Tahiti Infos

​Le terminal de croisière ouvrira sans le scanner des valises


Tahiti, le 29 janvier 2024 - Annoncé depuis 2017, lancé en 2020, le nouveau terminal de croisière international s’apprête à ouvrir dans deux, trois mois au plus tard, en fonction des avis de la commission de sécurité. Le scanner de valises n’est en revanche pas prêt.
 

La réception des travaux du nouveau terminal de croisière international est attendue prochainement et sa mise en exploitation est prévue pour mi-avril. Son nouvel ancrage permettra d’accueillir jusqu’à trois navires en même temp et il sera pourvu d’une salle d’exposition ainsi que d’une salle accueillant les artisans du Fenua.
 
Attendu par le précédent gouvernement qui espérait le présenter avant les élections territoriales, le bâtiment sera aussi pourvu d’un parking de près de 200 places et représente finalement un investissement de près de 2 milliards de francs pour le Pays. Malheureusement, la passerelle évoquée dans le projet initial, qui devait permettre d’éviter aux croisiéristes de couper la circulation du front de mer pour les conduire au plus près du marché de Papeete, a été abandonnée, faute de financement. Mais la structure a malgré tout été conçue pour pouvoir l’accueillir si le Pays souhaite revenir sur sa position.
 
Petit ombre au tableau, l’avancée technologique et technique promise pour le contrôle à quai des bagages des croisiéristes n’est toujours pas installée. En effet, le scanner à rayon X promis dans le projet par le Port autonome, qui servira à scanner les valises des passagers, n’arrivera qu’en septembre. La faute à des tergiversations sur le choix du type de scanner et les nombreuses consultations nécessaires au projet.
 
Un scanner à 50 millions
 
“Il ne sera pas installé pour l’ouverture”, confiait ce lundi le directeur du Port autonome, Jean-Paul Le Caill, confirmant une information venue de la présidence. “Ce scanner servira pour le contrôle de sûreté”, explique-t-il. “Jusqu’à présent, ces contrôles se font à l’entrée des bateaux et nous souhaitions, comme pour l’aéroport de Tahiti-Faa’a, que les bagages soient contrôlés dans le TCI. Ce qu’on veut faire, c’est un terminal qui rend tous les services”, poursuit le directeur.
 
Le scanner n’a été commandé qu’en décembre dernier pour un peu plus de 50 millions de francs, alors que les travaux de ce terminal international sont décidés depuis près de sept ans. Une bizarrerie que Jean-Paul Le Caill explique : “Il nous a fallu du temps parce que le matériel sélectionné ne recevait pas l’adhésion de tous les services concernés par son utilisation. De plus, nous étions partis sur le même matériel qu’à l’aéroport, mais comme nous sommes face à la mer, dans un bâtiment qui sera largement ouvert, nous avions de trop grands risques de corrosion rapide. Il a fallu changer”.
 
Les services des douanes continueront donc leur travail comme aujourd’hui, avec un contrôle des bagages de manière aléatoire à la descente des navires et un scan des bagages bien souvent effectué à même le bateau de croisière lorsque les départs se font depuis Papeete.
 

Rédigé par Bertrand PREVOST le Lundi 29 Janvier 2024 à 16:02 | Lu 3563 fois