Tahiti Infos

Teahupo'o en “free surf” avant les JO


Matehau Tetopata a soufflé tout le monde sur l’une des bombes de la journée (Crédit : Anne-Charlotte Lehartel).
Matehau Tetopata a soufflé tout le monde sur l’une des bombes de la journée (Crédit : Anne-Charlotte Lehartel).
Tahiti, le 10 juillet 2024 – L’élite polynésienne du surf était au rendez-vous, mercredi, à la faveur d’une houle croissante de 3,5 à 4 mètres dans la passe de Hava’e. Des athlètes internationaux se sont joints à eux à deux semaines de la compétition.
 
À quinze jours du coup d’envoi des épreuves olympiques de surf, Teahupo'o s'éveille ! Loin des restrictions inhérentes à la compétition, mercredi, les surfeurs ont profité de la vague mythique à la faveur d'une houle de sud-ouest classée en vigilance jaune, voire orange sur une partie du territoire. L'élite locale était au rendez-vous, de même que quelques ambassadeurs des nations qualifiées pour l'événement, dont le Japon, le Brésil ou encore l’Italie, venus s’entraîner en veillant à ne pas se blesser.

En milieu d’après-midi, plus d’une vingtaine de riders étaient au rendez-vous, et autant de bateaux et jet-skis chargés de spectateurs, photographes et cameramen. Plusieurs membres de la Waterpatrol étaient sur site pour intervenir en cas de besoin. La session a d’ailleurs été marquée par l’évacuation en urgence d’un participant étranger, victime d’un malaise sur le plan d’eau. Selon le calendrier de Paris 2024, la phase officielle d’entraînement des athlètes est fixée du 21 au 26 juillet, suivie de quatre jours de compétition entre le 27 juillet et le 5 août. 
 

Julien Penaranda, dit “Captain Ju”, prestataire nautique : “Ça pourrait encore monter”

“On est sur une période de gros swell, avec une houle de sud-ouest qui est favorable pour le surf et le spectacle à Teahupo’o. Les conditions ne sont pas celles auxquelles on s’attendait, avec une houle assez hachée qui a du mal à se mettre en place. On a quand même eu autour de 3,50 à 4 mètres pour le coucher du soleil, avec des vagues prises majoritairement par des Polynésiens. C’est chouette à deux semaines des Jeux olympiques ! Ça pourrait encore monter demain (jeudi, NDLR). Le pic de houle est censé arriver dans la matinée. On attend dans les 5 à 6 mètres.”

Eimeo Czermak, fidèle à sa réputation de chargeur.
Eimeo Czermak, fidèle à sa réputation de chargeur.

Kauli Vaast n’a pas résisté à l’appel de Teahupo’o.
Kauli Vaast n’a pas résisté à l’appel de Teahupo’o.

Joan Duru en phase d’observation, conduit par Naiki Vaast.
Joan Duru en phase d’observation, conduit par Naiki Vaast.

Matahi Drollet a enchaîné les vagues massives.
Matahi Drollet a enchaîné les vagues massives.

Mercredi après-midi, plus d’une vingtaine de surfeurs étaient à l’eau.
Mercredi après-midi, plus d’une vingtaine de surfeurs étaient à l’eau.

Tikanui Smith, pilote de jet-ski pour un tournage au plus près de la vague.
Tikanui Smith, pilote de jet-ski pour un tournage au plus près de la vague.

Mateia Hiquily, à l’aise !
Mateia Hiquily, à l’aise !

Quelques bodyboardeurs ont participé à la fête.
Quelques bodyboardeurs ont participé à la fête.

La tour des juges habillée aux couleurs des Jeux olympiques de Paris 2024.
La tour des juges habillée aux couleurs des Jeux olympiques de Paris 2024.

Spectateurs, photographes et caméramen étaient au rendez-vous.
Spectateurs, photographes et caméramen étaient au rendez-vous.

Tous les regards et objectifs sont braqués sur la vague mythique et olympique.
Tous les regards et objectifs sont braqués sur la vague mythique et olympique.

Rédigé par Anne-Charlotte Lehartel le Mercredi 10 Juillet 2024 à 20:43 | Lu 1816 fois