Tahiti Infos

​Le climat menace l'Asie-Pacifique


Tahiti, le 26 juillet 2023 - Selon le dernier rapport de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie et le Pacifique, la région Asie-Pacifique dispose d'une fenêtre étroite pour accroître sa résilience et protéger ses gains de développement durement acquis contre les impacts socio-économiques du changement climatique.
 
La Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie et le Pacifique (Cesap) tire la sonnette d’alarme. Dans son dernier rapport, elle indique qu’en l'absence d'action immédiate, la région Asie-Pacifique connaîtra d’ici à 2030 des hausses de température de 1,5°C et 2°C qui feront que le risque de catastrophe dépassera la résilience au-delà des limites de l'adaptation faisable et mettront en péril le développement durable.
 
Les catastrophes induites par le changement climatique constituent une menace de plus en plus grave pour la région Asie-Pacifique et les pertes liées aux catastrophes climatiques sont déjà énormes. Rien qu'en 2022, plus de 140 catastrophes ont frappé la région, faisant plus de 7 500 morts, touchant plus de 64 millions de personnes et causant des dommages économiques estimés à 57 milliards de dollars (6 164 milliards de francs).
 
Cependant, les conséquences de l'inaction sont plus importantes. Le rapport sur les catastrophes en Asie-Pacifique 2023 prévoit que les décès et les impacts économiques liés aux catastrophes s'élèveront à des pertes annuelles proches de 1 000 milliards de dollars ou 3% du PIB régional dans un scénario de réchauffement de 2°C.

Accroître les investissements

Le rapport présenté par la Cesap montre en outre que les sous-régions les plus vulnérables, telles que les petits États insulaires en développement du Pacifique, connaîtront une inégalité et une dévastation accrues dans les secteurs de l'agriculture et de l'énergie, compromettant la sécurité alimentaire et énergétique.
 
“Les températures continuent d'augmenter, de nouveaux points chauds de catastrophe émergent et ceux qui existent déjà s'intensifient. Une urgence en cas de catastrophe est en cours et nous devons transformer fondamentalement notre approche du renforcement de la résilience”, a déclaré Armida Salsiah Alisjahbana, secrétaire générale adjointe des Nations unies et secrétaire exécutive de la Cesap.
 
Des investissements accrus dans les systèmes d'alerte précoce multirisques ainsi que l'élargissement de la couverture, en particulier dans les pays développés au moins, sont essentiels pour réduire le nombre de décès. Les systèmes d'alerte précoce peuvent également réduire les pertes dues aux catastrophes jusqu'à 60%, offrant un remarquable retour sur investissement décuplé.
 
La Cesap se réunit en ce moment même afin de concentrer davantage d'actions essentielles telles que l'adaptation transformatrice ciblée qui permet aux ménages vulnérables de protéger leurs actifs et leurs moyens de subsistance dans les points chauds à risque. La Cesap devrait également approuver une stratégie régionale visant à mettre en place une alerte rapide pour tous d'ici 2027.
 
La stratégie régionale proposée s'appuie sur le Plan d'action exécutif mondial sur les alertes précoces pour tous, 2023-2027, lancé par le secrétaire général des Nations unies l'année dernière et vise à favoriser les synergies transfrontalières entre les pays d'Asie et du Pacifique, la région du monde la plus exposée aux catastrophes.

Accroissement des inégalités dans la région

La sécheresse, les inondations, les vagues de chaleur et les cyclones tropicaux devraient augmenter selon le rapport de la Cesap, ce qui provoquerait immanquablement des pertes de productivités dans les pays du Pacifique concernés et augmenterait les inégalités.
Dans les pays les moins développés et enclavés, “les pertes dues aux catastrophes pourraient devenir un moteur d'inégalités persistantes”, constate le rapport. Si aucune mesure n'est prise, ces catastrophes affecteront l'approvisionnement et la production d'énergie, ainsi que la résilience des infrastructures énergétiques.

Rédigé par Bertrand PREVOST le Mercredi 26 Juillet 2023 à 19:43 | Lu 1987 fois