Tahiti Infos

Sanquer met Chailloux en difficulté dans la deuxième circonscription


Tahiti, le 30 juin 2024 – L'union des autonomistes, représentée par Nicole Sanquer, a remporté samedi le premier tour des élections législatives avec 49,09% des suffrages exprimés face à Steve Chailloux qui a quant à lui obtenu 42,19% des voix. La présidente de A here ia Porinetia, qui a notamment fait un bon score aux Australes, a par ailleurs réussi le tour de force de s'imposer dans la commune de l'indépendantiste Tony Géros, à Paea.
 
La bataille s'annonce tendue dans la deuxième circonscription. L'union autonomiste Amui Tatou, représentée par la présidente de A here ia Porinetia, Nicole Sanquer, s'est en effet imposée samedi soir au terme du premier tour des élections législatives anticipées et ce, alors que moins d'un électeur sur deux a voté. Nicole Sanquer a ainsi obtenu 49,09% des voix face au candidat indépendantiste Steve Chailloux qui est arrivé en seconde position avec 42,19% des voix. Des chiffres à analyser prudemment puisque lors des élections législatives de 2022, le candidat indépendantiste avait remporté le second tour avec 20 000 voix alors même qu'il était devancé lors du premier par la candidate du Tapura, Tepuaraurii Teriitahi. Le contexte n'est en revanche pas le même qu'il y a deux ans. Steve Chailloux disposera-t-il de la même réserve de voix qu'en 2022 ? La question reste posée.
 
Au terme de ce premier tour, les candidats du Rassemblement national et de Heuira-Les Verts ont quant à eux amélioré leur score. La candidate du parti de Marine Le Pen, Tutu Tetuanui, a ainsi remporté 4,69% des voix contre 2,14% en 2022. Le parti était alors représenté par Charles Atger. Du côté des écologistes, représentés dans la deuxième circonscription par Tati Salmon, on note également une progression avec 3,96% des voix contre 1,35% en 2022.
 
Surprises à Paea et Teva i uta
 
Et si l'on devait illustrer ce retournement de situation dans la circonscription, il faudrait se référer à la commune de Paea. Samedi soir, c'est en effet l'union autonomiste qui a créé la surprise dans le fief du président de l'Assemblée de Polynésie française, l’indépendantiste Tony Géros, en mobilisant 46,8% des suffrages exprimés alors que Steve Chailloux arrive en seconde position avec 44,16%. Un vote de “mécontentement” pour Nicole Sanquer pour laquelle rien n'est cependant encore gagné. Dans son fief de Teva i uta, Steve Chailloux (39,53%) a également été devancé par le Amoui Tatou qui a remporté 52,05% des suffrages exprimés.
 
Malgré l'arrivée en tête de l'union autonomiste, les jeux ne sont pas pour autant faits pour le second tour qui aura lieu ce samedi 6 juillet. Du côté des Verts, Tati Salmon indiquait dimanche que le parti était encore en réflexion quant à d'éventuelles consignes de vote. Mais si Heiura-Les Verts a historiquement toujours appelé à voter Tavini, il n'en demeure pas moins qu'en appelant à voter pour le parti au pouvoir, il pourrait perdre des voix. Une possibilité assumée par Tati Salmon, qui dit ne pas pratiquer la “langue de bois” en déplorant l'absence de conscience écologique chez un grand nombre d'électeurs. Un phénomène qu'il attribue à la présence de l'État français et à la “sécurité” qu'il confère aux Polynésiens.
 
Le RN en “réflexion”
 
Du côté du Rassemblement national, qui a augmenté son score samedi par rapport aux législatives de 2022, même si l'heure était encore à la réflexion dimanche, le délégué du RN en Polynésie et député européen, Éric Minardi a salué le meilleur score établi par son parti sur le territoire depuis les “vingt dernières années” et ce, malgré une “campagne très courte”.
 
Concernant les instructions de vote, Éric Minardi annonce par ailleurs que si aucune décision n'a été prise, il “aimerait bien que les autonomistes les appellent” afin de “voir avec eux ce qu'ils comptent faire” : “Envoyer des élus chez les macronistes ou chez les indépendantistes qui sont à gauche”,  c'est un dilemme pour le RN qui pourrait plus probablement ne donner aucune consigne de vote.
 

“Nous avions réussi à rattraper le retard en 2022”

Sanquer met Chailloux en difficulté dans la deuxième circonscription
Steve Chailloux, candidat Tavini, interviewé par Polynésie première
 
“Il me semble que l'on se dirige encore vers un duel. Pour rappel, en 2022, nous étions dans la même configuration, c’est-à-dire un duel entre les autonomistes et les indepdantistes et au premier tour, nous avions également les autonomistes en première position. Concernant ma commune de Teva i uta, c'était également le même schéma en 2022 et nous avons réussi à rattraper le retard au second tour. Je ressens de la fatigue comme tous les candidats à la suite de ce premier tour qui fait suite à l'annonce d'Emmanuel Macron. Nous sommes soulagés d'arriver à la fin de ce premier tour et nous avons hâte que cela se termine.”

“C'est de bon augure”

Nicole Sanquer, candidate Amui Tatou

“Ces résultats sont satisfaisants car nous sommes en avances dans pratiquement toutes les communes. Il est intéressant de voir qu'il y a une victoire de Amui Tatou dans le fief de Paea, je pense que cela correspond à un vote de mécontentement vis-à-vis du maire. Il ne faut pas oublier que lors des bons scores du Tavini aux élections municipales, il y avait eu une coalition. Cette entente n'est plus d'actualité et cela se ressent pour les chiffres. Dans certaines communes, on dira que le rassemblement des partis autonomistes a fonctionné. C'est de bon augure pour le second tour. Par rapport aux législatives de 2022, je note cependant qu'il y a une progression, comme à Tautira où nous avons perdu. Le bilan de ce premier tour démontre donc que le rassemblement des autonomistes nous donne une avance mais elle n'est pas non plus grande par rapport au nombre de voix. Nous aurons un gros travail à faire sur les communes où l'écart doit être creusé. Nous prenons aussi en compte l'abstention qui est quand même importante sur la circonscription 2. Nous allons donc essayer de mobiliser ces abstentionnistes et le travail de terrain doit être renforcé dans certaines communes. Je reste optimiste mais les élections passées nous ont montré qu'au second tour, le Tavini arrive à plus mobiliser donc il ne faut rien lâcher.”

“Mes électeurs ne sont pas forcément prêts à voter Tavini”

Sanquer met Chailloux en difficulté dans la deuxième circonscription
Tati Salmon, candidat Heiura – Les Verts
 
“Nous n'avons pris aucune décision pour les consignes de vote même si l'on reporte traditionnellement nos voix sur le Tavini ; mais la donne est un peu différente. Il y a peut-être des choses à faire valoir. Soit on le fait, soit on donne la liberté aux électeurs de choisir. Beaucoup d'électeurs se sont manifestés en ma faveur dans ma circonscription mais ils ne sont pas forcément prêts à voter Tavini. Concernant l'écologie, les Polynésiens ne sont pas encore confrontés à quelque manifestation que ce soit. Tant que la présence française suffit à assurer la vie de tous les jours, un salaire et un travail, il y a une certaine sécurité qui est assurée par la présence de l'État français et par tous ceux qui s'en réclament.”

​“Nous voulons amener des changements”

Sanquer met Chailloux en difficulté dans la deuxième circonscription
Tutu Tetuanui, Candidat du RN
 
“En premier lieu, nous ne pouvons que nous féliciter du travail que l'on a accompli sur le terrain, c'était très laborieux et nous avons mouillé le maillot en allant jusqu'au bout. Nous sommes quand même très contents d'avoir dépassé le parti Heiura – Les Verts. Il y a bien sûr deux grosses écuries devant, avec le Tavini et le groupe autonomiste, qui sont constituées de groupes bien rodés dans leur combat donc nous n'avon pas à rougir de notre résultat. Nous sommes satisfaits. Cette progression s'explique par une volonté de changer l'air du temps mais aussi la conception de la politique. Nous sommes des hommes concrets, pratiques et pragmatiques. Nous voulons amener beaucoup de changements dans ce pays en amenant notamment des emplois.”

Rédigé par Garance Colbert le Dimanche 30 Juin 2024 à 13:25 | Lu 2674 fois