Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Réforme de la PSG : Tea Frogier évoque le "devenir de notre société"



La réforme du système d’assurance maladie est annoncée pour 2017 tandis que celle du système de retraite devra être mise en œuvre dès l’année prochaine.
La réforme du système d’assurance maladie est annoncée pour 2017 tandis que celle du système de retraite devra être mise en œuvre dès l’année prochaine.
PAPEETE, 5 août 2015 - Le calendrier des dispositions de la réforme du système polynésien de Protection sociale généralisé a été évoqué par Tea Frogier en marge du point presse du conseil des ministres, ce mercredi. La ministre du Travail insiste sur l’urgence de cette réforme et annonce un exposé de ses principes courant août.

Le régime des salariés (RGS) de la Caisse de prévoyance sociale termine l’année 2014 en déficit de 1,34 milliard Fcfp contre 3,99 milliards Fcfp. En dépit d’un relèvement des taux de cotisation de 6,76% dans l’année, les charges du régime ont conduit à un déficit de 1,423 milliard Fcfp, contre 5,983 milliards Fcfp en 2013. Ces chiffres ont été évoqués par la ministre du Travail ce mercredi, lors du point presse du Conseil des ministres. Ils sont révélateurs du déséquilibre structurel de ce régime. La persistance d’un résultat comptable globalement déficitaire s’expliquant notamment par la détérioration du résultat financier de la branche retraite de base dite "tranche A". Elle soulignent l’urgence des réformes annoncées du système de la Protection sociale généralisée (PSG).

"Il y a un déséquilibre structurel des régimes de la PSG, et du régime des salariés", constate Tea Frogier. "Cela explique cette persistance d’un résultat comptable très déficitaire aggravé par une situation financière de la branche retraites, tranche A effectivement dégradé. J’explique cela pour vous dire que la réflexion sur la réforme de la PSG qui évolue actuellement est là pour répondre à ce déséquilibre structurel des différents régimes. Nous savons bien que les deux branches qui coûtent de l’argent sont la maladie et la retraite. Pour la maladie, un certain nombre de pistes ont été évoquées, avec notamment la question d’une possible augmentation du ticket modérateur. Il y a des dispositions qui sont incontournables et qu’il conviendra de mettre en place pour équilibrer la branche maladies".

Réticence des partenaires sociaux

Le gouvernement a organisé 14 ateliers avec les partenaires sociaux, les jeudis après-midi de février à juillet derniers. Une présentation des conclusions de cette réflexion concernant l’assurance maladie est annoncée dans le courant du mois d’août 2015 et devrait se tenir au cours d’une conférence de presse donnée par le Président Edouard Fritch pour en annoncer les principes. La mise en œuvre d’une réforme de la branche maladie prévue pour l’horizon 2017. Courant octobre prochain, les concertations tripartites se pencheront sur la thématique Famille-handicap-dépendance.

Les concertations tripartites pour évoquer la réforme du système des retraites ont été initiées courant juin et seront achevées en août.
"Nous sommes dans un schéma qui vise à repousser l’horizon de viabilité de la caisse d’une quinzaine d’année pour se donner du temps", a rappelé Tea Frogier. "Un courrier sera adressé en août aux partenaires sociaux qui ne souhaitent pas se joindre à cette réflexion – notamment certains syndicats de salariés qui nous disent ne pas vouloir cautionner les dispositions qui seront prises ; mais j’ai tendance à dire que viendra bien le jour où chacun devra être responsable et assumer les engagements. L’idée est d’adresser une lettre à tous les partenaires sociaux pour leur présenter les principes retenus pour la réforme de la branche retraites et le chemin proposé. Nous ne voulons pas que l’on puisse reprocher au gouvernement de ne pas avoir réalisé la concertation. Nous sommes véritablement là en train de parler du devenir de notre société. La mise en œuvre des dispositions pour la branche retraites doit se faire en 2016. Les liquidités ne nous permettent d’assumer les dépenses que jusqu’à la fin du premier trimestre, au mieux semestre, de l’année prochaine. Nous avons un échéancier contraint. On ne peut pas continuer ainsi. Il nous faut prendre des décisions courageuses et chacun devra assumer ses responsabilités. Nous sommes en train de parler de la transformation de notre système sociétal (…) nous n’avons pas de solution miracle et les décisions seront lourdes à prendre".

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 5 Août 2015 à 15:41 | Lu 1401 fois






1.Posté par macox le 05/08/2015 16:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toujours les même qui vont payer!!!!!!

2.Posté par Mathius le 05/08/2015 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Il y a un déséquilibre structurel des régimes de la PSG, et du régime des salariés",
Mais c'est la politique économique sociale et culturelle de la Polynésie qui a un problème structurel , c'est quand même terrible un constat pareils de la part d'un ministre qui annonce déjà qu'elle fera rien, puisque les syndicaleux veulent que rien ne change.....
Un gouvernement doit avoir le courage de ses constats et agir en conséquence. si les partenaires sociaux ne sont pas d'accord pour réformer des structures mis en place par un gouvernement mafieux, durant l'opulence de la bombe atomique, il faut alors se tourner vers les électeurs et leur demander si ils veulent une réforme brutale ou tout perdre a moyen terme des avantages sociaux. lorsqu'il y aura plus d'argent dans les caisses cela sera la faute a qui? Qui me répond?

3.Posté par rodrigue le 05/08/2015 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mettre une Tva sociale sur tout les produits détaxé et les produits locaux non assujetti , y pas de raison que ceux qui en profitent ne participent pas aussi à l'effort générale (pêcheurs agriculteurs apiculteurs etc ...produits de premières nécessité, matières première importés et autres avantages dont certains profitent sur le compte des autres !!!
c'est cela aussi la justice sociale pas toujours les même qui passent à la caisse !!!!
merci les politiques de tenir compte de ceux qui sont déjà assommés par les taxes de ce pays.

4.Posté par POLPOTS le 05/08/2015 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre priorité est d'augmenter le nombre de cotisants en créant des emplois, faut arrêter le chalala.

5.Posté par Popoti le 05/08/2015 20:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En complément au post 4 : votre seconde priorité est de lutter contre le travail au noir au lieu d'augmenter les cotisations sociales. Votre troisième priorité (pour moi la première) est de réduire les frais de fonctionnement de la fonction publique.


6.Posté par simone grand le 06/08/2015 10:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si le nombre des retraités dépasse celui des salariés syndicalisés, il y aurait urgence à inverser la valeur de la représentation dans les instances de concertation et décision

7.Posté par Hirinake le 06/08/2015 15:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

8.Posté par papounette le 06/08/2015 16:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La solution c'est de supprimer les machines à café dans tous les services administratifs et les banques et la CPS, au va augmenter la rentabilité car 2 heures au café par jour plus 1 heure de pause déjeuner ça fait trois multiplié par 5 ça fait quinze, on en fait du boulot en 15 heures, le tout multiplié par le nombre de personnes concernées ça fait quelques milliards de productivité en plus.
Les vendeurs de machines à café ont certainement un autre moyen de gagner leur vie.
Les gens qui veulent traîner au travail partiront seuls, pas besoin de baisser les effectifs. je rêve mais pourquoi pas.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance