Tahiti Infos

​Alfred Mata promet un nouveau souffle pour la FTV


Tahiti, le 17 janvier 2024 – Alfred Mata est candidat pour la présidence de la Fédération tahitienne de va’a (FTV) à la tête de la liste A tu a hoe, au côté de l’ancienne présidente de la FTV, Doris Hart. Le projet : “Apporter quelque chose de neuf, du changement.”
 
Ça bouge du côté de la Fédération tahitienne de va’a (FTV) alors que sont convoqués, samedi, l’ensemble des clubs qui lui sont affiliés pour le renouvellement du conseil fédéral, l’instance dirigeante de la FTV. Le scrutin a lieu tous les quatre ans.
 
Contrairement à celui de 2019, où le président sortant Rodolphe Apuarii était seul candidat en lice à sa propre succession, une nouvelle équipe s’est constituée cette année pour contester sa position à la tête de la FTV. La liste A tu a hoe est conduite par Alfred Mata, jusqu’à présent n°2 de la FTV. À ses côtés, on retrouve notamment Doris Hart, l’ancienne présidente de la FTV à laquelle avait succédé Rodolphe Apuarii. On trouve également le champion Kevin Céran-Jérusalémy. “On a envie de donner quelque chose à tous ces rameurs”, expliquait mercredi Alfred Mata au micro de Tahiti Infos. “On est là parce qu’on a envie d’apporter quelque chose de neuf, du changement. […] La feuille de route que nous avons mise en place ensemble est un travail d’équipe et d’écoute aussi.”
 
Et le changement pour cette équipe, c’est en premier lieu “apporter un soutien moral, administratif et financier aux différents districts”, précise Doris Hart, pour souligner une disposition qui existe dans le statut de la fédération mais qui, selon elle, peine à être mise en œuvre. Il s’agit aussi, toujours selon elle, d’en finir avec la gestion jacobine de la fédé, en décentralisant le plus possible. “C’est important pour la bonne marche et pour la suite. Ça va motiver les districts à mieux s’organiser. Aujourd’hui, il y a un outil formidable qui s’appelle internet. Il n’est pas question de se désolidariser de la fédération.” Une mesure qui, selon le colistier Matairii Maire, secrétaire général du district de Moorea, offre “la garantie de pouvoir se développer en relation avec la fédération”.
 
Comme exposé mardi par la liste concurrente de Rodolphe Apuarii, impossible de faire l’impasse sur les grands rendez-vous sportifs à venir, à commencer par la fenêtre de tir qu’offre la tenue en Polynésie des épreuves de surf des JO de 2024. Ce sera l’opportunité d’une opération de promotion de la discipline va’a, pour Alfred Mata.
 
Impossible non plus de passer à côté d’une préparation solide des sportifs tahitiens en vue des Jeux du Pacifique de 2027, à Tahiti.
 
Un musée du va’a
 
Concernant la lutte contre le dopage, les deux listes font le même constat de l’impossibilité règlementaire d’imposer des contrôles aux sportifs. Et la solution est la même : inciter le Pays à règlementer en la matière. Alfred Mata promet de travailler avec le Pays pour l’adoption d’un cadre règlementaire permettant de faire de la prévention et de combattre le dopage dans le va’a. “On est conscients de l’ampleur du travail à accomplir. Mais on est là pour ça.”
 
Une mandature qu’Alfred Mata et son équipe consacreront aussi à la mémoire, à travers la création d’un musée du va’a “par respect pour tous nos anciens”, défend-il. “C’est une question de patrimoine” : il souhaite la mise en place d’un site où seront exposées pirogues anciennes et des photos des grands noms qui ont fait l’histoire du va’a au Fenua. “C’est important pour nos jeunes générations”, insiste Doris Hart.
 
Rappelons que le mandat des 13 membres du conseil fédéral de la FTV est renouvelé pour quatre ans. Le scrutin organisé à 9 heures au centre nautique Aorai tini hau de Pirae, samedi, intéresse les 200 clubs affiliés à la FTV. Pour voter, les membres du collège électoral devront être à jour de leurs cotisations 2023 et 2024. Chaque club dispose ensuite d’un nombre de voix proportionnel à son effectif d’adhérents.

Rédigé par Vaite Urarii Pambrun le Mercredi 17 Janvier 2024 à 17:01 | Lu 1855 fois