Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Reconfinement: le "contexte glaçant" de l'attaque de Nice bouscule le débat au Parlement



Paris, France | AFP | jeudi 29/10/2020 - Jean Castex était venu défendre sa stratégie de "responsabilité", l'opposition faire part de sa "colère" contre son "impréparation", mais le débat sur le reconfinement à l'Assemblée a été bouleversé par le "contexte glaçant" de l'attaque de Nice.

A 9H43, le Premier ministre quitte la tribune après son intervention sur le reconfinement. Au pied des marches, son collaborateur parlementaire, Julien Autret, lui glisse quelques mots à l'oreille sur la situation à Nice.

Jean Castex remonte quatre à quatre. Il échange avec Richard Ferrand qui prend la parole, gravement. "Nous venons d'apprendre qu'un attentat d'une gravité extrême s'est produit à Nice", déclare le président de l'Assemblée nationale, suggérant une minute de silence dans l'hémicycle et une interruption de séance.

Le député niçois Eric Ciotti (LR) fait part de son "immense émotion", salle des Quatre-Colonnes, où se succèdent les parlementaires.

Outre la solidarité avec les familles des victimes, s'exprime surtout une sourde inquiétude. "Il faut tout faire pour éviter l'engrenage", prévient Nicolas Dupont-Aignan (DLF). Le chef de file des députés LFI, Jean-Luc Mélenchon, se dit "secoué" par un "contexte glaçant", pense "aux catholiques", appelle à "ne pas tomber dans l'abîme", quand Marine Le Pen (RN) réclame une "législation de guerre". 

Pendant ce temps-là, Jean Castex a momentanément quitté l'Assemblée pour gagner la cellule de crise du ministère de l'Intérieur.

"Je ferai tout mon possible pour revenir dans cet hémicycle écouter vos interventions et essayer d'y répondre", assure-t-il aux députés, appelant la représentation nationale "à l'unité et à la cohésion".

"On est dans un enchevêtrement de crises. Elles se cumulent et se confondent et jettent le pays dans un effroi absolu", commente le député de l'Essonne Francis Chouat (apparenté LREM). "Jamais en cinquante ans de vie publique, je n'avais connu une telle situation". 

A la tribune, la cheffe de file du groupe socialiste Valérie Rabault estime qu'il aurait fallu "interrompre" et "reporter" ce débat sur le reconfinement.

"revivre une tragédie"

"J'ai pour ma part la conviction profonde que précisément parce que des terroristes attaquent notre démocratie, notre République, que c'est l'honneur de l'Assemblée nationale de continuer à faire vivre notre République", martèle Richard Ferrand (LREM) au perchoir. 

Mais, en raison du contexte, le patron des députés LR Damien Abad indique que son groupe ne "prendra pas part au vote en conscience et en responsabilité afin de ne pas ajouter des divisions dans notre pays". 

"Pas sûr qu'un vote qui montrerait des fractures dans la représentation nationale soit opportun", considère-t-il.

Bon an mal an, la discussion se poursuit. "Il est difficile de poursuivre ce débat" mais, puisqu'il "faut poursuivre, poursuivons en serrant les dents, en serrant les poings, en pensant très fort à Nice", dit le LR Jean-Jacques Gaultier vers midi, alors que Jean Castex est de retour.

Entre-temps, Valérie Rabault (PS) a redit son "oui de colère" au reconfinement, un "oui de responsabilité" pour protéger les Français, mais une "colère" contre "l'impréparation" du gouvernement.

"Un homme décide de tout, tout seul, entouré de ce conseil de défense hors-sol", a lancé Jean-Luc Mélenchon à propos d'Emmanuel Macron et la gestion du Covid-19. "Nous n'avons pas confiance, nous avons de moins en moins confiance".

"Nous ne sommes pas prêts à affronter une deuxième vague", pointe également Damien Abad (LR).

Aurore Bergé (LREM) défend quant à elle le reconfinement, la "seule décision responsable": "certains préfèrent soigner des clientèles électorales que soigner les Français", dénonce-t-elle.

Près des Quatre-Colonnes, Hubert Wulfranc (PCF), ex-maire de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) où, en 2016, un prêtre a été égorgé lors d'un attentat jihadiste, confie "revivre une tragédie".  

Jean Castex reprend la parole à 12H40 dans l'hémicycle. Il dénonce une attaque "aussi lâche que barbare qui endeuille le pays tout entier"  et porte le plan vigipirate au niveau "urgence attentat" partout en France.

Puis il fustige ceux qui ont décidé de ne pas prendre part au vote: "Quand la maison France est dans la difficulté, on doit prendre ses responsabilités, on ne détourne pas le regard".

L'Assemblée apporte finalement un large soutien au gouvernement et à sa stratégie sanitaire, par 399 voix pour et 27 contre.

La majorité fait bloc, les LR comme annoncé n'ont pas voté, les communistes sont partagés (8 pour, 6 contre), les Insoumis tous contre.

Jean Castex salue "un vote clair et sans ambiguïté qui est à la hauteur des circonstances graves que notre pays traverse".

Rédigé par RB le Jeudi 29 Octobre 2020 à 04:27 | Lu 147 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus