Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Un défaut cardiaque courant multiplie le risque d'anévrisme cérébral


WASHINGTON, 3 mai 2010 (AFP) - Des personnes ayant un défaut cardiaque congénital commun courent un risque nettement plus élevé de souffrir d'un anévrisme au cerveau, selon une petite étude publiée lundi.


Un défaut cardiaque courant multiplie le risque d'anévrisme cérébral
Jusqu'à 2% de la population naît avec une valve aortique bicuspide qui ne peut se refermer complètement, laissant fuir du sang entre le coeur et l'aorte.

Certains de ces sujets n'ont jamais eu de problème provoqué par cette malformation mais la majorité, surtout adulte, souffre de fuite de sang de la valve ou d'un rétrécissement de celle-ci.

Les auteurs de cette recherche ont étudié 61 personnes atteintes de ce défaut cardiaque qu'ils ont testées pour détecter un anévrisme du cerveau.

Ils ont aussi étudié 291 autres personnes ayant un coeur normal mais qui durant la même période ont été soumises à un scanner du cerveau alors que leurs symptômes pouvaient indiquer une possible tumeur cérébrale ou un anévrisme, une dilatation localisée de la paroi d'une artère.

Six des 61 personnes avec un défaut de leur valve aortique avaient également un anévrisme, soit 9,8% du total comparativement à 1,1% (trois) dans le groupe témoin de 291 personnes.

"Bien que davantage de recherches soient nécessaires pour confirmer ces résultats, ces derniers montrent une très forte augmentation du risque d'anévrisme du cerveau chez les personnes nées avec une valve aortique bicuspide", souligne le Dr Wouter Schievink, directeur du service de neurochirurgie micro vasculaire au centre médical Cedars-Sinai à Los Angeles (Californie, ouest), principal auteur de cette recherche publiée dans la revue Neurology datée du 4 mai. Neurology est le journal médical de l'American Academy of Neurology.

D'autres études ont montré que de 0,5 à 2% de la population adulte ont un anévrisme du cerveau pouvant être aisément traité pour éviter une rupture qui est souvent mortelle.

La rupture d'anévrisme représente environ 10% des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Rédigé par AFP le Lundi 3 Mai 2010 à 10:51 | Lu 472 fois





Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies