Tahiti Infos

​“Nous n'avons jamais interdit l’ivermectine ou l’hydroxychloroquine”


Tahiti, le 23 septembre 2021 – Le président Édouard Fritch a tenu jeudi à répondre aux manifestants prônant les traitements alternatifs contre le Covid, en assurant que “la prescription par les médecins de traitements alternatifs, à base notamment d’ivermectine ou d’hydroxychloroquine, n’a jamais été interdite en Polynésie française”.
 
Alors que près de 500 manifestants se sont mobilisés jeudi à l'extérieur de l'assemblée pour défendre notamment le recours aux traitements alternatifs contre le Covid, le président Édouard Fritch a tenu dans le même temps lors de son discours d'ouverture de la session budgétaire à “ouvrir une parenthèse” pour rectifier les “affirmations des manifestants et des réseaux sociaux”. “La prescription par les médecins de traitements alternatifs, à base notamment d’ivermectine ou d’hydroxychloroquine, n’a jamais été interdite en Polynésie française”, s'est défendu le président du Pays.
 
“Nous n'avons jamais interdit la prescription de ces médicaments”, a martelé Édouard Fritch à plusieurs reprises. “Les médecins ont toujours eu la possibilité, sous leur propre responsabilité, de prescrire ce traitement, sous réserve d’informer les patients que ces médicaments n’avaient pas reçu une autorisation de mise sur le marché pour soigner la Covid-19.” Le président du Pays qui s'est également étonné d'avoir été “accusé d'avoir mis le Dr Théron par terre. Mais non, jamais je n'ai interdit quelque prescription que ce soit.” Édouard Fritch qui a précisé au contraire avoir “personnellement donné des consignes pour laisser la liberté de prescription, dans le respect des règles déontologiques.”
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Jeudi 23 Septembre 2021 à 15:37 | Lu 4291 fois