Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



​Lana Tetuanui et Teva Rohfritsch en lice pour les sénatoriales



Tahiti, le 1er août 2020 - Lana Tetuanui et Teva Rohfritsch ont été investis samedi par le conseil politique du Tapura Huiraatira pour les élections sénatoriales qui auront lieu le 27 septembre. A cette occasion, le président du Pays, Edouard Fritch, a annoncé que le plan de relance économique destiné à faire sortir la Polynésie de la crise serait « bouclé d’ici dix jours ». 
 
Le Tapura Huiraatira a organisé samedi à la mairie de Pirae un conseil politique élargi auquel ont participé plus de trente maires afin d’évoquer notamment les mesures à prendre pour faire face à la crise. Mais le parti du majoritaire du Pays a surtout profité de ce séminaire pour annoncer les candidatures de la sénatrice sortante Lana Tetuanui et du vice-président du Pays, Teva Rohfritsch, aux élections sénatoriales qui auront lieu le 27 septembre prochain. Chacun aura un nouveau maire pour suppléant. Le pavana de Moorea, Evans Haumani, va suppléer Lana Tetuanui et concrétise ainsi son entrée au parti majoritaire. La nouvelle élue de Hiva Oa, Joëlle Frébault, sera quant à elle la suppléante de Teva Rohfritsch.

En cas de victoire, le vice-président Teva Rofritsch devra démissionner puisqu’il ne pourra pas cumuler les mandats. Un éventuel remaniement donc, que le président du Pays, Edouard Fritch, a évoqué samedi sans pour autant donner le nom de son éventuel successeur : « Il faudra que je discute avec lui. En tous les cas, il ne pourra pas faire les deux jusqu’au bout puisqu’il y a un mois de campagne prévu d’ici le mois de septembre. Avant cela, il faudra finaliser le plan de relance, mettre en place le financement et surtout prévoir les besoins du Pays. Je vais essayer de nous atteler au plan de relance métropolitain car vous savez que l’Etat est soucieux de donner plus de vigueur à la commande publique et je dois en parler à Paris très bientôt. Même si Teva Rohfritsch reste au gouvernement, il faudra le décharger. Il faudra le remplacer au plus tard le 27. Nous sommes positifs, nous sommes en train de tout faire pour gagner. Si l’on se fie aux chiffres, nous sommes confiants. »

« Une famille déterminée »

Le président du Pays a également commenté  l’investiture de la sénatrice sortante, Lana Tetuanui, en saluant le travail qu’elle a accompli depuis son élection en 2015 : « Il fallait s’y attendre car elle a fait du très bon boulot. Elle est appréciée par les maires que j’ai rencontrés ces derniers jours et beaucoup d’améliorations ont été apportées à leur statut. »
 
Interrogé sur sa candidature au terme de son investiture, Teva Rohfritsch a bien entendu confirmé qu’il démissionnerait en cas de victoire en préférant tout de même évoqué la question de la relance économique  : « Tout le monde est soudé, ressoudé autour du président et cette famille est déterminée à relever ce combat électoral qui nous attend. Mais au-delà de ce combat électoral, nous avons beaucoup parlé aujourd’hui de la crise économique. Le président a en effet souhaité que l’on se réunisse autour d’ateliers pour évoquer la relance économique et les mesures liées à l’emploi. La journée n’a pas été consacrée aux sénatoriales mais au redressement du Pays et aux moyens, aux idées proposés par le parti majoritaire du Pays pour que le gouvernement et la majorité puissent proposer à toute la population les actions qui s’imposent. »
 
Au terme de cette journée, Cyril Tetuanui a de nouveau été désigné comme candidat du Tapura pour l’élection de la présidence du Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPC) qui devrait avoir lieu la semaine prochaine. L’actuel ministre de l’Équipement, René Temeharo a, lui aussi, de nouveau été désigné comme candidat pour l’élection à la tête du Centre de Gestion et de Formation (CGF).

Un plan de relance « bouclé d’ici dix jours »

Alors que l’Assemblée a adopté jeudi dernier une loi du pays portant diverses mesures fiscales pour soutenir l’activité des entreprises polynésiennes face aux conséquences économiques de la crise sanitaire, le président du Pays, Edouard Fritch, a annoncé samedi que le plan de relance économique destiné à sortir de la crise liée au Covid-19 serait « bouclé d’ici dix jours » :Nous sommes effectivement en train de travailler sur ce plan de relance. Je pense que nous serons capables de le boucler complètement dans dix jours. Ce que l’on peut en dire concrètement, c’est déjà que l’Assemblée de la Polynésie française a pris certaines mesures qui sont intégrées dans ce plan de relance. Il faudra attendre que tout soit terminé. Aujourd’hui, nous travaillons essentiellement sur les activités sectorielles -  l’agriculture, la pêche, la perliculture - pour voir comment les gens des îles en particulier réagissent à la suite de cette crise du Covid et bien sûr qu’il y a des idées intéressantes comme l’autonomie alimentaire qui est un vrai souci pour nos élus des îles, des Tuamotu en particulier. Nous sommes pratiquement prêts à faire des propositions à l’État pour qu’il nous accompagne pour le financement de certaines de ces mesures et je l’espère, en partie sur dotation. C’est-à-dire en faisant appel à des fonds auxquels nous n’avons pas accès aujourd’hui, notamment dans les domaines de l’agriculture et la mer. Les maires sont aujourd’hui très préoccupés sur la question de l’alimentation de leur population. Le covid a provoqué chez nos amis des îles un autre comportement vis-à-vis des besoins alimentaires et de cette dépendance alimentaire. 
 
Sur la question des emplois, le président du Pays a également  évoqué une extension des Conventions d’aide exceptionnelle et de solidarité (CAES) aux archipels souhaitée par les tavana des îles : « Sur l’emploi, les archipels souhaiteraient être plus impliqués en ce qui concerne la commande publique. La semaine prochaine, nous devrions découvrir tous les chantiers qui vont être lancés dans les archipels. Il y aussi le problème des CAES qui intéressent toujours les communes. Elles sont notamment soucieuses du vieillissement de leurs cocoteraies et souhaiteraient davantage d’emplois aidés pour aider les propriétaires et les coprahculteurs à régénérer leurs cocoteraies. »

Rédigé par Garance Colbert le Samedi 1 Août 2020 à 19:09 | Lu 2973 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Août 2020 - 11:26 Cinq nouveaux cas Covid confirmés depuis mardi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus