Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


​Détourner les jeunes de la violence



Moorea, le 8 mars 2021 - Teiva Manutahi, le chef de service de la DPDJ a rencontré les jeunes de Maharepa et de Paopao ce week-end. L’objectif était de rétablir un climat de paix et de confiance entre les jeunes de l’île après une première réunion avec les autorités la semaine précédente.

Après avoir rencontré les jeunes du district de Papetoai il y a quelques jours, Teiva Manutahi, le chef de service de la DPDJ (délégation pour la prévention de la délinquance de la jeunesse), est allé cette fois-ci discuter avec les jeunes de Maharepa vendredi, et ceux de Paopao dimanche. L’objectif premier était d’apaiser le climat et les relations entre les jeunes de ces différents districts de l’île sœur après la grosse bagarre survenue récemment au quai de Papetoai, puis celle de Maharepa entre les jeunes des deux districts. D’après les confidences reçues par le chef de service de la DPDJ de la part des jeunes de Paopao, certains se préparent et se tiennent prêts à se battre afin de “défendre leur district”. “On a désamorcé pas mal de choses, mais on n’a pas fait de miracles. Ce sont les jeunes eux-mêmes qui ont compris que c’était dans leur intérêt de changer de voie, car la violence n’a que trois issues : l’hôpital, le cimetière et la prison”, explique Teiva Manutahi. Ce dernier a aussi voulu être à leur écoute au cours d'entretiens individuels, pour les soutenir et les conseiller dans leur projet de vie personnel ou professionnel.
 
 

Mise à disposition d'infrastructures sportives

Il a d’autre part annoncé son projet d’organiser des stages d’immersion culturelle et identitaire notamment à Moorea. Ils se feront en partenariat avec les associations culturelles. “Nous avons bien vu qu’il n’y a pas un seul jeune sur la vingtaine présente à Paopao qui parle le tahitien. C’est un problème. Pour qu’on puisse se construire, il faut qu’il y ait les bases culturelles, identitaires (…). Les jeunes sont volontaires, car ils veulent accéder à la conversation tout simplement. C’est important pour leur construction” insiste-t-il.
Sa deuxième grande préoccupation est la mise à leur disposition des structures sportives pour les occuper : “Je crois que le fait d’avoir ouvert les salles de sports va permettre aussi à ces jeunes de ne plus errer dans les rues ou de divaguer sur les quais. On a bien vu lors cette petite démonstration (ndlr : Il a improvisé un entraînement de boxe à Paopao) qu’ils voulaient absolument qu’on s’occupe d’eux”, ajoute encore Teiva Manutahi. Outre la paix entre les adolescents des divers quartiers, il est également important selon lui de les réconcilier avec la population adulte. “En tant qu’adulte, on doit faire cette réconciliation entre nous et ce regard que l’on porte aux jeunes. Il faut aussi que les jeunes amènent de la réconciliation sur le regard qu’ils portent sur les adultes. Il faut revenir à des choses beaucoup plus simples telles que la paix, l’amour la confiance et le dialogue”, conclut-il.

Rédigé par Toatane Rurua le Lundi 8 Mars 2021 à 14:20 | Lu 896 fois





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mai 2021 - 20:44 ​Dresser les chiens détecteurs au fenua

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus