Tahiti Infos

Un nouveau commandant pour les services de renseignement territorial


Le commandant Serge Balducci est arrivé le 14 mars sur le territoire.
Le commandant Serge Balducci est arrivé le 14 mars sur le territoire.
PAPEETE, le 22 mars 2016 - Le commissaire divisionnaire de la DSP a présenté ce mardi le nouveau commandant chef du service de renseignement territorial, Serge Balducci.

Arrivé en Polynésie française le 14 mars pour prendre ses nouvelles fonctions en tant que commandant, chef du service de renseignement territorial, Serge Balducci, 56 ans, a effectué toute sa carrière professionnelle dans le service de renseignements. Le nouveau commandant a débuté sa carrière à Paris où il a exercé ses fonctions pendant 20 ans dans diverses sections telles que la section sociale, le terrorisme, ou encore la protection des personnalités. Il est ensuite muté à Arles où il reste neuf ans, avant de se voir confier la fonction de chef du service de renseignement territorial en Polynésie française. Après sa prise de fonction et une semaine après son arrivé, il a accepté de réponse à nos questions.

Quelles sont les thématiques qui vous attendent en Polynésie française ?
Un nouveau territoire, de nouvelles découvertes, de nouvelles thématiques m'attendent ici. Je pense qu'ici, nous traitons des thématiques générales comme en métropole, donc des thématiques sociales, économiques, ainsi que la gestion des conflits sociaux qu'il peut y avoir, des phénomènes de société dont la vie des quartiers et effectivement l'anticipation de l'information. Nous essayons de mieux couvrir l'information et d'anticiper les évènements.

Selon vous, il y a-t-il une spécificité polynésienne dans le service du renseignement ?
Il faut que je prenne mes marques, je dois d'abord m'imprégner de la matière, ça ne fait qu'une semaine que je suis arrivé. Je dois déjà m'habituer au climat qui n'a rien à voir avec celui de métropole. Je m'appuie sur ce qu'on a déjà fait au sein du service. Sur le travail que mes collègues ont déjà accompli et qu'ils vont continuer d'accomplir encore sous ma direction. Je vais m'imprégner de la matière, des différentes difficultés que l'on peut rencontrer sur le territoire notamment aujourd'hui la mise en place de nouvelles méthodes de travail, leur apporter mes connaissances et eux de leur côté leur façon de travailler. C'est une complémentarité inter-service qui ne peut qu'être bénéfique au service de renseignement territorial.

Ici, un peu tout le monde sait qui travaille dans le renseignement, est-ce que pour vous, c'est une difficulté supplémentaire ?
Je ne pense pas, nous sommes un service qui se veut proche des gens. Le but, c'est d'avoir des contacts et des relations avec différents partenaires institutionnels, directeurs d'entreprise.
Je pense qu'ici, nous travaillons beaucoup plus en milieu ouvert et le milieu fermé est peut-être plus adapté à la métropole.
Il y a cette particularité d'échange inter-institutions, inter-partenariat qui ne peut être que productif. Nous connaître, c'est une bonne chose. Nous pouvons apporter une plus-value par nos services, nos compétences et notre particularité d'anticipation. Nous pouvons être utiles également dans les rencontres et aussi servir d'intermédiaire et d'échange avec par exemple le Haut-Commissariat avec les responsables de direction afin de casser des tensions qui sont parfois futiles.

Est-ce que la Polynésie Française est complètement à l'abri du terrorisme ?
Dans ce domaine-là, je pense qu'il n'y a aucun territoire qui peut être à l'abri. C'est vrai qu'on est privilégié par la distance et la particularité du territoire, maintenant, il faut rester vigilant. C'est un sujet particulier et qui nécessite des précautions.

Un dossier prioritaire vous a-t-il été confié depuis votre prise de fonction ?
Pour l'instant, nous avons le dossier Air France. Je pense que ça intéresse au plus près les Polynésiens puis l'information au niveau national. C'est le conflit qui nous fait suivre l'actualité, celui que je traite actuellement en espérant que les négociations aboutissent.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Mardi 22 Mars 2016 à 13:10 | Lu 1729 fois