Tahiti Infos

​Ravel et Le Gayic condamnés


Tahiti, le 21 juin 2022 – Le tribunal correctionnel de Papeete a condamné mardi l'homme d'affaires Bill Ravel et le syndicaliste Cyril Le Gayic, respectivement à deux ans de sursis et trois ans de prison dont deux avec sursis, ainsi que 11 millions de Fcfp d'amende chacun, pour corruption. Le syndicaliste conserve néanmoins ses responsabilités syndicales.
 
L'homme d'affaires Bill Ravel et le syndicaliste Cyril Le Gayic ont été condamné mardi matin par le tribunal correctionnel de Papeete pour "corruption", pour avoir conclu entre 2008 et 2011 un accord financier à hauteur de 11 millions de Fcfp pour acheter la paix sociale dans la société Pétrocéan entre 2008 et 2011. L'homme d'affaires et patron de Pétrocéan a écopé de deux ans de prison avec sursis et 11 millions de Fcfp d'amende, mais avec une exclusion de sa condamnation de son casier judiciaire. Le syndicaliste de la CSIP a quant à lui été condamné à un an de prison ferme et deux ans de sursis, 11 millions de Fcfp d'amende et dix ans "d'interdiction de gérer une entreprise commerciale". Le tribunal n'a pas retenu les réquisitions d'interdiction d'exercer une fonction publique et Cyril Le Gayic pourra poursuivre ses activités au sein de la CSIP malgré sa condamnation.
 
Enfin l'entremetteur Gaston Tetuanui et la secrétaire comptable Carole Toofa, qui avaient participé à la mise en place de cet accord, ont été condamné respectivement à un an de prison avec sursis et 1 million de Fcfp d'amende pour le premier et quatre mois de prison avec sursis pour la seconde…
 
"Cracher au bassinet"
 
Dans cette affaire, pour laquelle les deux protagonistes avaient été placés en détention provisoire pendant plusieurs mois en 2012, Bill Ravel avait pris contact avec Cyril Le Gayic, par l'intermédiaire de Gaston Tetuanui, alors qu'il se trouvait confronté à un mouvement de grève au port et à l'incapacité de faire rentrer son pétrolier. Au terme de 13 jours de grève, le patron de Pétrocéan avait accepté de verser un million de Fcfp au syndicaliste qui l'avait alors assuré que le mouvement de grève prendrait fin dès le lendemain. Durant trois ans, Bill Ravel avait ensuite continué à donner de l'argent à Cyril Le Gayic en lui versant tout d'abord 500 000 Fcfp par mois avant de passer à 600 000 Fcfp tous les semestres.
 
À la barre, Bill Ravel avait reconnu les faits mais s'était défendu en indiquant ne pas avoir eu d'autre choix que de "cracher au bassinet" pour débloquer un conflit social enlisé. Cyril Le Gayic, de son côté, a au contraire toujours nié l'évidence en estimant en revanche que l'argent qui lui avait été versé ne constituait pas une contrepartie à "l'achat de la paix sociale". Ce dernier était également poursuivi pour "abus de confiance" pour avoir détourné sur son compte personnel des fonds destinés à sa centrale syndicale.
 
Rappelons qu'un deuxième volet de cette affaire, impliquant d'autres versements d'argent entre Bill Ravel et l'actuel vice-président du Pays, Jean-Christophe Bouissou, a fait l'objet d'une disjonction et se trouve toujours à l'instruction.
 

Rédigé par Garance Colbert le Mardi 21 Juin 2022 à 15:34 | Lu 3692 fois