Tahiti Infos

​Egis remporte la concession de l'aéroport pour les 40 prochaines années


Tahiti, le 16 septembre 2021 – Le ministère chargé des Transports et la Direction générale de l'aviation civile à Paris ont annoncé jeudi que le groupement Egis Airport Operations-Caisse des dépôts et consignations avait remporté la consultation pour l'attribution de la concession de l'aéroport de Tahiti-Faa'a. ADT reste donc aux commandes pour les 40 prochaines années.
 
C'est l'épilogue d'un long feuilleton administratif et juridique. Dans un communiqué diffusé jeudi, le ministère chargé des Transports et la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) à Paris ont annoncé que "le groupement constitué d’Egis Airport Operations et de la Caisse des Dépôts et Consignations (était) désigné candidat attributaire de la nouvelle concession de l’aéroport de Tahiti-Faa’a". Le groupement, déjà aux commandes de l'aéroport avec la société Aéroport de Tahiti (ADT), va donc conserver la gestion de la structure pour les 40 prochaines années.
 
"Le contrat porte sur l’exploitation, l’entretien et le développement de la plateforme, ainsi que sur la réalisation de travaux initiaux. Ceux-ci comprennent notamment le réaménagement de l’aérogare et des parkings voiture, la création d’une nouvelle voie de circulation pour les avions, reliant la zone militaire à la piste, et le doublement du canal de drainage", indique le communiqué du ministère et de la DGAC. Cette désignation enclenche dès à présent la phase de mise au point de la concession en vue de sa signature. Egis-CDC devant constituer la future société concessionnaire avec la Polynésie française, qui détiendra 49% du capital de cette société. La nouvelle concession devrait entrer en vigueur d’ici la fin du 1er semestre 2022.
 
Onze ans après
 
Si cette décision est l'aboutissement d'une procédure relancée en 2019, elle signe surtout la fin d'un long imbroglio juridico-administratif initié dès l'attribution du premier contrat de concession en 2010. À l'époque, la mairie de Faa'a avait contesté le manque de publicité autour de la procédure de mise en concurrence lancée à l'époque. La municipalité s'était d'abord vue opposée son absence d'intérêt à agir, avant que les juridictions administratives ne se rangent à ses arguments en déclarant l'annulation du marché public en 2017, après arbitrage du Conseil d'État.
 
En 2018, la DGAC avait lancé un premier appel d'offres portant sur la gestion des aéroports "d'État" de Tahiti-Faa'a, Bora Bora, Raiatea et Rangiroa. Mais entre temps, la rétrocession au Pays des trois aérodromes des îles Sous-le-Vent et des Tuamotu avait provoqué l'abandon de cette première procédure. Un second appel d'offres avait alors été lancé en 2019, dont le calendrier avait été retardé par l'émergence de la crise Covid. Dans l'intervalle, la société ADT est toujours restée aux commandes de l'aéroport pour assurer la continuité du service public malgré l'annulation de son contrat. Elle se succédera donc à elle-même pour les quatre prochaines décennies.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 16 Septembre 2021 à 17:38 | Lu 2668 fois