Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


La vie coûte 39% plus cher en Polynésie qu'en métropole



Ce sont les courses au supermarché qui tirent le plus le coût de la vie en Polynésie, avec le coût du logement. La vie chère ce n'est pas dans la tête
Ce sont les courses au supermarché qui tirent le plus le coût de la vie en Polynésie, avec le coût du logement. La vie chère ce n'est pas dans la tête
PAPEETE, le 24 juin 2016 - Une nouvelle étude publiée par l'ISPF met des chiffres sur la vie chère. En mars 2016, le niveau général des prix à la consommation en Polynésie française était supérieur de 39% à celui de la métropole… un écart qui a beaucoup augmenté depuis 2010.

On le dit souvent, la vie est chère en Polynésie, mais il est souvent difficile de quantifier ce sentiment. Un document publié par l'Institut de la statistique de la Polynésie française ce vendredi aide cependant à mettre des chiffres sur le coût de la vie.

La conclusion du travail de l'institut c'est qu'en Polynésie la vie est 38,5% plus chère qu'en Métropole. En 2010, l'écart était déjà de 25,9% et il s'est encore creusé ces dernières années, alors même que les prix ont augmenté aussi vite à Tahiti qu'en Métropole.

Ce paradoxe s'explique parce que les métropolitains et les Polynésiens ne consomment pas les mêmes choses.

Ainsi, les produits habituels de métropole sont bien plus chers au fenua, et un français venant s'installer en Polynésie mais gardant ses mêmes habitudes de consommation verrait son coût de la vie exploser de 55% (contre 51% en 2010) !

Par comparaison, un ménage tahitien qui s'installe en métropole mais qui vivrait là-bas exactement comme à Tahiti n'y ferait des économies que de 19% (seulement 5% en 2010).

LA NOURRITURE TIRE LA DIFFÉRENCE DE PRIX

25% du budget des Polynésiens est consacré à l'alimentation. Or, les produits alimentaires consommés par les Tahitiens ne sont pas beaucoup moins chers en métropole : -18% en moyenne. Mais l'écart a rapidement augmenté depuis 2010. Pour les autres dépenses, un ménage parti s'installer dans l'hexagone ferait de grosses économies sur les alcools, les télécoms et les services, par contre les prix seraient sensiblement les mêmes qu'à Tahiti pour la santé, l'éducation, les transports ou les vêtements.

En métropole, les ménages ne consacrent que 15% de leur budget à s'alimenter, mais doivent prévoir plus pour leur santé : les remboursements sont moins généreux qu'à Tahiti et il y a plus de médecins non conventionnés. Du coup notre ménage de farani venu découvrir le Pacifique ne paierait que 18% plus cher pour sa santé.

C'est pour équilibrer ces différences de consommation que l'ISPF utilise un indice mélangeant ces deux profils (le "métro" vivant à Tahiti et le Polynésien dans l'hexagone) nommé "indice de Fisher". Selon cet indice, la différence de prix atteint 38,5% entre la Polynésie et la métropole. En utilisant l'indice de Fisher, il apparait que les plus grosses différences dans le budget global d'un ménage porteront sur les biens et services divers (qui augmenteront le budget global du ménage de 9 points), suivis par l'alimentaire (7 points), le logement (5 points), l'alcool et le tabac (4 points) puis la communication et les loisirs (à 3 points chacun).

POUR UN TOURISTE, C'EST BIEN PIRE

Maintenant imaginons un simple visiteur, qui n'aura pas à se préoccuper du coût de l'éducation, de la santé, du logement ou des meubles… C'est en hôtels, billets d'avion et nourriture qu'il dépensera son argent. Et là, il aura vraiment l'impression que tout est deux fois plus cher en Polynésie. Les boissons non alcoolisées et la nourriture vont coûter 81% de plus à notre touriste venant de métropole. L'alcool va le faire tiquer : la différence de prix est de 142%. Hôtels, cafés et restaurants sont 58% plus chers…

C'est d'ailleurs aussi ce qui renforce la sensation de vie chère dans la population polynésienne. Quand on compare nos prix à ceux de la métropole, personne ne pense à comparer le prix de l'éducation (identique) ou celui de la santé. C'est le caddie des courses qui fait l'opinion, et lui, il fait mal.

La vie chère ce n'est pas dans la tête

Comme le note l'ISPF dans son étude, "Les achats les plus fréquents concernent l’alimentaire, quelle que soit la zone géographique où l’on se trouve. C’est pourquoi, l’évolution des prix des produits de l’alimentation sert souvent de prisme pour la perception de l’écart global des prix." Du coup, on comprend pourquoi tout semble deux fois plus cher à Tahiti : "la comparaison spatiale de 2016 montre qu’un métropolitain qui souhaiterait consommer en Polynésie française les mêmes produits alimentaires qu’en métropole devrait augmenter son budget de 80 % (75 % en 2010)."

Et même pour les Polynésiens, l'impression que tout augmente, alors même que l'inflation est négative depuis deux ans, n'est pas une illusion : "l’évolution de l’indice ouvrier en Polynésie française montre que le renforcement de la vie chère pour les ménages à bas revenus est réel. Contrairement à l’indice général qui baisse, l’indice ouvrier progresse, essentiellement en lien avec la hausse des prix des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées."

Les prix de la nourriture augmentent dans le monde entier, et en Polynésie les taxes sur le sucre, le tabac et l'alcool de ces dernières années ont encore plus augmenté le coût de ces produits. Or, ce sont les ménages les plus pauvres qui ressentent le plus ces augmentations de prix : "plus les revenus d’un ménage augmentent, plus la part de leur dépense en alimentation diminue (25 % en moyenne, 30 % pour un ménage dont le chef de ménage est ouvrier). Ainsi la perception de la vie chère est plus forte chez les ménages à plus bas revenus." Donc non seulement la vie devient plus chère pour les pauvres, mais comme ce sont leurs courses qui augmentent, ils le ressentent d'autant plus douloureusement.


Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Vendredi 24 Juin 2016 à 17:19 | Lu 43165 fois







1.Posté par gregory le 24/06/2016 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Deux grosses victimes de la politique fiscale de la Polynésie autonome: les familles locales aux revenus modestes (comparables à ceux de la France, où elles sont exonérés d'impôts sur le revenu), et les touristes, littéralement matraqués à leur arrivée (ils paient leurs impôts dans leur pays et doivent acquitter le millefeuille polynésien des taxes...."paradisiaques"). Du 1er janvier au 31 décembre de chaque année, nos dirigeants annoncent qu'ils vont faire des réformes pour tenir compte des intérêts de la population, mais on attend, on attend.

2.Posté par gregory le 24/06/2016 19:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quant on compare le prix des vins et spiritueux en Polynésie avec ce que cela coûte en France (sans parler de la Nouvelle Zélande, des USA, etc...), on a l'impression d'être plongé dans un pays intégriste islamiste ! Ca doit être le tyran Turc Erdogan qui a dicté les taxes locales appliquées sur ces "boissons du péché". Ah non, renseignement pris, il s'agit d'intégristes chrétiens locaux, et de leurs agents au gouvernement local. Donc le mieux pour les touristes -et pour ceux qui peuvent ici se payer un billet d'avion- est d'aller déguster nos bons vins Français, nettement moins chers à Auckland qu'à Papeete !

3.Posté par MOOREA56 le 24/06/2016 23:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vie coûte 39% plus cher en Polynésie qu'en métropole . Alors pourquoi l'indexation va de 1,81 à 2,04 et 1,70 pour les retraites.

4.Posté par wakrap le 25/06/2016 06:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est fou comme vit cette religion pathétique de l'Etat gratuit par lequel chacun vit aux dépens des autres. Lire par exemple que l'éducation coûte le même prix est effarant. Les salaires de la tribu de fonctionnaires qui composent le mammouth de l'éducation sont payés 1.86/métropole mais l'INSEE arrive à écrire que le prix est le même. Le prix est bien supérieur mais d'autres paient. Si le Territoire prenait à sa charge via nos impôts ce service on verrait nos impôts locaux flamber.On va encore rappeler que ces gens refusent de participer au financement de la branche maladie salariale de la CPS.

5.Posté par Hirinake le 25/06/2016 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais c'est faux, tout cela est faux...il faut bien que nos commerrrrrcants vivent sinon comment pourront-ils se payer des appartements a Los Angeles, Auckland ou Hawaii....allons allons soyez pas mechants !

6.Posté par henana le 25/06/2016 08:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourtant elle est pas assez chère pour les nantis qui touchent des salaires sur-rémunérés et ceux qui ont des retraites indexées, ils voyagent en Prems sur Air France pour aller aux sports d'hiver mais bon il ne s'agit que d'une minorité très castée. Alors pourquoi voulez vous avoir la noix de coco, son eau et la vahiné qui vous la fait boire sans contrepartie?? .. Impossible est Polynésien mais pas ........ Moi j'en suis pas et je suis pas jaloux, je fais mon faapu pour tenter de m'en sortir mais bon c'est dur et le climat et la beauté de notre pays ne peuvent pas tout effacer.

7.Posté par Bing le 25/06/2016 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons la réputation d'être parmi les destinations touristiques les plus chères du monde. On sait que les touristes qui viennent ne reviennent pas parce qu'ils ont l'impression de ne pas en avoir eu pour leur argent. Faire des beau terminaux portuaires et aéroportuaires c'est bien, c'est même normal, mais ça ne suffit pas. Papeete est a refaire et en dehors il n'y a rien qui puisse intéresser les touristes. Dès que l'on parle d'un projet on à toutes les associations du coin pour dire non. Apres on se plaint du chômage et de la pauvreté mais personne ne fait rien pour en sortir. C'est toute une mentalité qu'il faudrait reprendre et éduquer. Si nous étions un port franc on serait tous riches et il y aurait du travail pour tous.

8.Posté par Le Vieux le 25/06/2016 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans les îles des archipels éloignés et oubliés les prix de certaines denrées sont multipliés par trois chez certains commerçants. De toute façon même si vous commandez quoi que ce soit a un commerçant a PPT il vous fera payer le fret avion ou bateau plus une taxe forfaitaire ou pas pour emmener votre colis a l'avion ou au bateau. Et depuis trente ans j'entend les politiques qui se suivent nous dirent qu'ils veulent désenclaver les îles. Ce qui est un mensonge.

9.Posté par Fiuroa le 25/06/2016 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La vie est chere, bien trop chère en PF comme ne NC et a W&F. L'article parle des habitudes alimentaires des uns et des autres comme l'une des raisons. Peut-etre mais ce n'est pas tout et de loin!
A quand une étude sur les causes réelles?
Jamais je crois car la on touche aux mecs qui s'agitent dans l'ombre et font la vraie politique de ces territoires.
En plus il ya le copie / coller style de vie popaa qui engendre des frais qui eux demandent des salaires en conséquence et la boucle est bouclée! Regardez autour de nous, Fidji par exemple, le nombre de touristes a l'année et les couts d'avion et hôtel, des curios et de la bouffe locale... Regardez, comparez et vous aurez tout compris!
Nous petons plus haut que notre cul!

10.Posté par Kroune le 25/06/2016 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est amusant ces sttistiques !
Un dicton célèbre traduit de l'anglais dit :" À Rome vit comme les romains"
Si je suis d'origine métropolitaine et que je vis à la tahitienne que se passe t il ?
Si je vis en métropole et que je mange des mangues, des légumes polynésiens ou du thon rouge que se passe t il ?
Et si je suis métropolitain d'origine, résident polynésien qui ne paie quasiment plus d'impots et qui mange des fruits locaux, du poisson, de la viande néo zélandaise, du riz, qui ne se saoule pas la gueule régulièrement, qui ne boit ps du coca cola aà profusion, que se passe t il?
Et bien quasiment ...rien. Ah si car si j'ai un gros 4*4 ou une voiture de luxe sportive dans un pays ou il n'y a aucune route à 110 et seulement quelques kilomètres à 90 là je me fais VOLER à la moindre réparation ou révision. Mais bon....

11.Posté par boran le 25/06/2016 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mahoi , dites MERCI avec un sourir a friche et hol'andouille

,.Demandez aux elus a l'assemblee s' ils mangent a leur faim.

Votez et soutenez friche et fermez vos geules.

Mon fils diplome cherche du travai depuis 6 ans, en attendant il fait des petits boulots pour survivre.

12.Posté par coyote le 25/06/2016 13:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bof.....moi qui vit depuis plus d'une dizaine d'années dans les archipels éloignés comme on dit, tout est une question d'adaptation, je pêche avec un nylon et un hameçon, je plante mes tomates, ma salade, mes ananas, aubergines & co je cueille les fruits dans la brousse citrons, pamplemousse, avocats,coco, uru .....et je n'achète quasi que des PPN ( farine, sucre, café....) et on vit très bien :) bien sûr pas de tabac, pas d'alcool, pas de sucrerie surtaxés et autres non indispensables

13.Posté par Oh le 25/06/2016 17:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le problème n'est pas de savoir si on peut vivre de notre faapu ou autre. On avance pas en excusant tout le temps les bêtises des uns et des autres.

Les prix sont chers alors qu'il y a une baisse globale des salaires pour les petits et moyens ménages. Je vais pas parler des prix des produits importés et des produits locaux. Aller au magasin et comparer, les prix chers sont entretenus en polynésie, va savoir pourquoi et pour qui.

14.Posté par Homme Nature le 25/06/2016 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bah.....moi j'habite dans une grotte, je ne m'éclaire pas, je ne m'habille plus depuis quelques années, pas de télé, ni vini, ni internet, ni voiture, ni rien du tout et je ne mange que des oiseaux que mon chat chasse pour moi, des poules que j'arrive parfois à coincer dans la brousse et les quelques fruits et légumes que j'arrive à faire pousser. Je vis seul et loin, très loin sur ma montagne depuis des lustres et n'ai vu personne depuis au moins cinq ans et vous savez quoi ? Je me suis adapté et je ne dépense rien, zéro, nada ! Qui dit mieux ?

15.Posté par liberté2 le 26/06/2016 09:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@14 et tu as un esclave nommé Vendredi qui a internet??????? Donne moi le nom de ce lieu!!!! A non je suis con t'a pas pas internet M D R

16.Posté par Tuco le 26/06/2016 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Prôner le faapu et le retour aux sources est, à mon humble avis, faire preuve de grande faiblesse et d’incapacité flagrante à se battre pour soi-même, pour améliorer son sort, pour son propre progrès et développement. Si tous les gens avaient cet esprit-là, on en serait encore à l’Age de pierre. Quelle que soit l’époque, rien n’a jamais été facile dans notre évolution, pour personne et pour aucune société humaine dans le monde. Mais force est de constater que ceux qui s’en sortent, ceux qui progressent et se développent, sont ceux qui n’ont pas peur de foncer et se battre pour améliorer leur destin, leur avenir et progresser. Ceux qui n’évoluent pas et/ou qui régressent finissent inexorablement par mourir et disparaître.

17.Posté par Benny le 26/06/2016 09:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Notre éloignement n'explique pas un tel écart des prix.
Notre fiscalité a depuis toujours été assise sur une forte taxation des produits importés, d'où qu'ils viennent. C'est peut être ceci qui explique cela ? Car ces taxes sur le coût marchandise + fret sont systématiquement répercutés au consommateur qui paye son achat sans se rendre compte qu'il paye 30% d'impôt indirect qui sont inclus dans le prix du bien. Ceci en dehors de la TVA, qui elle, s'applique sur le prix total, c'est à dire avec les 30% de taxes (minimum) qui sont déjà inclus dans le prix du bien ! Ainsi on arrive vite fait a des situations ubuesques. Pourquoi n'y a t-il pas de transparence sur cette fiscalité indirecte ?

18.Posté par KAKARO le 26/06/2016 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A post 14.
Tu dis que tu vis dans une grotte mais apparemment tu as accès a l'internet ainsi que tu possèdes aussi un ordinateur, reste bien dans ta grotte et n'y sorte pas alors.

19.Posté par Popoti le 26/06/2016 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maintenant que des quasi monopoles sont en place sur l'alimentaire, les boissons, l'énergie, les communications, le transport aérien Voilà que l'autorité de la concurrence arrive ...... c'est bien mais bien trop tard, le mal est fait.

20.Posté par Fenua le 26/06/2016 11:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les prix sont très corrects à Tahiti; vous n'avez rien vu de la Nouvelle Calédonie....

21.Posté par coyote le 26/06/2016 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le post 14 est une tentative d'ironie sur le mien au 12.....mais bon encore un qui est dans le simpliste " bougie ou atome" et qui n'imagine pas les alternatives....C'est juste une question de changements de tes petites habitudes, c'est pas simple et ça a été forcé parce que là où je vis y'a pas de carrefour c'est tout mais tu verras que tu t'y fais et sans être un préhistorique et sans renoncer au modernisme mais tu reviens à l'essentiel

22.Posté par Xenos le 26/06/2016 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chiffres totalement bidon.

Les marges des "commerçants" sont différentes selon qu'il s'agit de produits achetés par des métropolitains ou par des polynésiens. Pour le Chesdale marges de l'ordre de 100%, pour le camembert, marge de 600 %. Leur rapacité est absolument sans limite.

D'ailleurs, dans l'étude de l'ISPF, on en parle... Pour les ménages non polynésiens, la vie serait de 55% plus chère. A la condition de n'avoir pas de pannes de voiture, de ne jamais partir en vacances, pas même en Polynésie. De vivre entre son domicile, son travail, et Carrouf. Et de ne pas payer son loyer.

23.Posté par emere cunning le 27/06/2016 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est vrai que certains de nos commerçants abusent, et pire, les hôtels et les restaurants qui bénéficient de prix de gros et appliquent des marges à faire fuir les touristes et la clientèle. A force, ils savent quelles poches peuvent se le permettre et aussi que les touristes n'ont pas le choix.
Mais la différence de prix entre certains produits consommés par les locaux et ceux qu'affectionnent les métros n'a rien d'étonnant. Ridicule de comparer un chesdale et un bon camembert bien piropiro, une brique de Chélia et une bonne bouteille de Bordeaux ou de spiritueux, etc. Encore que les palais qui goûtent à toutes ces bonnes et moins bonnes choses soient les mêmes, et si on s'est habitué au Chesdale et Chélia... may be one day LOL LOL

24.Posté par Loly le 27/06/2016 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La transparence de ce que l'on paye est une pratique à laquelle nous devrions avoir droit. Ce serait transparent que le consommateur puisse connaître, au moins ça, quelle est la part de taxes indirectes qui sont inclues dans le prix l'on paye quand on achète quelque chose. C'est le cas pour la TVA, pourquoi pas pour le reste ?

25.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 04/07/2016 19:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La racine pas très carrée "douan" est introuvable tant dans l'article que dans commentaires. Pourtant le compère d'Eric LAURENT lors de la réunion douanière à la CCISM ce vendredi 1er juillet 2016 se prévalait de pourvoir à 38% à la fiscalité autonocomique hohohohoh rollstahiti@gmail.com

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance