Tahiti Infos

​Neuf mois ferme pour un coup de couteau


​Neuf mois ferme pour un coup de couteau
Tahiti, le 9 janvier 2024 - Un jeune sans-domicile fixe a été condamné lundi en comparution immédiate à 18 mois de prison dont neuf mois ferme pour avoir mis un coup de couteau dans le cou de son compagnon.
 
Un homme de 28 ans a été jugé en comparution immédiate lundi pour répondre de violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail de 14 jours commises sur son compagnon, un homme de 44 ans. Le 30 décembre, les deux hommes – sans domicile fixe – avaient bu avec quelques amis avant de rejoindre le centre-ville de Papeete.
 
Sans raison particulière, le prévenu avait commencé à devenir violent avec son compagnon en jetant ses affaires. Il s'était ensuite saisi d'un couteau à pain qui se trouvait dans son sac et avait poursuivi son compagnon qui tentait de s'enfuir. Il avait finalement réussi à lui mettre un coup de couteau dans le cou. Transportée au CHPF, la victime avait décidé de quitter l'hôpital avant d'avoir pu être entendue. Convaincue par un proche de se rendre à l'hôpital le lendemain, elle avait été diagnostiquée d'un pneumothorax et avait dû être prise en charge en urgence.
 
La rue au quotidien
 
Lors de l'audience de comparution immédiate qui s'est déroulée lundi, le président du tribunal a rappelé au prévenu – un jeune homme jusque-là inconnu de la justice – qu'il aurait pu tuer son compagnon s'il avait touché une artère telle que la carotide. Interrogé sur les faits, le prévenu a expliqué qu'il devenait “violent” lorsqu'il avait bu. Entendus tour à tour, les deux hommes, sans emploi, ont décrit leur quotidien dans la rue fait de débrouillardise. Sans aucune animosité, la victime a ensuite expliqué qu'elle souhaitait prendre de la distance avec son compagnon.
 
Alors que le procureur de la République avait requis 18 mois de prison dont six avec sursis, le prévenu a finalement été condamné à la peine de 18 mois de prison dont neuf mois ferme assortis d'une obligation de soins relative à l'alcool. Après avoir rendu le délibéré, le président du tribunal a expliqué au jeune homme que cette peine assortie d'un sursis était notamment destinée à l'aider à préparer sa sortie de prison et à se réinsérer.

Rédigé par Garance Colbert le Mardi 9 Janvier 2024 à 13:44 | Lu 4010 fois