Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

The Honeymen bientôt en concert : "Nous jouons un blues plutôt roots"



Le duo a déjà fait une tournée d’une quinzaine de jours à Papeete et Bora Bora en 1999.
Le duo a déjà fait une tournée d’une quinzaine de jours à Papeete et Bora Bora en 1999.
PUNAAUIA, le 17 novembre 2016 - Face au succès de la première édition, le Collectif Tahiti Rock réitère, en partenariat avec Artnow, les soirées "Blues Hôtel" au Méridien Tahiti, les 25 et 26 novembre prochains. Le groupe local Rom MC & the MC'S partagera l'affiche avec les stars Gaëlle Buswel et The Honeymen pour ces concerts en lunettes noires et chapeau. Elmor et Jimmy Jazz, les deux frères bretons, se confient avant leur arrivée au fenua.


Présentez-vous en quelques mots…
Bonjour, nous sommes The Honeymen, avec Jimmy Jazz (guitare, chant et percussions) et Elmor Jazz (harmonica, chant et maracas). Nous jouons sous la formule d’un "Two Man Blues Band", un blues plutôt "roots". Nous sommes originaires de Quimper, dans le Finistère, en Bretagne.

Comment est née votre passion pour la musique ?
- Jimmy : Depuis notre enfance, bien que nous n’ayons ni l’un ni l’autre reçu une éducation musicale, nous avons toujours écouté beaucoup de musique. Ensuite, comme c'est souvent le cas, c’est une question de rencontres, on commence par monter des groupes de rock à l’adolescence avec des potes pour s’amuser et on se retrouve 30 ans après à jouer à Tahiti !
- Elmor : Quand j’étais gamin, vers 7-8 ans, je montais sur les tables à la terrasse des cafés et je chantais pour les touristes pour ramasser quelques pièces !

Pourquoi avoir choisi le blues en particulier ?
- Jimmy : Quand j’étais ado un des premiers 33 tours que j’ai acheté était un disque de Chuck Berry, ensuite j’ai découvert Bo Diddley, Jimmy Reed et Muddy Waters. Puis dans les années 80, a commencé à émerger toute la scène blues qui venait d’Austin Texas, The Fabulous Thunderbirds, Stevie Ray Vaughan, Anson Funderburgh, etc. et puis il y avait aussi Benoit Blue Boy en France qui avait déjà bien défriché le terrain. C’était génial ! C’est de là qu’est né le déclic de monter un groupe de blues.
Elmor : j’ai commencé à jouer de l’harmonica en écoutant Slim Harpo.

Comment définiriez-vous votre style ?
- Jimmy : Le style de blues que nous pratiquons avec The Honeymen s’inspire du Chicago Blues et du Memphis Blues début des années 50, ainsi que du Swamp Blues de Louisiane. Bien que nous jouions en duo, notre musique n’est pas à proprement parlé du "Country Blues", nous sommes plus proche d’un "Juke Joint Blues" à la Frank Frost (Jelly Roll Kings) ou du style "Maxwell Street" à la Big John Wrencher.
- Elmor : C’est une forme de blues sans fioritures, qui va à l’essentiel ; sur scène, nous privilégions les morceaux qui se prêtent à danser.


"Retrouver la convivialité et la joie de vivre des Tahitiens"


C'est aussi votre medium d'expression ? Quel message souhaitez-vous passer à travers vos chansons ?
- Elmor : Nous n’avons pas de message particulier à faire passer à travers nos chansons, notre seule ambition est que le public passe un bon moment.

Vous avez décroché le prix Cognac Passions de la Révélation française 2010, c'est une consécration ?
- Jimmy : Pour nous la plus grande des consécrations, c’est d’être toujours présent sur la scène blues hexagonale et ceci depuis près de 30 ans. Nous sommes très reconnaissants envers notre public qui continue à nous suivre et à nous soutenir, c’est grâce à lui si nous sommes toujours là.
- Elmor : Mais c’est aussi avec un grand plaisir et une immense fierté que nous avons reçu le prix Cognac Passions 2010. Une reconnaissance de notre parcours artistique !

C'est la première fois que vous venez aussi loin vous produire ?
- Jimmy : Non, cela sera la deuxième fois que nous nous produirons à Tahiti. Nous avions déjà fait une tournée d’une quinzaine de jours à Papeete et Bora Bora en 1999 à l’invitation des hôtels Méridien.
- Elmor : Nous nous sommes aussi produits au Festival international de jazz de Montréal en 2001, ainsi qu’à travers toute l’Europe de l’Ouest.

Qu'attendez-vous de votre séjour à Tahiti ?
- Elmor : Retrouver la convivialité et la joie de vivre des Tahitiens, partager à nouveau avec eux cet amour qui leur semble être inné pour la musique !
- Jimmy : Et bien sûr, se refondre dans l’infinie beauté des lagons et des paysages de Polynésie.

Un message pour les mélomanes polynésiens ?
- 'Āraua'e (à tout à l'heure) !

The Honeymen privilégie les morceaux qui se prêtent à danser.
The Honeymen privilégie les morceaux qui se prêtent à danser.
La passion de deux frères bretons pour le blues

Non, le duo ne fait pas du miel, mais bien du blues. Ce nom de scène est en réalité un clin d'œil au chanteur-harmoniciste Slim Harpo. Les deux frangins quimpérois ont, à l'instar de Gaëlle Buswel en 2016, remporté le prestigieux prix Cognac Passions en 2010. Une récompense saluant une carrière entamée au début des années 90 au sein du groupe Doo The Doo, créé avec deux autres copains. Un tournant s'opère lorsque la formation se produit au Cricketers, club mythique de Bordeaux, partageant l'affiche avec les plus grands noms du blues français, voire mondial. Dès lors, Doo The Doo est programmé en France, Suisse, Allemagne, Hollande, Belgique… jusqu'au Canada. Leurs albums "It Stands to Reason" et "Hex" sont notamment salués par la critique. Mais, bien qu'élu meilleur groupe de blues français en 1999 et de blues européen l'année suivante, le quartet se dissout en 2002 et laisse place aux Honeymen.
Elmor et Jimmy Jazz enregistrent alors "Joint Juke Box" (2004), "Du blues dans mon quartier" (2006), puis "High Rise Fever" (2009). Les deux hommes, qui parlent aujourd'hui d'une seule et même voix, composent à quatre mains ; ils se sont produits lors de 2 000 concerts et ont vendu plus de 35 000 albums.

Infos pratiques

Vendredi 25 et samedi 26 novembre
18h30 : The Honeymen
20h30 : Gaëlle Buswel
Méridien Tahiti
Tarif : 3 000 Fcfp (avec conso)
Billets en vente à Carrefour, Radio1 et sur www.radio1.pf
Contact : 87 73 50 55

Rédigé par Dominique Schmitt le Jeudi 17 Novembre 2016 à 11:24 | Lu 1417 fois





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 14 Août 2018 - 18:17 Tous fin prêts pour la rentrée !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués