Tahiti Infos

​La “passoire” du 1er mai s’invite à l’assemblée


Tahiti, le 6 mai 2021 - Le chef du gouvernement a insisté, jeudi matin, sur les moyens “importants” déployés pour le protocole sanitaire en place suite à l’ouverture des frontières. Les écarts constatés dès le vol Air France du 1er mai sont “une réalité que nous avons gommé dès le vol suivant”, rappelle-t-il.

Il fallait s’y attendre après le couac à l’arrivée du vol Air France de ce 1er mai. Lors de la séance des questions au gouvernement, Édouard Fritch a été interpellé par deux fois au sujet de l’efficacité du protocole d’entrée des nouveaux voyageurs, jeudi matin à Tarahoi. “Comme 57 000 Polynésiens, le samedi soir du 1er mai nous avons assisté en direct avec effroi à l’arrivée des passagers du vol Air France”, a attaqué la représentante Tavini Huiraatira Eliane Tevahitua. Tahiti Infos était en effet sur place ce soir-là pour retransmettre l’arrivée en direct. Aucun encadrement n’était en place pour canaliser les passagers de ce vol en provenance de Paris à la sortie de la zone sous douane. “Chacun aura pu observer, médusé, qu’en réalité les protocoles sanitaires n’étaient pas respectés une fois les portes à ouverture automatique franchies et que nos frontières (…) s’apparentaient à une véritable passoire.” Et l’élue indépendantiste d’exprimer “légitimement” ses craintes, “devant ce laxisme sanitaire”, au sujet de l’arrivée prochaine des fonctionnaires d’État mutés en Polynésie et attendus dans les prochaines semaines.
Coïncidence ? C’est sur la même thématique sanitaire que le chef du gouvernement a été interpellé par un membre de sa propre majorité. Une question “moins véhémente”, de l’aveu de son auteur. Le représentant Tapura Charles Fong Loi a toutefois lui aussi demandé jeudi matin à être rassuré sur le “filtrage” du protocole de surveillance des nouveaux arrivants.

Une réponse unique a été donnée aux deux élus. Après avoir longuement rappelé les moyens “importants” déployés pour le protocole sanitaire en place depuis le 1er mai, Édouard Fritch a balayé l’épisode du 1er mai : “C’est effectivement une réalité que nous avons gommé dès le vol suivant. L’ensemble des équipes se sont mobilisées à l’intérieur de la zone arrivée internationale s’agissant de la mise en œuvre d’un important dispositif qui se rode rapidement. Nous avons su nous adapter immédiatement aux problèmes d’organisation constatés sur ce premier vol.” Et d’insister : 35 agents de l’État et du Pays sont mobilisés à chaque arrivée des vols internationaux. 

Quant aux 1 600 fonctionnaires attendus dans les prochaines semaines avec le renouvellement annuel d’une partie des agents : “Ils seront soumis aux mêmes protocoles que les nouveaux entrants. Il n’y aura aucune dérogation”, a dit Édouard Fritch, évoquant une quarantaine obligatoire de dix jours jalonnée de deux tests virologiques au quatrième et au huitième jour qui devront revenir négatifs. “S’ils étaient vaccinés avant de venir dans notre pays, on serait un peu plus rassurés”, a réagi Eliane Tevahitua interrogée peu après. “Mais j’ai bien compris que ce n’est pas lui qui gère l’entrée des passagers dans notre pays.”

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Jeudi 6 Mai 2021 à 17:46 | Lu 5069 fois