Tahiti Infos

​Les légendes de Pora Pora enseignées aux jeunes


Bora Bora, le 18 janvier 2024 - Voilà plus d’un an que l’association culturelle Te Fare Hiroa no Vāvau travaille en collaboration avec la famille de l’écrivain Edwin Onee Tupu et la Direction de la culture et du patrimoine à l’élaboration d’un recueil de dix poèmes choisis parmi les nombreux textes rédigés par l’auteur. Ce livre, véritable pont entre les générations tel que le souhaitait l’écrivain, a été remis aux établissements scolaires de la Perle du Pacifique.
 
L’œuvre d’Edwin Onee Tupu puise ses racines dans la culture ancestrale de son île, mais aussi dans la terre de Pora Pora. L’auteur a rédigé plus de soixante-dix textes, issus de la tradition orale héritée de ses parents qui a nourri sa créativité, qui évoquent l’histoire mythique de Vāvau. Ces trésors culturels, l’auteur a souhaité les partager avec les membres de l’association Te Fare Hiroa no Vāvau, afin qu’ils puissent être transmis aux générations futures, en particulier aux enfants. Dix textes ont ainsi été sélectionnés pour être consignés dans un livre, le cinquième publié à partir des traditions orales du Fenua par la Direction de la culture et du patrimoine (DCP) avec le soutien du ministère de l’Education. Ces poèmes, rédigés en langue tahitienne et accompagnés d’une traduction en français et en anglais, s’inspirent des légendes traditionnelles de l’île, comme celle de NuaNua, le guerrier arc-en-ciel, ou celle de la source Vairoina, née des larmes de Hina.
 
Depuis les temps les plus anciens avec la légende de la pirogue ‘Aere, jusqu’à l’évocation du départ des guerriers-navigateurs de Faanui pour peupler les îles de Tuamotu, les poèmes d’Edwin Onee Tupu évoquent le passé mythique qui a façonné l’île de Vāvau, comme en témoignent les noms évocateurs de lieux réels au sein des récits. “On trouve dans le texte les noms authentiques des rivières, des pointes et des passes, qu’on a aujourd’hui remplacés par des noms modernes et qui risquent de disparaître”, souligne Tinomana, fils d’Edwin Onee Tupu. Un travail de restitution des toponymes ancestraux a d’ailleurs été entrepris par Te Fare Hiroa no Vāvau, à l’aide des écrits de l’auteur notamment. Ce patrimoine oral inestimable peut aujourd’hui être transmis aux jeunes générations grâce au travail de l’écrivain. “Ce livre permet de garder la trace de cette sagesse et de suivre ses traces”, précise Anatole Teraaitepo, membre de l’association Te Fare Hiroa no Vāvau et de la famille de l’auteur.
 
Un travail collaboratif au service de la transmission
 
L’ouvrage, richement illustré, a été le fruit d’une collaboration entre la famille, l’association dépositaire des textes et le personnel de la DCP en charge du projet. Les illustrations ont été confiées à trois artistes différents, qui ont su, chacun dans leur style, converser en quelque sorte avec les textes et leur auteur afin de rendre au plus juste le sens et l’esprit des œuvres. “C’est vraiment un beau travail d’illustration, qui respecte à chaque fois parfaitement l’histoire”, affirme Anatole Teraaitepo. “Elles mettent particulièrement bien en valeur le lien avec la nature qu’avaient nos ancêtres et qu’on a aujourd’hui un peu oublié”, souligne Tinomama Onee. La première de couverture rappelle en effet la légende étiologique de la naissance de l’île, en lien avec le mythe de Honu.
 
Afin de remplir le souhait de transmission d’Edwin Onee Tupu, 500 exemplaires de l’œuvre ont été imprimés et remis le 19 décembre dernier aux directions des écoles par la DCP, en présence du tāvana Gaston Tong Sang et du conseil municipal. Les élèves du collège-lycée Ihi Tea no Vāvau, qui a lui aussi été destinataire du livre, s’engagera prochainement dans un projet pédagogique autour de la transmission orale de ces poèmes, en collaboration avec Te Fare Hiroa no Vāvau, afin de faire vivre ces légendes profondément ancrées dans le territoire de Pora Pora.

Rédigé par Lucie Scarparo le Jeudi 18 Janvier 2024 à 18:09 | Lu 975 fois