Tahiti Infos

Tourisme: le changement climatique va-t-il rebattre les cartes?


Louisa GOULIAMAKI / AFP
Louisa GOULIAMAKI / AFP
Paris, France | AFP | mercredi 26/07/2023 - Des incendies destructeurs, un thermomètre qui flirte avec les 40 degrés et des touristes qui rentrent chez eux en catastrophe: le changement climatique va-t-il aussi changer la donne pour le tourisme, en particulier en Méditerranée?

Quel est l'état des lieux ?

Les régions attirant le plus les vacanciers sont aussi les plus touchées par le changement climatique. En Grèce, des milliers de touristes ont été évacués des îles de Rhodes et de Corfou, ravagées par des incendies favorisés par la canicule. L'aéroport international de Rhodes a pris des allures de campement improvisé, envahi par des vacanciers déboussolés, comme Daniel-Cladin Schmidt, un touriste allemand. "On est épuisés et traumatisés", confie-t-il à l'AFP. "Je crois qu'on ne réalise pas trop ce qu'il s'est passé".

D'autres pays du pourtour méditerranéen sont touchés. En Espagne, les températures ont parfois dépassé de 15°C les normales saisonnières. L'Italie a aussi subi ces vagues de chaleur, le mercure frôlant même 48°C en Sardaigne. Lundi, Tunis suffoquait avec 49 °C. Or, le tourisme représente une part très importante de l'économie de la région. Notamment en Grèce et en Espagne où il constitue respectivement près d'un quart du Produit intérieur brut (PIB) et 12%.

Les pays les plus chauds seront-ils boudés ? 

Les fortes températures estivales pourraient refroidir les ardeurs des visiteurs, alertent des professionnels du secteur. Pour le PDG de Voyageurs du monde Jean-François Rial, "le réchauffement climatique va rendre des destinations de moins en moins fréquentables. Toute la Méditerranée est concernée, alors qu'elle est la principale destination des voyagistes européens". 

En Espagne, "on commence à entendre des touristes s'interroger" sur l'opportunité de venir passer l'été sur la côte méditerranéenne, souligne ainsi Joantxo Llantada, professeur à la IE Business School de Madrid.

Selon une note récente de Moody's, les canicules pourraient réduire l'attractivité du sud de l'Europe, ou "au moins réduire la demande en été, avec des conséquences économiques négatives".

Fini, le soleil ?

Pas tout à fait. Hamit Kuk, président de l'association des agences de voyage turques, tempère: "Ce n'est pas un problème qu'il fasse chaud à Antalya, car les touristes européens viennent pour le soleil".

Même son de cloche en Tunisie, selon la présidente de la fédération tunisienne de l'hôtellerie, Dora Miled: "Il n'y a pas d'impact de la chaleur sur le tourisme", dit-elle à l'AFP. "Si on n'a pas encore retrouvé le niveau d'activité de 2019 (...) , c'est en raison tout d'abord du coût élevé de l'aérien".

Didier Arino, dirigeant du cabinet de conseil Protourisme, en France, abonde: "Pour leurs vacances, les gens ne rêvent pas de destination fraîche, ils veulent du beau temps."

Même en Grèce, il n'est pas certain que les incendies dissuadent les touristes. Kostas Chryssohoïdes, vice préfet du Dodécanèse, indique ainsi que dimanche et lundi, "24.000 vacanciers sont arrivés sur l'île de Rhodes" et note tout juste "quelques annulations par précaution".

D'autres pays peuvent-ils en profiter ?

Lorsqu'il devient impossible de visiter une ville transformée en étuve, les touristes peuvent se tourner vers d'autres pistes. Depuis une dizaine d'années, note Jean-François Rial, "les destinations du nord de l'Europe montent". Il estime aussi que l'Angleterre, peu prisée, pourrait en bénéficier, tout comme l'Irlande. 

En Belgique, Pierre Coenegrachts, de l'agence régionale de tourisme en Wallonie, indique que la recherche de lieux frais "revient régulièrement dans les demandes des visiteurs". Avec à la clef de plus en plus de visiteurs... espagnols et italiens.

Va-t-on vers un autre tourisme ?

Il est un point sur lequel les professionnels du secteur s'accordent: le tourisme va changer. Ils anticipent ainsi que la Méditerranée pourrait attirer davantage de visiteurs à d'autres saisons qu'en été, un phénomène rendu possible par le fait qu'une partie non négligeable des touristes sont des retraités. 

Hamit Kuk estime même que "si les dérèglements climatiques mondiaux continuent de s'accroître, il faudra repenser nos saisons (...). Peut-être que novembre sera à inclure dans la saison d'été, et avril dans la saison d'hiver".

Pour Jean-François Rial, "Cela peut être une chance pour faire baisser le +surtourisme+, en perdant certes des clients l'été, mais en les augmentant sur les neuf autres mois".

En Croatie, où le tourisme représente 20% du PIB, des experts plaident pour le développement d'autres formes de tourisme  — plus loin de l'Adriatique —, qui pourraient bénéficier aux régions rurales par exemple.

L'Albanie s'attend elle aussi à un changement d'habitudes, avec une saison estivale se prolongeant jusqu'à octobre. Le pays estime que 10 millions de visiteurs s'y rendront en 2023, 30% de plus qu'un an auparavant.

C'est la même chose en Italie, où l'allongement de la saison chaude "offre de nouvelles opportunités pour promouvoir le tourisme durant des périodes traditionnellement moins occupées", explique Ivana Jelinic, chargée de l'office national du tourisme italien.

Rédigé par RB le Mercredi 26 Juillet 2023 à 06:35 | Lu 619 fois