Tahiti Infos

​Les cogérants de La Dépêche condamnés pour entrave à l'action syndicale


Tahiti, le 4 mai 2021 – Les deux cogérants de La Dépêche de Tahiti lors du dernier rachat du journal en 2014, Dominique Auroy et Pierre Marchesini, ont été condamnés mardi pour entrave à l'action syndicale à "l'amende maximale au regard de la gravité particulière des faits" de 894 000 Fcfp, ainsi qu'à indemniser un ancien salarié protégé licencié à hauteur de 11 millions de Fcfp.
 
Le tribunal correctionnel de Papeete a condamné mardi matin les deux cogérants de La Dépêche de Tahiti au moment de leur rachat du journal en 2014, Dominique Auroy et Pierre Marchesini, à 894 000 Fcfp d'amende pour entrave à l'action syndicale. "L'amende maximale au regard de la gravité particulière des faits", a indiqué le président du tribunal correctionnel au moment de rendre son jugement. La juridiction a également prononcé la condamnation des dirigeants à verser 11 millions de Fcfp d'intérêts civils à un ancien salarié protégé licencié malgré le refus de l'inspection du travail à l'époque.
 
Dans cette affaire, c'est justement l'inspection du travail qui avait saisi la justice deux ans après le rachat du groupe La Dépêche de Tahiti contre une série d'atteintes au droit du travail et aux missions des représentants du personnel entre 2014 et 2015. Licenciement de deux délégués du personnels, malgré le refus de l'inspection, mise à la retraite d'office d'un troisième, non consultation des instances syndicales avant des travaux dans un local amianté ou lors du déplacement de salariés, refus de la participation au financement du comité d'entreprise…
 

Rédigé par Garance Colbert le Mardi 4 Mai 2021 à 11:53 | Lu 2890 fois