Tahiti Infos

​La réplique salée de Vodafone à Onati


Tahiti, le 7 janvier 2022 – Le directeur général de Vodafone, Patrick Moux, a répliqué vendredi à l'arrêt de l'itinérance sur Raiatea et Huahine le 3 janvier dernier, lors d'une conférence de presse grand format et assez salée contre une stratégie décrite comme "pitoyable" d'Onati. Un recours est déposé avec une audience le 14 janvier, des antennes sont attendues à Raiatea et Huahine et dans l'intervalle –toujours– des offres pour les abonnés.
 
"Ce n'est pas la guerre, c'est la concurrence." Dix jours après la conférence d'Onati, qui avait médiatisé l'arrêt de l'itinérance de Vodafone sur les îles de Raiatea et Huahine, le vice-président et directeur général de Pacific Mobile Telecom (Vodafone), Patrick Moux, a finalement réagi vendredi avec toute la demi-mesure qui le caractérise… Une conférence de presse en Facebook live, avec les maires de Taputapuatea, Rangiroa et Takaroa en visio-conférence. Mais avec aussi en présenciel Hiro Lemaire, sportif bien connu originaire de Huahine, ou encore le président de l'association de consommateur Te tia ara, Makalio Folituu.
 
Une réponse à Onati visiblement mûrie depuis plusieurs jours, qui a débuté par la publication d'un courrier daté du 5 janvier dernier envoyé par la filiale de l'OPT et mettant en garde ledit Patrick Moux contre les propos qu'il pourrait tenir à l'encontre d'Onati. "Après avoir voulu tuer la concurrence, ils veulent tuer la liberté d'expression", a réagi le directeur général de Vodafone, pas vraiment décidé à enterrer la hache de guer… de la "concurrence".
 
"Coup bas" contre coûts bas
 
Dossier de presse de 35 pages, courriers de l'ancien DG de Vodafone aujourd'hui au même poste chez Onati, comparatifs de prix, coupures de presse… Pour Patrick Moux, cet arrêt de l'itinérance à Huahine et Raiatea –"qui va toucher 136 000 abonnés Vodafone polynésiens"– est un point de non retour franchi par Onati. "Jamais il n'y a eu de coup aussi bas, aussi pitoyable", tance le patron de l'opérateur privé. Rappelons, pour le contexte, que l'opérateur historique a pris la décision récente de ne pas renouveler le contrat d'itinérance passé avec Vodafone sur Raiatea et Huahine, estimant que ce dernier ne respectait pas les termes du contrat en ayant activé ses premières antennes sur les deux îles. Résultat, Vodafone ne bénéficie plus que de ses "3 antennes" –Onati en annonçait 6 il y a dix jours– contre 33 pour Vini-Onati. La couverture du réseau Vodafone est donc de fait quasi-intégralement coupée sur les deux îles.
 
Et pour Patrick Moux, cette décision est "à n'en pas douter" une réplique à l'annonce des nouvelles offres de Vodafone le 10 décembre dernier. Un timing sur lequel le patron de Vodafone est d'ailleurs revenu, en démentant formellement les propos du directeur général d'Onati qui affirmait il y a dix jours que Vodafone avait eu le temps d'anticiper cette décision. Pour Patrick Moux, la décision de coupure n'a été signifiée à Vodafone que le 15 décembre dernier "deux semaines avant la coupure". Autres propos contestés par Vodafone, Onati avait affirmé que le juge des référés avait "statué clairement" en donnant raison à Onati. Décision de justice à l'appui, Patrick Moux rectifie en soulignant que le juge des référés n'a rejeté la demande Vodafone fin décembre que parce que les conditions "d'urgence" de sa saisine n'étaient pas réunies, la décision d'Onati étant "réversible" et non encore appliquée. Vodafone a donc déposé un nouveau référé dès l'entrée en application de la coupure le 3 janvier. L'audience est prévue le 14 janvier prochain.
 
"Non sens" du déploiement dans les îles
 
Le directeur général de Vodafone s'est également longuement exprimé sur la question du "déploiement" de son réseau, comparant le cahier des charges imposé par le Pays à Vodafone pour un déploiement sur une durée de "cinq ans" au développement de l'OPT et de Vini. "On se rend compte qu'ils ont eu 13 ans pour se développer sans cahier des charges. Et ensuite, qu'ils ont eu au total 18 ans pour se développer en 2G et 3G", fulmine Patrick Moux, qui met d'ailleurs sur le compte d'Onati les retards de déploiement dans les îles. En effet, si Onati utilise le réseau du nouveau câble Natitua pour se connecter aux îles, Vodafone affirme qu'on ne lui "donne pas le prix" du tarif d'interconnexion sur ce câble. "Vodafone ne peut pas utiliser ce câble, pourtant financé par une défiscalisation et par de l'argent public."
 
Autre critique du développement du réseau dans les îles par Vodafone, l'obligation pour chaque opérateur de développer son propre réseau et ses propres antennes. Exhibant des photos de sites concentrant deux antennes Vini et Vodafone aux mêmes endroits, Patrick Moux a dénoncé un "non sens" visuel et environnemental pour les îles. D'autant, selon le directeur général de Vodafone, que le réseau d'Onati est déficitaire et se prive avec cette stratégie de la location de son propre réseau par ses concurrents. "Ils veulent que tout le monde perde de l'argent". Et pour enfoncer le clou, Patrick Moux diffuse d'anciens courriers de son ex-directeur général aujourd'hui à la tête d'Onati… qui critiquait il y a deux ans cette stratégie de l'opérateur historique "bloquant le développement commercial" de Vodafone.
 
Invités à réagir en fin de conférence de presse, les tavana présents ou contactés ont abondé dans le sens de Vodafone. "Effectivement cette décision pénalise l'île de Raiatea (…), il faut la concurrence", a déclaré Thomas Moutame depuis Taputapuatea. "On ne veut pas que Rangiroa soit pénalisé (…). La concurrence est loyale", a anticipé le tavana Tahuhu Maraeura. "Il faut la concurrence", a abondé le maire de Takaroa.
 
Concurrence
 
Enfin, et c'est toujours l'argument le plus récurrent chez Vodafone, Patrick Moux a défendu l'impact de son arrivée sur le marché de la téléphonie sur la baisse des prix et l'augmentation des services. Impact sur les douze premiers mois du lancement du concurrent de Vini en 2013 : +87% de service sur les forfaits voix, augmentation x30 des datas et baisse des coûts d'abonnement de -30% en moyenne chez les deux opérateurs Vini et Vodafone à l'époque.
 
C'est donc sans trop de surprise que le directeur général en a annoncé une "pour ses abonnés" en conclusions de sa conférence de presse. En attendant le recours du 14 janvier et la promesse d'une stratégie de déploiement "rapide" des antennes Vodafone sur Raiatea et Huahine, Patrick Moux a annoncé deux mois de factures gratuites pour les abonnés des deux îles des Raromatai. Mais il a également annoncé les deux premières factures offertes pour tout nouvel abonnés, 10 à 40 Go offerts pendant deux mois pour les abonnés actuels et un doublement de crédits des recharges pour les cartes prépayés… Effectivement, la "guerre" a du bon, quand c'est pour la concurrence.
 
Antoine Samoyeau


Rédigé par Antoine Samoyeau le Vendredi 7 Janvier 2022 à 16:10 | Lu 9185 fois