte particulier” de la crise Covid pour le secteur.
 
Un an après la révélation des difficultés financières du groupe Tahiti Nui Travel (TNT), l'agence réceptive a été rattrapée la semaine dernière par l'Autorité polynésienne de la concurrence (APC). Une procédure finalement sans conséquence pour le groupe détenu par l'homme d'affaires Samoan Frédéric Grey et ses 140 salariés, mais qui témoigne de l'année noire vécue par TNT et par le tourisme en 2020.
 
A l'origine de cette procédure, le groupe Grey avait été autorisé à racheter le groupe Tahiti Nui Travel en 2016 “sous réserve d'engagements comportementaux” surveillés par l'APC. En effet, le groupe Grey contrôlant déjà plusieurs hôtels en Polynésie française, il existait un risque de “de distorsion concurrentielle” pour le nouveau propriétaire du groupe TNT comportant les agences et sociétés Tahiti Nui Travel, Tekura Tahiti Travel, Tahiti Tour et South Pacific Representation. Le groupe Grey s'était donc engagé à l'époque sur dix ans à “garantir l'accès” de ses concurrents aux activités du groupe TNT, à “ne pas faire circuler d'informations stratégiques” obtenues sur les hôtels concurrents et donc à assurer le fonctionnement autonome de ses activités hôtelières et d'agences réceptives… Des engagements contrôlés par un mandataire indépendant, chargé par l'APC de lui fournir un rapport annuel attestant du respect de ces engagements.
 
“Sans objet”
 
Sauf qu'en 2020, l'APC n'a pas vu arriver de rapport annuel… En proie à des difficultés financières ayant entraîné sa très médiatique cessation de paiement, puis sa sortie de redressement judiciaire quelques semaines plus tard par un investissement massif de Frédéric Grey, le groupe n'a pas fourni d’informations au mandataire pour qu'il établisse son rapport annuel à l'APC. Une procédure a été ouverte, dans laquelle l'autorité a tout de même constaté que les manquements du groupe Grey s'expliquaient en partie par la crise sanitaire mondiale et son impact sur le tourisme.
 
Mais surtout, l'APC a constaté qu'en raison de cette crise liée à l'épidémie de Covid-19, les manquements du groupe Grey à ses engagements n'avaient pu produire aucun effet sur la situation concurrentielle… Les difficultés du groupe hôtelier du Samoan étant telles que ses établissements sont aujourd'hui toujours fermés au fenua, ses engagements sont également “devenus sans objet”. L'APC a donc estimé qu'une sanction pécuniaire n'était pas appropriée et a épargné Tahiti Nui Travel pour cette fois-ci.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 22 Novembre 2021 à 16:12 | Lu 2029 fois