Tahiti Infos

​Gilles Fortia élevé au grade de 7e dan de karaté


Tahiti, le 23 janvier 2024 – Le professeur de karaté du club Katana Karaté Do a été élevé au grade de 7e dan lors des épreuves de passage organisées à Paris début janvier.

Gilles Fortia transmet depuis 20 ans à ses élèves les techniques et les valeurs du karaté, et enseigne aujourd’hui au club Katana Karaté Do installé au dojo du lycée polyvalent de Taravao. Depuis le 6 janvier dernier, il vient d’entrer dans le cercle très fermé en Polynésie des karatékas arborant à la ceinture le rouge et blanc des gradés du 7e dan.
 
Une reconnaissance obtenue lors de son dernier séjour à Paris, à l’issue d’un stage d’entraînement intensif d’un mois et demi sur place, sous la direction de Patrice Belrhiti (9e dan), pour finaliser les acquis d’une année de préparation au Fenua. Son passage a eu lieu devant un jury composé de karatékas de haut niveau 9e et 10e dan. “Des gens très exigeants”, explique-t-il, sous le contrôle desquels il a accompli les quatre unités de valeur de son épreuve de passage, en début de mois.
 
“Technicien avant tout”
 
Première exigence, avant de pouvoir prétendre passer 7e dan de karaté, Gilles Fortia devait avoir accompli une période de 10 ans minimum au grade de 6e dan. Il s’est présenté aux épreuves de passage avec un partenaire de même niveau, Jean-Marie Gross (6e dan), afin d’effectuer des Kions, les Katas et les Kumités (combats réels) et finir par un entretien avec le jury lors duquel il a été invité à parler de sa pratique du karaté et de l’évolution personnelle rendue possible par la pratique de ce sport.
 
Un parcours débuté à l’âge de 13 ans et qui se poursuit aujourd’hui après 50 ans de pratique et de passion. Gilles Fortia a été champion à plusieurs reprises dans sa région de Bretagne, pour finir champion de France des Armées. Il a également été champion de Polynésie. Ce passionné d’arts martiaux est également 3e dan de tai-jitsu, arbitre international WUKO (World Union Karate Organization) et professeur diplômé d’État depuis 1993.
 
“Ce que je veux aujourd’hui, c’est transmettre tout ce que m’a apporté le karaté”, explique ce passionné. “Je suis un technicien avant tout.” Pour l’heure, son club, Katana Karaté Do, compte une quinzaine d’élèves qui peuvent bénéficier des bons conseils du maître lors des séances d’entraînement organisées au dojo de Taravao, tous les mercredis et samedis.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mardi 23 Janvier 2024 à 18:06 | Lu 1818 fois