Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​Le torchon brûle entre Nuihau Laurey et le Tapura



Tahiti, le 11 mai 2020 – Dans une longue interview accordée à Radio 1 lundi matin, le sénateur Tapura, Nuihau Laurey, s’est livré à une critique sans concession de l’action de sa propre majorité face à la crise économique et social qui débute, allant jusqu’à s’interroger sur son appartenance au parti rouge et blanc. Le Tapura a réagi dans la journée en appelant son sénateur à « avoir le courage de quitter le parti » et « rendre ses mandats ».
 
Le Tapura a décidément du mal à garder ses parlementaires. Après le départ de la députée Nicole Sanquer en mars dernier, c’est au tour du sénateur Nuihau Laurey d’exprimer sa prise de distance avec sa majorité et surtout avec sa gestion de la crise économique et sociale liée au coronavirus. Dans une longue interview à Radio 1, lundi matin, l’ancien vice-président en charge de l’Economie et des Finances estime que les mesures qui ont été proposées jusqu’ici par le gouvernement sont « insuffisantes » et « pas à la hauteur des enjeux actuels ». Pour Nuihau Laurey, il ne faut pas attendre l’intervention de l’Etat. C’est au contraire au Pays « d’intervenir massivement au travers (d’un) emprunt obligataire complété des ressources financières dont il dispose » pour arriver à dégager 90 milliards de Fcfp de « capacité d’intervention ».
 
Le sénateur tacle également l’attentisme des administrateurs de la CPS qui demandent eux-aussi une intervention de l’Etat pour sauver les régimes de la protection sociale généralisée d’une crise qui s’annonce. « Imaginer que l’État va venir mettre en place une assurance chômage en Polynésie, en rupture totale avec le modèle social qu’a choisi la Polynésie depuis des années, c’est se leurrer totalement », lâche Nuihau Laurey, précisant : « Cela dit, je pense que l’État est prêt à nous accompagner, encore faut-il que la Polynésie ait une vision claire de ce qu’elle veut faire ». Enfin, sur son appartenance à la majorité, le colistier de Simplicio Lissant à Punaauia, qui a remporté les dernières municipales à Punaauia contre l’actuel vice-président Teva Rohfritsch, affirme se « demander ce (qu’il) fait encore au Tapura ».
 
« Il ne laissera à peu près rien dans son bilan »
 
Le Tapura, justement, a réagi dans la journée par un communiqué assez caustique en affirmant que l’emprunt massif était « ce que le président Edouard Fritch a déjà annoncé la semaine dernière en estimant, comme depuis le début de la mandature, que la Polynésie devait avant tout ne compter que sur elle-même », en précisant que « le sénateur n’a rien entendu, étant sans doute trop occupé à déterminer l’angle de la vague pour se désolidariser de la majorité ». Estimant en réponse à une formule du sénateur que celui-ci était désormais « confiné dans sa bulle », le parti d’Edouard Fritch reproche en retour à Nuihau Laurey de ne pas s’être occupé de la crise jusqu’ici, lâchant même « qu’à part cumuler ses indemnités de sénateur et de représentant à l’Assemblée de la Polynésie, il ne laissera à peu près rien dans son bilan d’élu ».
 
Enfin sur l’appartenance au Tapura, le parti appelle directement Nuihau Laurey à avoir « le courage de quitter le parti » et « rendre ses mandats »…

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 11 Mai 2020 à 18:43 | Lu 5775 fois





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 25 Mai 2020 - 11:05 "Caledonia Blues", 17 nouvelles sans fard

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus