Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Un acteur majeur du téléchargement illégal au tribunal, face aux professionnels du cinéma



Paris, France | AFP | lundi 09/02/2015 - Le procès de Vincent Valade, fondateur du site de téléchargement illégal eMule Paradise, qui répertoriait des liens permettant aux internautes de télécharger films et séries, s'est ouvert lundi à Paris, face aux avocats de professionnels du cinéma, qui demandent quelque huit millions d'euros.

Âgé de 29 ans, Vincent Valade est poursuivi aux côtés de cinq prévenus pour avoir permis le téléchargement illégal de quelque 7.113 films en 2005 et 2006 sur son site eMule Paradise, qui avec plus de 300.000 visiteurs par jour était alors un acteur majeur du téléchargement illégal.

Très prisé par les internautes, le site vérifiait, puis répertoriait des liens permettant d'accéder à des films, qu'il proposait de télécharger grâce au logiciel d'échanges de fichiers en "peer to peer" eMule.

Les films ainsi mis à disposition du public n'étaient parfois même pas sortis en salle en France à l'époque, ou alors depuis peu.

Les enquêteurs ont évalué à 418.000 euros les revenus engrangés par le jeune homme grâce à la publicité et grâce au lien qu'il avait créé sur eMule et un site pornographique payant.

Une régie publicitaire, Net Avenir, chargée de trouver des annonceurs pour le site eMule Paradise, comparaît également.

Carrure athlétique dans une chemise noire, Vincent Valade a expliqué qu'il n'avait pas eu "conscience des conséquences".

A la barre, il a fait valoir qu'il n'avait pas hébergé les fichiers, mais tel un "annuaire", répertorié les liens qui permettaient d'y accéder. "Je ne faisais qu'informer, je suis juste un relayeur", a-t-il expliqué.

Vincent Valade encourt trois ans de prison et 300.000 euros d'amende, selon son avocat, Me Jean-Philippe Hugot.

Parmi les parties civiles figurent des producteurs et distributeurs de films, qui réclament quelque huit millions d'euros de dommages et intérêts aux prévenus.

Initialement prévu jusqu'à mercredi devant la 31e chambre, le procès pourrait en fait s'achever mardi.

Rédigé par () le Lundi 9 Février 2015 à 06:35 | Lu 398 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies