Tahiti Infos

​À 21 ans, il risque la perpétuité


Tahiti, le 13 mai 2022 – Du 23 au 25 mai prochains, la cour d'assises de Papeete va juger un jeune homme de 21 ans poursuivi pour un vol avec violence ayant entraîné la mort. L'accusé, qui nie les faits, est poursuivi pour avoir porté un coup de pied mortel à un quinquagénaire le 13 décembre 2019 à Moorea et lui avoir ensuite volé son sac. Il encourt la perpétuité. 
 
Le procès d'un homme de 21 ans, poursuivi pour un vol avec violence ayant entraîné la mort commis dans la soirée du 13 décembre 2019 à Moorea, s'ouvrira le 23 mai pour deux jours. 
 
Les faits reprochés à l'accusé, qui les a toujours niés, s'étaient déroulés au PK 22 à Papetoai sur l'île de Moorea. Tel que le rapporte le magistrat instructeur dans son ordonnance de mise en accusation à laquelle Tahiti Infos a eu accès, c'est la tenancière d'un snack qui avait appelé les gendarmes pour leur expliquer qu'elle venait d'assister à l'agression d'un homme en bord de route. Selon ses déclarations, la victime, qui marchait avec son sac à dos, avait été prise à partie par l'accusé qui lui avait demandé 500 Fcfp avant de lui asséner un violent coup de pied à la tête. L'homme était alors tombé inconscient et son agresseur en avait profité pour lui voler son sac. Arrivés sur place, les gendarmes n'avaient pas pu interpeller l'agresseur désigné par la tenancière du snack puisqu'un attroupement très hostile s'était formé sur les lieux.
 
Ice et alcool
 
Ce n'est que le lendemain, et alors que la victime venait de décéder à l'hôpital des suites d'un traumatisme crânien, que les forces de l'ordre avaient interpellé le suspect à son domicile. Placé en garde à vue, le jeune homme avait expliqué aux enquêteurs qu'il avait passé la journée à Papeete où il avait bu de la bière et de la vodka et consommé de l'ice et du paka. Il avait ensuite affirmé qu'après être rentré à Moorea, il avait passé la soirée au domicile de son père. Confronté aux déclarations de plusieurs témoins de la scène selon lesquels il était l'auteur de l'agression, le jeune homme avait évoqué des “mensonges”. Malgré ses dénégations, il avait été mis en examen et placé en détention provisoire à Nuutania où il se trouve donc depuis un peu plus de deux ans. 
 
Lors de son procès, qui va donc s'ouvrir le 23 mai, la cour d'assises va se pencher sur la personnalité de l'accusé, un jeune homme déscolarisé depuis la classe de sixième que les experts ont décrit comme ayant un “niveau d'intelligence très moyen”. La cour s'attardera également sur son enfance, marquée par les violences entre ses parents. Déjà condamné à 19 reprises pour des vols et des violences, l'accusé encourt cette fois la réclusion criminelle à perpétuité. 

Un SDF jugé pour des coups mortels

Lors de cette deuxième session de l'année, la cour d'assises va également juger un sans domicile fixe de 35 ans poursuivi pour avoir mortellement battu sa compagne. Le 5 février 2019, l'accusé avait violemment frappé la victime, mère de cinq enfants, en lui assénant notamment des coups de poing au visage. Elle était tombée dans le coma mais son compagnon avait attendu le lendemain pour se rendre auprès du père Christophe auquel il avait expliqué qu'il l'avait battue. Placé en garde à vue puis présenté devant un juge d'instruction, l'accusé avait reconnu les faits en confessant par ailleurs qu'il frappait souvent sa compagne. Au terme de son procès, qui se tiendra les 17 et 18 mai, l'homme encourt trente ans de prison. 

Rédigé par Garance Colbert le Vendredi 13 Mai 2022 à 18:08 | Lu 7504 fois