Tahiti Infos

​Les 18-39 ans, maillon faible de la vaccination


Tahiti, le 3 novembre 2021 - La couverture vaccinale est relativement plus faible dans la tranche d’âge des 18-39 ans que dans le reste de la population, en Polynésie française. Une situation à risque en cas de reprise épidémique.
 
Les chiffres du bilan hebdomadaire présentés mercredi par la plateforme Covid confirment une circulation épidémique à très bas bruit en Polynésie française depuis maintenant trois semaines. Avec un taux d’incidence de 10 pour 100 000 habitants, un taux de positivité des tests de 3%, l’épidémie de Covid-19 présentait la semaine dernière une activité comparable à celle de début juillet, avant la vague de Delta. “Tous les indicateurs montrent que l’on est au creux de la vague”, confirme le docteur Henri-Pierre Mallet, épidémiologiste à la plateforme Covid. “Nous sommes au calme. Tous les indicateurs sont au beau fixe. On a des vaccins, des équipes qui ne sont pas mobilisées et qui peuvent s’occuper du dispositif de vaccination. Donc oui, il faut venir.
 
39 996 non vaccinés
 
La Polynésie française comptait encore la semaine dernière 76 488 personnes toujours non vaccinées dans la population cible des plus de 12 ans. Avec une faiblesse notable dans la tranche d’âge des 18-39 ans où seulement 57,3% des personnes sont complètement vaccinées, bien en-dessous de la moyenne quand la collectivité affiche aujourd’hui près de 67% de sa population cible avec un schéma vaccinal complet. Car si les autorités sanitaires “s’attendaient” à constater une couverture encore faible chez les 12-17 ans, chez les 18-39 ans, elles dénombrent encore 39 996 Polynésiens toujours non vaccinés. Une population sensible qui présente le double inconvénient, dans le combat contre l’épidémie, d’être la plus active, mobile, et la plus susceptible d’être exposée au coronavirus ou de le transmettre en cas de rebond épidémique. “On encourage très fortement ces personnes à se faire vacciner”, a donc claironné l’épidémiologiste, mercredi.
 
Rappel de 3e dose
 
D’autant que ce rebond est observé en France, et dans certains pays européens actuellement. Mais selon le docteur Mallet, il ne devrait vraisemblablement pas concerner la Polynésie, dans l’immédiat. “Beaucoup ont été atteints lors de la vague précédente. L’immunité naturelle va jouer pendant un certain temps. Je ne pense pas qu’il y aura un rebond immédiat”. Pour autant, il n’exclut pas une reprise épidémique à terme, “surtout si on n’accélère pas la vaccination et que les personnes vaccinées depuis plus de six mois, ne reçoivent pas une troisième dose. C’est l’action que l’on doit absolument mener si on veut éviter une nouvelle vague trop rapidement.”
A la faveur de l’accalmie sur le front de l’épidémie, les responsables de la plateforme Covid ont fortement invité mercredi les volontaires à se prêter à une primovaccination. Parallèlement, la campagne de vaccination de 3e dose se poursuit. Pour rappel, elle concerne les personnes de plus de 60 ans vaccinées depuis plus de six mois, les personnes immunodéprimées et leur entourage, les personnes atteintes d’une comorbidité sévère et les professionnels de santé et médico-sociaux. 


Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 3 Novembre 2021 à 18:26 | Lu 1158 fois