Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Nos ancêtres les Taïwanais



Un indigène Taiwannais (© Rich J Matheson)
Un indigène Taiwannais (© Rich J Matheson)
PAPEETE, le 8 octobre 2016 - Une nouvelle étude scientifique s'appuyant sur des analyses ADN vient – encore – changer notre compréhension de l'origine du peuple Polynésien. Cette fois, les preuves indiquent que les premiers à coloniser le Triangle polynésien venaient bien de Taïwan, avant de se mélanger à des populations mélanésiennes.

L'étude est très sérieuse, et elle vient encore modifier notre compréhension du peuplement du Pacifique. Publiée dans le journal scientifique Nature la semaine dernière, le papier "Genomic insights into the peopling of the Southwest Pacific" (Enseignements génétiques sur le peuplement du Sud-ouest du Pacifique) est signé par près de 30 scientifiques qui ont analysé les restes de quatre squelettes trouvés dans les tous premiers cimetières Lapita de Vanuatu et des Tonga.

Les Lapita étaient un peuple de navigateurs qui sont arrivés aux Vanuatu il y a environ 3000 ans, identifié par les archéologues grâce à leurs poteries typiques (une tradition perdue depuis). Les traces qu'ils ont laissées derrière-eux permettent de les différencier des peuples vivant en Australie, Papouasie-Nouvelle-Guinée et îles Salomon actuelles depuis 40 000 à 50 000 ans.

Les Lapita, eux, sont apparus dans l'Ouest du Pacifique en l'an -1000, mais leur terre d'origine fait l'objet de débats académiques féroces. Pourtant, de ce peuple est née la civilisation Polynésienne qui finit par coloniser l'ensemble du Triangle polynésien… Bref, ce sont nos ancêtres. La thèse la plus populaire encore récemment les faisait venir des îles Bismarck, au nord-est de la Nouvelle-Guinée.

IL VA FALLOIR ENCORE CHANGER LES CARTES DE PEUPLEMENT DE LA POLYNÉSIE

Ce crâne provient d'un vieux site funéraire de 3000 ans situé aux Vanuatu. Il est l'une des 4 sources de l'ancien ADN analysé par l'étude.
Ce crâne provient d'un vieux site funéraire de 3000 ans situé aux Vanuatu. Il est l'une des 4 sources de l'ancien ADN analysé par l'étude.
Mais c'est faux, car ça y est, l'ADN a parlé : ils viennent de Taïwan. Ou peut-être du nord des Philippines. L'enseignant-chercheur Matthew Spriggs de la Australian National University (ANU), dont l'équipe a excavé deux des squelettes étudiés, explique dans un communiqué que "les habitants des Vanuatu d'aujourd'hui descendent principalement d'Asie. Ils sortent directement de Taïwan, et peut-être du nord des Philippines. Ils ont voyagé sans s'arrêter aux endroits déjà habités, mais quand ils sont arrivés aux Vanuatu il n'y avait personne. Ils étaient les premiers" raconte le chercheur. Ils ne se sont installés aux Tonga que légèrement plus tard. Malheureusement, l'étude n'a pas étudié les sites archéologiques des Samoa, ce qui aurait permis de régler un autre différent entre les deux pays qui se revendiquent tous les deux comme le berceau de la civilisation Polynésienne (c'est dans l'un des deux archipels que les Lapita ont évolué en Polynésiens).

Les analyses de la nouvelle étude montrent aussi que, déjà à l'époque, c'est le mélange qui a créé le peuple de Polynésie : "Ce n'est que plus tard qu'ils ont épousé des papous et créé le mix génétique que nous voyons aujourd'hui aux Vanuatu et à travers le Pacifique. Aujourd'hui, tous les îliens du Pacifique sont un mélange de ces populations asiatiques et mélanésiennes. Les différences sont seulement dans les pourcentages…" éclaire le professeur Matthew Spriggs.


L'ancienne carte du peuplement des îles du Pacifique. Les dernières recherches la contestent de plus en plus, les analyses génétiques de squelettes âgés de 3000 ans confirmant une nouvelle fois que nos ancêtres venaient de Taïwan.
L'ancienne carte du peuplement des îles du Pacifique. Les dernières recherches la contestent de plus en plus, les analyses génétiques de squelettes âgés de 3000 ans confirmant une nouvelle fois que nos ancêtres venaient de Taïwan.
Si cette publication permet de trancher un débat qui fait rage depuis si longtemps, c'est qu'elle a utilisé de toutes nouvelles techniques d'analyse génétique qui permettent de mieux extraire les ADN très anciens. Le docteur Stuart Bedford, qui a lui-aussi participé aux fouilles aux Vanuatu, explique dans le communiqué de l'ANU que "c'est une découverte vraiment remarquable. Les débats sur l'origine des habitants du Pacifique font rage depuis, littéralement, des siècles, en particulier ceux qui concernent les Lapita, les premiers à coloniser les îles allant de Vanuatu aux Tonga. Cette découverte prouve l'énorme potentiel de ce type de recherches, mais ces données nous ont déjà offerts une pièce très importante du puzzle."

LES FEMMES JOUAIENT UN ROLE PRIMORDIAL

Les analyses génétiques ont été effectuées par une équipe rassemblant des chercheurs de la Harvard Medical School, de la University College Dublin et du Max Planck institute for the Science of Human History. L'un des principaux chercheur de cette équipe, le docteur Ron Pinhasi de la University College Dublin, explique de son côté que "ce sont les premières données portant sur le génome entier d'humains préhistoriques des Tropiques, et ce fut rendu possible par des méthodes améliorées dans la préparation des squelettes. Ces résultats inattendus sur l'histoire océanienne soulignent la puissance de l'analyse des ADN anciens (aDNA) pour renverser des modèles établis sur le passé de l'Homme."

Les analyses de son équipe ont aussi révélé un détail intéressant sur la structure de ces premières sociétés : "une trouvaille particulièrement intéressante vient des différents types d'ascendances observés dans le chromosome X, qui est principalement hérité des mères. Elle révèle que la vaste majorité des ancêtres de ces pionniers de l'océan qui survivent aujourd'hui étaient des femmes, ce qui montre comment l'information génétique peut apporter une idée des processus culturels de ces anciennes sociétés."

Le modèle du "bateau lent" prend un coup dans l'aile

Ce pot lapita est conservé au Musée National des Vanuatu. Ces poteries qui utilisent des techniques asiatiques ont permis aux archéologues d'identifier un peuple différent des mélanésiens, qui s'est ensuite transformé pour devenir le peuple Polynésien.
Ce pot lapita est conservé au Musée National des Vanuatu. Ces poteries qui utilisent des techniques asiatiques ont permis aux archéologues d'identifier un peuple différent des mélanésiens, qui s'est ensuite transformé pour devenir le peuple Polynésien.
Dans le débat scientifique sur l'origine des peuples du Pacifique, on sait depuis longtemps que les Polynésiens et Micronésiens d'aujourd'hui ont des gènes similaires à ceux des indigènes de Taïwan (ces indigènes ne représentent aujourd'hui plus que 2% de la population de cette île, qu'ils avaient colonisé il y a quatre mille ans depuis le sud-est de la Chine. Mais leurs descendants vivent encore dans une grande partie de l'Asie et de l'Océanie), mélangés à des gènes mélanésiens.

Mais le débat porte encore aujourd'hui sur la chronologie. La thèse défendue par l'équipe internationale ayant dirigé ces toutes dernières analyses est celle du "train express", où les Lapita sont arrivés de Taïwan et ont rapidement colonisé les premières îles polynésiennes, avant de se mélanger aux populations mélanésiennes et de leur emprunter des éléments linguistiques ou culturels, des techniques agricoles, etc.

Cette théorie est en concurrence avec l'hypothèse du "bateau lent", ou "Slow boat model". Dans ce dernier modèle, les arrivants taïwanais se sont d'abord mélangés aux populations mélanésiennes, puis ces "demis" ont colonisé petit à petit le reste des îles. Cette dernière hypothèse est désormais de plus en plus improbable…


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Samedi 8 Octobre 2016 à 10:08 | Lu 9456 fois







1.Posté par mathius le 08/10/2016 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hooooo, les journalistes, l'affirmation n'est pas nouvelle, cette étude scientisme vient juste confirmer, ce que des archéologues disaient déjà depuis des dizaines D'années, justement grâce à la poterie lapita. Donc la thèse qu'une partie de la culture polynesienne fut décadente prend forme.

[NDLR : c'est effectivement ce que dit l'article.]

2.Posté par TAAHOA le 08/10/2016 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hahahahaha...... Cela prouve encore une fois que nous Polynésiens, malgré que nous ayons la nationalité française, ne sommes pas des gaulois.

3.Posté par mathius le 08/10/2016 16:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tahiti infos demander au professeur Sinoto ce qu'il en pense, serait pertinent, car est que cette confirmation scientifique confirmerait il son postulat (les polynesiens descendent des premiers habitant du Japon) . Cela donne une nouvelle dimension à'ces travaux.. est ce que les premiers habitants du Japon et de Formose seraient de meme lignée?

4.Posté par Fiu!!! le 08/10/2016 18:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les aborigènes du Japon s'appellent les Aïnous. Ils ont été refoulés dans l'île d’Hokkaïdo par les Japonais "modernes" dont le type physique est très proche des Coréens. Toutefois près de 20% des Japonais modernes possèdent un patrimoine incluant des gènes Aïnous : un brassage a bien eu lieu entre les aborigènes et les nouveaux arrivants.

Pour les « Polynésiens » actuels, le brassage génétique est encore plus varié : aux gènes venus d’Asie du SE, se sont mêlés non seulement ceux de Mélanésiens, mais aussi d’Européens, puis d’autres peuples d’Asie, d’Africains et encore plus récemment du Moyen Orient.

Pourquoi la recherche des ancêtres se borne-t-elle à une seule branche ?
N’est-ce pas à notre tour tomber dans le mythe de « nos ancêtres les Gaulois » utilisé à des fin de (basse) politique ?

5.Posté par etienne le 09/10/2016 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Personne ne parle de l'amerique du sud, et pourtant quand les premiers européens sont arrivés ici, ils y ont trouvé la patate douce dont l'origine se trouve justement en Amérique du sud....

6.Posté par Mano le 09/10/2016 11:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Les débats sur l'origine des habitants du Pacifique font rage depuis, littéralement, des siècles, en particulier ceux qui concernent les Lapita", n'aurait-on pas découvert la poterie Lapita que depuis début 1900, parler donc de siècles de débat est bien osé!!!. Pour les "vikings" du Pacifique, il y a bien longtemps que l'on parle de ces peuples Austronésiens arrivées par le nord, "Tokelau", et qui occupent tout le triangle polynésien,
Mais que dire de la tradition orale qui raconte les guerres qui vont refouler les indigènes vers leur patrie d'origine, certains de ces indigènes qui atteindront accidentellement la Nouvelle-Zélande!!
Nos ancêtres les gaulois, c'est effectivement l'étroitesse d'esprit de certains scientifiques dans le but de mettre en valeur leurs propres découvertes. Que les scientifiques continuent leurs recherches, c'est indispensable, mais la tradition orale seule permettra de sauver la culture Polynésienne!!!

7.Posté par simone grand le 10/10/2016 07:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aue Mano, seul le choc des idées lors de débats constructifs peut faire avancer la connaissance. Ne prendre que la tradition orale si souvent trafiquée par ceux qui l'ont recueillie et transmise est une erreur.

8.Posté par VATEA le 10/10/2016 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a 25 ans , lorsque le sujet était évoqué , je me rappelle par le CRNS , les retours dans les journaux étaient ..... très chauds " nous les MAOHI , on vient d'ici , bla bla " .... les temps changent ......

9.Posté par Welcome Tahiti le 10/10/2016 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un article intéressant paru dans le Reva Tahiti, disponible à cette adresse https://welcome-tahiti.com/fr/par-dela-locean-nos-ancetres-taiwanais relate aussi cette hypothèse

10.Posté par tutua le 10/10/2016 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

nos ancêtre viennent bien des côtes de Taiwan, ils ont commencé leur périple vers 50 000 avant notre ère et se sont arrêtés dans ce qui est aujourd'hui les Philippines et autres pays proches, l'ère était glaciaire. Dans ces pays on parle une langue qui est celle des navigateurs : le poisson se dit ika, et en reo tahiti : i'a, la main lima et chez nous rima ...
Puis ils ont repris la mer. Un courant en direction de l'ouest vers Madagascar qu'ils ont découvert et colonisé. Mais l'essentiel des navigateurs a choisi la route de l'est. Ils ont traversé la Melanésie et fait une pause à hauteur de Fiji. Vers l'an mille avant JC, les Polynésiens reprennent la route et les distances à parcourir sont plus longues sur leurs pirogues dont les coques sont en bois cousu !
On imagine bien le boulot que tout cela demande. Ils découvrent ce qui deviendra leur patrie Tonga, Samoa, etc,
suite

11.Posté par tutua le 10/10/2016 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2-Les Rapa Nui ont navigué jusque sur les côtes d'Amériques du sud. Ils ont échangé avec le peuple quetchua, ils ont ramené la patate douce (umara ou umala...) et laissé le poulet complètement inconnu sur ce continent.
des chercheurs de Californie travaillent depuis quelques années sur des vestiges trouvés dans la région, de navire en bois cousu et de hameçons typiquement polynésiens. Il y a encore beaucoup à découvrir sur ce peuple de la mer.

12.Posté par tutua le 10/10/2016 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les Polynésiens n'ont pas de sang japonais, qu'elle idiotie, et ils ne sont pas décadents comme toi

13.Posté par mathius le 10/10/2016 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vatea et cela continu il suffit de lire Tutua pour s'en faire une idėe

14.Posté par Cool Ruler le 10/10/2016 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mince, si je comprends bien , les maohi ne sont que des vulgaires colons ? comme les européens, les chinois et... ben comme tout le monde en fait :-)

15.Posté par fiu le 10/10/2016 13:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La photo d'illustration me fait trop rire.
Le regard teigneux du gars me fait penser à Christian Clavier dans Astérix.
Comme quoi on a peut être bien des ancêtres gaulois....
Mouahahahahah

16.Posté par Mano le 10/10/2016 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bof Simone, Tribu perdue d’Israël ou Américains du livre de Mormon, Amérindiens de Thor Heyerdahl et son radeau Kon-Tiki, théorie reprise récemment par Michel Brun dans son livre « Eteroa », « Antarctide des origines » de Robert Argod, « Extra-terrestres » de l’île de Pâques, et même Aryens d’Edouard Tregear (The Aryan Maori), sans oublier le continent Mu tiré à plusieurs millions d’exemplaires, le peuplement de l’Océanie devient un véritable fonds de commerce pour écrivains et scientifiques parfois en mal de reconnaissance. La tradition orale n'est pas plus pas moins interprétée que ceux qui passent leur vie à interpréter certains objets du passé, les tablettes de l'île de Pâques en sont un très bel exemple. Autant la science est indispensable à la compréhension du passé, autant la tradition orale est indispensable à la conservation de la culture, ensuite l'homme interprète....

17.Posté par tutua le 10/10/2016 15:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les Ma'ohi ont colonisé ces terres vierges où il n'y avait pas d'humains, c'est clair ?

j'ajoute que des ma'ohi sont toujours présents à Taïwan, ils ont été invités en Polynésie ( il y a 4 ou 5 ans ) et eux comme les nôtres ont échangé dans la même langue, le reo ma'ohi, et il se comprenaient bien !

vulgaires colons ? non, de vrais colons, ils n'ont pas occupé des terres qui étaient déjà habitées, celles là étaient vierges de toute présence humaine.

18.Posté par tutua le 10/10/2016 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mathius, en plus tu es docteur maintenant ? Pffff !!!

19.Posté par mathius le 10/10/2016 16:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tutua?

20.Posté par wakrap le 10/10/2016 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je crois qu'il faut quand même rappeler que coloniser c'est aller dans un endroit et y imposer sa culture et organisation. Sur une terre vierge d'occupation humaine à l'origine comme la Polynésie, parler de "colonisateur" pour les Polynésiens, est un peu fort de café.

21.Posté par ......... le 10/10/2016 16:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Donc le mahoi est taiwannais, il faut donc demander à l'ONU de décoloniser Taiwan de la Chine dans ce cas!

Voilà un nouveau combat à rajouter pour OT, libérer le maohi de la chine mdr
Comme dit Mathius: Oscar va dénoncer la situation des maohi de Taiwan à l'onu!

@17: Tutua heureusement que tu était né à cette époque pour affirmer que ces îles étaient vierges, qu'est ce qu'on ferait sans toi mdr

22.Posté par emere cunning le 10/10/2016 16:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas à dire, entre les gaulois et les taïwanais, on est tout ce qu'il y a de gâtés.
Les polynésiens étaient des navigateurs hors pair qui ont sillonné leurs eaux, and that's it (I'm Bones and I can tell hahaha). Qu'ils s'avalent leur puzzle et les laissent en paix.

23.Posté par tutua le 10/10/2016 17:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P20 bien dit wakrap

24.Posté par beaulieu jean pierre le 11/10/2016 05:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous sommes ce que nous sommes génétiquement issus de multiples ethnies, pour notre plus grand bonheur nos îles sont considérées comme des paradis et leur populations ont la réputation d'être gentils et accueillants. Soyons donc heureux de ce que nous sommes et laissons aux scientifiques la bagarre de nos origines.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Septembre 2017 - 10:00 Maupiti : 436 kilos de viande de tortue découverts

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance